Redemption street de Reed Farrel Coleman (Phébus-Rayon noir)

Voici l’exemple type de roman que j’achète suite à une critique dithyrambique, que je stocke dans une de mes bibliothèques, en attendant l’envie de l’ouvrir, mais en sachant que ça va me plaire. Il m’aura fallu 4 années avant de le lire. Et me voilà lancé dans un nouveau personnage récurrent.

Nous sommes à New York, dans les années 80. Moses dit Moe Prager, n’est plus flic depuis quatre ans. Une blessure au genou l’a obligé à prendre sa retraite et se reconvertir, d’abord en obtenant son diplôme de détective privé, ensuite en ouvrant une boutique de vins et spiritueux avec son frère dans Manhattan. Il a trouvé un certain équilibre entre sa femme Katy et sa fille Sarah.

Un matin juste avant Thanksgiving, un homme à la dégaine de loser le demande. Il s’appelle Arthur Rosen et lui demande de retrouver sa sœur Karen. Or, karen fait partie des dix-sept victimes d’un incendie qui a ravagé un hôtel des Catskill quinze ans plus tôt. Arthur insiste sur le fait qu’il a connu la sœur de Moe au Lycée. Moe s’est fait une réputation lors de son passage dans la police : il est capable de trouver n’importe qui. Sauf que c’était un coup de chance. Moe n’a pas l’intention de faire cette enquête, alors il décline l’offre.

Deux jours plus tard, un homme mystérieux demande à le voir dans sa gigantesque Lincoln. Son nom est R .B. Carter. C’est le frère de Andrea Cotter, une jeune fille qui est morte dans le fameux incendie. Il explique que la famille Rosen n’a jamais cru à la mort de Karen, et est allée jusqu’à attaquer en justice tous les éventuels responsables des pompiers aux compagnies d’assurance avant de se retourner vers la famille Cotter. Carter veut s’assurer que Moe ne s’occupera pas de l’enquête et lui propose de l’argent. Moe refuse à nouveau lui assurant qu’il ne fera rien.

Aiguillonné par tant de sollicitations, Moe apprend que Arthur est hébergé dans un institut psychiatrique, le Sunshine Manor. Moe s’y rend le jour même et découvre que Arthur s’est pendu dans sa chambre avec sa propre ceinture accrochée à l’armoire. Sur le mur, le défunt a gravé cinq mots : FAUX, HAMMERLING, INCENDIE, POEMES et JUDAS. En dessous, il a écrit avec son propre sang PRAGER. Décidément, Moe va devoir s’en occuper.

L’édition française est bien étrange. Ce livre, sorti en 2006, est en fait la deuxième enquête de Moe Prager, après Angle obscur qui sortira chez nous en 2007. Décidément, on ne fait rien comme les autres, en inversant les aventures. Reed Farrel Coleman est bien peu connu chez nous, et c’est bien dommage. Car c’est un super écrivain, capable de prendre une situation inextricable et inédite pour nous emmener dans une enquête qui va fouiller le passé.

Le gros point positif de ce roman est évidemment ses personnages. Ils sont fort bien décrits, et si on a tendance à s’identifier à ce détective privé juif un peu particulier, qui semble subir sa vie et les événements, on s’aperçoit bien vite que chez Coleman, les méchants sont méchants et les gentils pas trop gentils. L’ambiance est bizarre, Moe étant obligé de se faire accepter dans une région qui n’est pas la sienne à coup de blagues typiquement juives pleines de dérision et d’absurde.

« On ne se rend pas compte de la vitesse à laquelle on tombe, jusqu’au moment où l’on touche le sol ». Car c’est autant une descente aux enfers, qu’une plongée dans les souvenirs. On n’échappe pas à son passé, il faut juste accepter les conséquences de son destin (celle là est de moi). Ce roman est certes une enquête classique, mais l’histoire est bigrement attachante, celle d’un miroir que l’on vous oblige à regarder. Ce n’est pas toujours beau, mais c’est très agréable à lire. Et ne ratez pas le troisième tome des aventures de Moe Prager qui s’appelle Soul Patch, qui sort ces jours ci aux éditions Phébus, dont nous reparlerons bientôt.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s