Salt River de James Sallis (Gallimard)

Voici le dernier tome en date des enquêtes de Turner. Après Bois mort, puis Cripple Creek, voici Salt River, tout petit roman de James Sallis par le nombre de pages mais grand par le talent.

Deux ans après la disparition de Val, John Turner continue d’appliquer ses dernières paroles : ‘Parfois, on n’a plus qu’à essayer de voir ce qu’on peut encore faire comme musique avec ce qu’il nous reste.’ Shérif adjoint de la petite ville où il s’est réfugié pour fuir ses démons, il essaie d’avancer. Mais on ne fuit pas son passé ni la fureur du monde environnant.

Le fils du shérif réapparaît après des années d’absence au volant d’une voiture volée qu’il encastre dans la mairie. Plus tard, c’est Eldon Brown, le vieil ami guitariste de Turner, qui refait surface et l’attend sur le perron de sa cabane. Venu pour trouver de l’aide, Eldon lui confie qu’on le recherche pour un meurtre qu’il pourrait avoir commis. Il ne sait plus trop bien, sa mémoire flanche…

Pour finir, Turner découvre le cadavre d’une vieille femme dans une maison abandonnée aux environs de la ville. Trois histoires entremêlées que Turner tente d’élucider au sein de sa nouvelle communauté, au fin fond du Tennessee, là où le temps semble s’être arrêté…

Pour une fois, le résumé est issu de la quatrième de couverture car il est très bien fait. C’est donc à un roman ultra court que nous avons entre les mains. J’avais fait la connaissance de James Sallis (en tant que lecteur) avec cette (désormais) trilogie. Et c’était grâce à une revue qui s’appelait Shanghai Express. C’était une revue consacrée au polar et il y avait dans un numéro une interview de James Sallis.

James Sallis y annonçait un changement de style, cherchant à atteindre la simplicité, la pureté de l’écriture. Son but : arriver à décrire une situation d’un mot. Voilà ce à quoi vous devez vous attendre. Pas de descriptions, beaucoup de retours en arrière car Turner est un homme hanté par son passé, et des phrases écrites au cordeau, coupées au scalpel, jusqu’à n’en laisser que la trame la plus simple, mais toujours avec les mots justes, tantôt poétiques, tantôt violents.

Alors, ça va en dérouter plus d’un. Ça va en décourager plusieurs. Mais ne croyez pas que ces 145 pages pour ces 15 euros sont un vol. Car ce livre ne se lit pas vite, il se déguste comme un bon verre de vin. Les personnages sont vivants, les dialogues réduits comme peau de chagrin (Turner n’est pas bavard), mais l’ensemble est un formidable plaisir pour les mots, les phrases, les images, la simplicité de la langue. D’ailleurs, il faut rendre hommage à la traductrice, Isabelle Maillet, qui a su traduire ce que l’auteur a voulu écrire.

Alors, d’où vient cette sensation désagréable, à la fin du livre ? Dans les précédents, on avait l’impression que Turner se défendait quand il était attaqué directement, lui ou ses proches. Dans celui là, l’intrigue se résume à plusieurs enquêtes emberlificotées ce qui donne parfois une impression de brouillon. Du coup, au lieu d’être 100% positif, j’en ressors avec une impression de déception. Et vous ?

Publicités

2 réflexions sur « Salt River de James Sallis (Gallimard) »

  1. Je ne suis jamais déçu par James Sallis mêm si certains sont moins clairs que d’autres et qu’il faut parfois faire un peu le tri.J’ai la chance de correspondre avec lui et dans la correspondance,il faut aussi parfois faire des effots pour saisir le cheminement de sa pensée.
    Belle journée à toi et quel beau site.

    J'aime

    1. J’en ai lu pas mal, moi aussi. Parfois j’accroche, parfois moins. En fait, il faut être dans le bon tempo, avoir envie de le lire en sachant qu’il a un style direct, qui ne s’embarrasse pas de fioritures. Merci pour ton passage. Pour la beauté du site, ma priorité va au déménagement, on verra le reste après
      Amitiés

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s