L’issue de Olen Steinhauer (Liana Levi)

Du roman d’espionnage, genre que je n’ai pas bordé depuis plus d’une dizaine d’années, j’en retiens James Bond et John Le Carré. Quand, sur le net, je lis qu’Olen Steinhauer renouvelle le genre depuis la chute du mur de Berlin, forcément, ça interpelle. Voici donc L’Issue.

Le Tourisme, c’est l’un des plus impénétrables services secrets des départements de la CIA. Cette organisation est chargée de collecter des informations grâce à de nombreux agents de terrain appelés les Touristes. Ceux-ci sont chapeautés par des analystes dont la mission est d’analyser ces informations.

Milo Weaver reprend du service au sein du Tourisme,. Pour ce faire, il doit effectuer un certain nombre de missions dont une qui consiste à récupérer 20 millions de dollars pour financer le Tourisme. Il décide de voler quatre tableaux de grands maîtres dans un petit musée situé en Suisse. Alors que l’opération se déroule sans anicroches, on lui demande de se rendre à Berlin.

Ses nouveaux supérieurs lui demandent alors d’assassiner Adriana Stanescu, une jeune Moldave de quinze ans. Alors qu’il est père d’une jeune fille de 7 ans, Milo ne peut se résoudre à effectuer cet ordre. Milo se contente d’enlever Adiana et la confie à son père, Ièvguéni Primakov. Mais quelques jours plus tard, la jeune fille est retrouvée assassinée.

A cette mission, s’ajoute la suspicion de la présence d’une taupe qui menacerait l’existence même du Tourisme en transmettant des informations à la Chine. Milo est alors chargé d’interroger un Ukrainien nommé Dzubenko. Celui-ci semble connaître des détails importants sur une précédente mission de Milo, qu’il tient d’un colonel chinois Xin Zhu.

Mais une source ne permet pas d’établir un fait ou même de faire naître un doute. Or il s’avère que ce colonel chinois soit bavard avec sa secrétaire elle aussi. Or, les Chinois ne sont pas réputés pour avoir des agents doubles, ni pour avoir confiance en eux. Milo va donc enquêter avec un autre Touriste Einner avec qui il doit s’entendre, malgré un passé mouvementé et douloureux.

Vous croyez que j’en ai trop dit ? Détrompez vous ! Amis des intrigues bien touffues, des personnages passionnants, des voyages dans de multiples villes autour du monde, des dossiers noirs des gens influents, ce livre est pour vous. Il a toutes les qualités requises voire même plus. Car l’ensemble est super bien fait pour que l’on ne lâche pas le livre du début jusqu’à la fin.

En fait, j’avais deux livres d’espionnage à lire : celui ci et Traîtrises de Charles Cummings. J’ai choisi donc L’issue et, du coup, ça me donne envie de lire l’autre. L’issue est un roman d’espionnage un peu particulier au sens où tous les ingrédients de base (une intrigue touffue, des bons, des méchants, des doutes, de la paranoïa) sont là, avec le petit plus qui est le personnage de Milo Weaver.

Ce personnage est vraiment à part. Rien à voir avec James Bond qui est un personnage de BD ou avec John Le Carré où ils sont opaques et manipulateurs. Pas de gadgets extravagants ici, ni de surhomme blessé à l’épaule gauche. Là, on a affaire à quelqu’un d’implacable mais avant tout humain, qui se fait manipuler comme un pantin, à un homme tiraillé entre son désir de vivre avec sa famille et la volonté de bien réalisser sa mission. C’est un savant mélange qui pourrait le rendre irréaliste, mais qui fonctionne très bien ici, grâce à l’auteur qui est sacrément doué. Et, donc on s’identifie facilement à Milo, on tourne les pages dans le brouillard avec ce style hyper efficace et ces chapitres courts.

A la limite, j’ai regretté de ne pas avoir lu le premier tome. Au début, on est plongé dans des affaires dont on ne sait rien (d’ailleurs je ne sais même pas si c’est dans le premier tome), mais on n’est jamais perdu, juste dans le flou, comme Milo. Et on se laisse mener par l’intrigue, pour finalement se rendre compte que le livre est déjà fini. On devient nous-même paranoïaques, on passe par tous les sentiments, c’est vraiment divertissant et on se prend à espérer le prochain volume. C’est un très bon roman pour les vacances d’été qui approchent à grands pas. Pour ma part, je vais lire le premier tome, et ça tombe bien car il est sorti chez Pocket.

Publicités

4 réflexions sur « L’issue de Olen Steinhauer (Liana Levi) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s