Christian Roux : La bannière était en noir (Suite Noire N°29) & Nadine Monfils : Le bar crade de Kaskouille (Suite Noire N°30)

Suite Noire est une collection dirigée par Jean Bernard Pouy, et rien que pour ça, ça vaut le coup d’acheter ces livres. Ce sont de petits livres à couverture cartonnée, superbes, comme les couvertures de la première célébrissime Série Noire. Le format imposé est de 95 pages, ce qui est assez difficile : on a affaire ni à un roman, ni à une nouvelle. La contrainte supplémentaire est de détourner un titre connu de la Série Noire. Enfin, les auteurs ont tous été publiés à la Série Noire. Un hommage qu’il faut saluer. Le prix est de 10 euros, donc voici une petite aide pour choisir les meilleurs de la série.

Le livre de Christian Roux raconte l’histoire d’un provincial qui monte à Paris. Il a une connaissance de la famille qui l’embauche « au noir » en tant que serveur. De fil en aiguille, il rencontre un groupe de nazillons et son manque de réflexion et de caractère va lui être fatal. Ce livre est exemplaire dans sa maîtrise de l’histoire sur un court format. C’est un véritable voyage au pays de la connerie. Comme dans tous ses livres, Christian Roux est passionnant. Il nous montre le quotidien de ce jeune homme, même pas raciste, juste mouton, irresponsable, dont la seule envie c’est de (sur) vivre. C’est un des meilleurs romans de la suite noire.

Le livre de Nadine Monfils raconte l’histoire d’un bar crasseux, avec ses habitudes et ses habitués. Un jour, un homme entre pour leur malheur à tous. Il s’avère que c’est un tueur à gages un peu particulier. Ce qui est frappant, ce sont les dialogues, hyper réalistes et toujours droles. Au travers de simples remarques, les personnages finissent par se découvrir. C’est tout simplement passionnant, de pouvoir fouiller la psychologie des personnages sur si peu de pages. On a l‘impression de lire (ou voir) une pièce de théâtre comico-policière. Je vous garantis un éclat de rire par page tellement les dialogues sont brillants. Une réussite.

Enfin, si cela vous tente, voici ma sélection personnelle de la suite noire :

La musique de papa de Jean Louis BOCQUET : une histoire touchante à vous tirer les larmes

Vitrage à la corde de Colin THIBERT : Comment un assassin se justifie avec logique

Sans mot dit de Patrick MOSCONI : Une histoire coup de poing bien menée

La sirène rousse de Mouloud AKKOUCHE : une histoire touchante

La reine des connes de Laurent MARTIN : Une histoire décalée

Raclée de vert de Caryl FEREY : Vous est il arrivé de ne pas lire Caryl Férey ?

Le futon de Malte de Michel EMBARECK : Agréable à lire

Les fans s’en balancent de François JOLY : Une histoire de saxo pour jazzmen

Le petit bluff de l’alcootest de Jean Bernard POUY : Du maître. C’est l’histoire d’un mec qui enquête, qui a raison, et qui finalement ne saura rien. Super.

Le débarcadère des anges de Patrick RAYNAL : De toutes façons, il faut lire tout Raynal

Quand la ville mord de Marc VILLARD : Un style direct sans concession

Publicités

6 réflexions sur « Christian Roux : La bannière était en noir (Suite Noire N°29) & Nadine Monfils : Le bar crade de Kaskouille (Suite Noire N°30) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s