En ce sanctuaire de Ken Bruen (Gallimard série noire)

C’est toujours avec un énorme plaisir, voire une impatience démesurée et puérile que je retrouve mon ami Jack Taylor. Dès que j’apprends la sortie de ses prochaines enquêtes, je note la date de sortie sur mon agenda, et je me précipite chez mon libraire. Celui-ci m’a été prêté par Coco en avant première, et je ne le remercierai jamais assez, même si j’irai quand même l’acheter le jour de sa sortie.

Jack a vendu son appartement et se retrouve à la tête d’un beau petit pactole, avec lequel il envisage d’aller vivre aux Etats-Unis. En attendant, il loue un appartement beaucoup plus petit que ce qu’il avait auparavant, la faute à la hausse des prix complètement folle de l’immobilier. Un matin, il reçoit une lettre qui lui annonce la mort prochaine de deux policiers, une nonne, un juge et un enfant. Cette lettre est signée Benedictus. Encore un allumé !

N’écoutant que son grand cœur, il va voir le surintendant Clancy, son ancien collègue et ami, pour qu’il enquête, d’autant plus qu’un policier du nom de Flynn vient d’être retrouvé mort, écrasé par une voiture. Comme Clancy pense à un délit de fuite, et qu’il n’a pas l’intention d’écouter Jack, Jack demande à Stewart, son ancien dealer, de l’aider à retrouver l’assassin.

En parallèle de cette affaire, qui va le toucher de très près, son nouveau voisin de palier, Albert, homosexuel notoire, se plaint d’un groupuscule ayant pour but de se débarrasser des « déviants ». Puis, un riche propriétaire terrien fait appel à lui pour retrouver le poney de sa fille que l’on vient d’enlever, et contre lequel il est demandé une rançon.

A nouveau dans ce roman, Ken Bruen montre et dénonce les travers de la société irlandaise, qui court après l’argent. Cette Irlande qui est la plus riche d’Europe, perd toute notion de la réalité, perd aussi ses fondamentaux, ses croyances, au nom de l’argent roi. Mais elle conserve en son sein les mêmes allumés, les irréductibles, les derniers s’une culture amenée à disparaître. Et on retrouve tous ceux que jack connaît côtoie et aime.

Comme d’habitude chez Ken Bruen, les trois enquêtes vont se mêler les unes aux autres sans que l’on ressente un doute ou sans que l’on soit perdu. Comme d’habitude, Jack va payer de sa personne, et l’intrigue va se révéler bien éprouvante pour notre héros. Comme d’habitude, Ken Bruen nous montre toute l’étendue de son talent (son génie !) pour faire vivre des personnages, décrire des lieux en une phrase, pour nous passionner avec ses petites et grandes histoires.

Ce nouveau tome est dans la continuité des autres, avec un niveau très proche des autres, ce qui veut dire qu’il est très bon. L’enquête principale m’a paru d’une facture plus classique, et j’ai l’impression d’y avoir ressenti plus d’humour. J’ai ri plus d’une fois, surtout avec les remarques acerbes de Jack sur l’évolution de la mentalité des gens, de leurs mœurs, de la société irlandaise.

Quand on lit un livre de Ken Bruen, on se dit que c’est facile d’écrire un livre, tant tout semble évident, trivial, logique. Et, comme j’ai déjà du l’écrire ici sur Black Novel, c’est là tout le génie du bonhomme : raconter des histoires tellement réalistes qu’elles deviennent triviales. Vous pouvez, vous devez vous immerger dans ce cycle Jack Taylor, il y a une réelle cohérence du premier au dernier tome, et il faut vraiment les lire dans l’ordre car il y a une progression intéressante dans les personnages et dans le style.

Une rumeur dit que ce serait le dernier tome des enquêtes de Jack Taylor. Espérons que Jack fasse ses adieux comme Johnny Halliday ou les compagnons de la chanson. En tous cas, j’ai de la chance, il m’en reste un à lire. Il est sur ma table de nuit. Lisez jack Taylor, vous ne le regretterez pas. Ce roman sera en vente dès demain matin. Pour finir, un petit message personnel : merci Coco, béni sois-tu jusqu ‘à la 25ème génération.

Publicités

2 réflexions sur “ En ce sanctuaire de Ken Bruen (Gallimard série noire) ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s