Le chronique de Gregory : DOBERMANN intégrale Tome 1 de Joël Houssin (Ring)

Voici un nouvel invité dans les colonnes de Black Novel. C’est lui qui m’a sollicité et qui m’a proposé ce billet. Ce qu’il aime, ce sont les romans qui vont vite, qui ne perdent pas de temps. Parmi ses lectures, les mangas … jusqu’à ce que je lui parle de Dobermann, dont il connait le film. Avec ce premier tome de l’intégrale, ils se sont trouvés …

Son avis :

Le livre nous plonge dans une France des années 80, arrosée de champagne Cristal, de fusillades, de copinages et de tabassages. Nous suivons sur les 7 histoires de cet intégrale 1 Yann Lepentrec et Christini Sauveur. Chacun son style, chacun sa manière, chacun son métier mais tout les deux des tueurs.

Notre premier anti-héros, Yann Lepentrec, c’est le Dobermann, des yeux aux paillettes dorés, une chevelure blonde, un chien de la taille d’un cheval, un cerveau de stratège ; il a aussi une femme merveilleuse. Il a du talent dans le banditisme nouvelle génération, fini l’époque des cowboys, lui il réfléchit, avance ses pions, vise, et tire 3 balles avec son 357 magnum. Le Dobermann ne respecte que son code éthique, il ne tue pas les civils qui ne sont pas impliqués, ne gaspille pas ses balles inutilement ; ce n’est pas que ça coûte cher, c’est juste pour s’assurer de toujours en avoir pour les flics.

Notre deuxième anti-héros Sauveur Chrisitini, c’est Voldemort, c’est l’Empereur, c’est Sauron, celui qu’on déteste, pour ses méthodes et ses manières, mais qu’on aime pour son tempérament, son charisme, pour ce qu’il représente. Il est brutal, perfide, malsain, pervers, dérangé, fanatique, mais il est surtout le chef de la brigade Grand Banditisme du quai d’Orsay. Un flic aux méthodes douteuses, il faut dire qu’il a la loi pour lui. Un héros pour le grand public, un monstre pour la police des affaires internes, un camarade de jeu du Dobermann.

Autour de nos deux anti-héros , tout un univers de tueurs, policiers et gangsters, que ce soit Nat la gitane, Gina, Clodarec ou le chien du Dobermann, ils sont tous intéressants et s’intègrent parfaitement à l’histoire.

Pas d’histoires de clichés, pas de rebondissements mielleux, les histoires s’enchainent et s’entremêlent, ne se répètent pas dans les situations et restent palpitantes. C’est violent, puissant et ça « carnage » dans tout les sens. On se surprend à espérer que tel personnage meure, et vite, c’est mieux. L’auteur nous fait bien comprendre qu’ici dans ce Paris, c’est le mieux équipé qui survit et qu’il faut savoir vider son chargeur avant de dire bonjour.

Le roman, c’est donc une claque dans l’univers du polar. Il démolit toutes nos habitudes du genre, les dés sont pipés, les flics sont pourris, les gangsters paraissent beaux, les putains sont dégueulasses. Les limites du bien et du mal sont complètement redéfinies par une règle simple: que tu sois policier ou politicien, civil ou gangster, tu restes une ordure.

 » Le voyou, c’est comme le gibier : faut que la viande pourrisse un peu pour qu’elle soit bonne. »

Grégory Fairbrooks.

4eme de couverture

Né en Janvier 1981, le Dobermann a, en 4 ans et 19 romans, dont l’un fut adapté au cinéma par Jan Kounen, taillé une sanglante balafre dans le paysage du polar. Une anthologie du braquage, un best-of du hold-up ! Côté flics, le mot d’ordre est clair : « Personne n’a envie de voir le Dobermann et son gang en prison. Il y a des voyous qu’on n’arrête pas. Le Dobermann, c’est pas un gangster comme les autres. Il respecte rien. Il braque les banques pour le plaisir. C’est pas humain. On n’a pas le droit de mépriser l’argent comme ça. L’argent, ça se mérite. Et le Dob, il mérite que d’aller au trou… Un trou bien profond avec de la terre par-dessus. Alors collez-moi un paquet de balles dans la tête de ces tueurs de flics ! » Christini.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s