J’ai confiance en toi de Massimo Carlotto et Francesco Abate (Métallié Noir)

Il y a des auteurs dont je ne peux résolument pas rater les dernières sorties. Massimo Carlotto fait partie de ceux-là, depuis que j’ai lu L’immense obscurité de la mort et Rien, plus rien au monde. Dès la sortie, je me suis précipité chez mon libraire pour acheter ce J’ai confiance en toi. Et c’est du Carlotto pur jus, en très grande forme.

Gigi Vianello a traversé bien des encombres avant d’en arriver là où il en est. Après des études qui n’ont servi à rien, et motivé par l’argent qui est son seul leitmotiv, il devient dealer d’ecstasy dans de petites boites de nuit. Un soir, il se fait tabasser par des hommes de main d’un richissime négociant grossiste, Ilario Sambin, sous prétexte qu’il fournit de la drogue à sa fille Sabrina.Il fait alors tout pour empêcher Sabrina de se droguer, quitte à l’isoler de ses amis pour qu’elle ne sorte plus le soir. Le problème, c’est que Sabrina tombe amoureuse de Gigi, Ilario veut qu’ils se marient et il lui promet qu’il reprendra la suite de son entreprise. Mais cette vie n’est pas faite pour lui.

La chance lui sourit en deux étapes. La première, c’est sa rencontre avec son maître, un propriétaire d’une vingtaine de supermarchés qui revend de la nourriture frelatée impropre à la consommation. Il y voit clairement son avenir. La deuxième, c’est un contrôle fiscal qui lui donne la possibilité de s’échapper : Ilario est alors en voyage en Russie et, pour échapper au contrôle fiscal, sa femme lui prépare une valise pleine d’argent en demandant à Gigi de l’apporter à Ilario. Gigi le dénonce et part avec l’argent à Cagliari.

Là-bas, il commence son commerce de grande envergure. Pour sa couverture, il achète un restaurant gastronomique, « Chez Momo », et se met en ménage avec Bianca Soro, la fille de l’ancien propriétaire. Tout marche à merveille, il est adulé, invité dans toutes les soirées. Lors de l’une d’elles, il rencontre Mariuccia Sinis, une femme d’une quarantaine d’années qui est aux abois. Elle aime son mari et veut désespérément un enfant de lui mais celui-ci est stérile. Elle n’y voit qu’une solution, Gigi sera le père de son enfant. Commence alors la descente aux enfers de Gigi.

Quel beau cadeau pour ces vacances d’été ! On a droit au grand retour du grand Massimo Carlotto, aidé en cela par Francesco Abate. Je ne connais pas M.Abate, mais force est de constater qu’on ne ressent jamais que ce livre a été écrit à quatre mains. Par contre, toutes les qualités connues de Massimo Carlotto sont là, aidées en cela par une traduction de très grande qualité.

Car on ne peut qu’être transporté par cette qualité d’écriture, cette fluidité dans l’action aussi bien que dans l’intrigue, cette pureté dans les descriptions, et cette perfection dans ce personnage tellement détestable. Je vous garantis qu’après avoir lu ce livre, vous allez regarder à deux fois ce que vous avez dans votre assiette. Car ce livre attaque bien tous ces truands qui nous empoisonnent avec pour seul objectif leur propre profit.

Car quoi de plus dégueulasse que de s’en prendre à ce qui est de plus sacré : la nourriture. Mais au delà de ce contexte, c’est un formidable portrait d’un homme sans scrupules, égoïste, sans sentiments, auquel on a droit. On croirait lire du Carlotto pur jus, et on se met à espérer que Francesco Abate est aussi doué que Massimo Carlotto, parce que ça nous ferait un auteur de plus à lire.

Le style est fluide, tellement fluide, tellement précis, tellement efficace que c’en est une véritable leçon pour tout écrivain. Rien n’y est de trop, et on se retrouve dans la peau de Gigi avec tant de facilité que c’en est gênant. Voilà un livre que vous allez aimer détester, un personnage que vous allez aimer abhorrer. Un livre indispensable dans le monde du roman noir. Messieurs dames, le grand Massimo Carlotto est de retour, et ça fait mal, ça donne envie de vomir. Dépêchez vous de dévorer de livre !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s