Automne de Mons Kallentoft (Serpent à plumes)

Après avoir lu et aimé les deux premiers tomes de cette tétralogie des saisons que sont Hiver et Eté, je ne pouvais que me jeter sur le dernier en date. Voici donc Automne de Mons Kallentoft.

Malin Fors, jeune femme inspecteur de 35 ans, a subi le contrecoup de l’enquête précédente, et a bien du mal à s’en remettre. Elle croyait que se remettre avec son ancien mari Jan et donner à sa fille Tove un foyer stable, résoudrait tous ses problèmes. Hélas, cela n’a fait qu’empirer son besoin d’alcool, à tel point qu’elle ne se sépare plus de sa bouteille de tequila. Lors du dîner de Noël, elle se fache avec Jan à propos d’une moutarde qui s’accorde mal avec le jambon, va même jusqu’à le frapper devant sa fille et s’enfuit.

Jerry Petersson est un riche avocat, qui a fait fortune en ouvrant son cabinet à Stockholm et en défendant des escrocs, tels que Jochen Goldman. Le nombre de ses ennemis est donc forcément important. Quand la famille Fagelsjö se retrouve sur la paille, Petersson voit l’occasion de revenir sur ses terres natales en leur rachetant le château de Skogsa. Petersson est un solitaire, il n’a ni femme, ni enfant.

Jerry Petersson avait donné rendez vous à deux chasseurs du coin pour le débarrasser de quelques cerfs. Mais, ce matin là, quand Göre Lindman et Ingmar Johansson débarquent au château, c’est pour découvrir le corps de Petersson flottant dans les douves. Petersson a été assommé et poignardé à plusieurs reprises. Malin va être obligée de mener une enquête difficile.

Forcément, je vais être obligé de comparer ce roman avec les deux précédents. Alors, comme les deux autres, le rythme est lent, l’intrigue complexe et essentiellement centrée sur les personnages, et la trajectoire des acteurs principaux continue à suivre la même ligne directrice. A lire cela comme ça, vous allez me dire : Rien de nouveau sous le soleil (enfin, en l’occurrence, il pleut tout au long de ce roman, le temps est humide et malsain !).

Je dirai : oui et non. Les personnages sont toujours aussi attachants, le style toujours aussi fluide et agréable à lire, les morts parlent toujours à Malin Fors, et l’ensemble est toujours aussi complexe et passionnant. La différence se situe ailleurs : Mons Kallentoft a choisi de littéralement entrer dans la psychologie de ses personnages. Là où auparavant on était centré sur Malin, il nous donne à lire les pensées de nombreuses personnes de Jan à Tove, de Sven le commissaire aux suspects ou à ses collègues policiers. C’est un roman très ambitieux, qui est parfois difficile à suivre pour le lecteur.

Et puis, il nous montre en Malin Fors un personnage torturé et complexe. Malin est devenue une personne seule, cherchant l’amour de sa fille mais rejetant le contact avec les autres, s’abrutissant l’alcool qui est devenu une drogue comme pour se forger un rempart. Il nous montre ses difficultés à communiquer avec les vivants, alors qu’elle suit le langage des morts, s’autodétruisant par manque de courage, par manque de volonté, par manque de solutions. C’est une jeune femme qui est malheureuse, victime du malheur qu’elle s’est créée. On la retrouve les yeux rougis, les traits bouffis, la démarche hésitante, la bouteille à la main, sans jamais que ce la n’apparaisse comme une caricature. Certains passages sont poignants de justesse, même si Kallentoft met la distance suffisante pour éviter des effets mélodramatiques qui auraient rangé son roman dans la case du ridicule.

Alors certes, on peut faire des reproches à ce roman, comme le début qui est long à démarrer, comme cette volonté d’être parfois trop explicite sur les pensées des personnages et donc d’être un peu balourd. Mais l’ensemble se révèle à nouveau une enquête policière fort bien menée, avec un style qui permet de la rendre passionnante et un personnage féminin dont la profondeur est rare. Il me reste juste une impression non pas de déception mais une sensation mitigée. Et je me dis qu’il va être bien difficile de conclure en un seul roman le trajet de Malin, ce qui amène un sentiment de curiosité et d’attente pour Printemps, le dernier tome de la série qui devrait sortir cette année.

7 réflexions sur « Automne de Mons Kallentoft (Serpent à plumes) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.