Le cul des anges de Benjamin Legrand (Seuil noir)

Voici le deuxième roman que je lis de la sélection automnale de Polar SNCF, d’ailleurs qualifié pour la finale. En lisant la quatrième de couverture, je me rends compte que cet auteur a déjà écrit neuf romans. Ce sera donc une nouvelle découverte pour moi.

Dimitri est un tueur à gages russe qui débarque à Nice avec un contrat à exécuter. Alors qu’il va récupérer ses armes qui sont dans un casier de la consigne de la gare, une jeune femme lui vole le sac tant convoité. Il la poursuit jusque dans le TGV, échappe aux contrôleurs et se retrouve avec cette jeune paumée rebelle dans un palace de Cannes. Après l’avoir entraînée dans le petit casino du palace, il réussit à récupérer son sac.

Lola est une jeune femme de 18 ans qui a un don extraordinaire de physionomiste. Embauchée par le casino de la Croisette, elle fait fureur pour dénicher les joueurs interdits de salle de jeu ou condamnés. Lors d’un règlement de compte, elle reçoit une balle dans la tête, devient amnésique, perd son don mais se découvre une belle voix. Elle devient la chanteuse dans le groupe Le cul des anges.

Lucien est un retraité qui, avec sa femme Raymonde, s’est privé de tout pendant toute leur vie, afin de se payer un appartement dans le sud pour leur retraite. Alors que Raymonde meurt d’un cancer foudroyant, Lucien rencontre Fernand et ils deviennent partenaires de pétanque. Un soir, Lucien entend son voisin maltraiter un enfant, et décide qu’il va lui faire payer.

Edward Valentine est militaire de la Navy en villégiature dans le sud de la France. A coté de ce travail, il a une entreprise de films pornographiques, qu’il dirige avec Henri-Pierre et le Flamand. Il veut faire un dernier grand coup, avant de partir avec la caisse de 10 millions de dollars. Pour cela, il doit se débarrasser de son chauffeur et garde du corps Taylor. Son plan prévoit de lui trancher la gorge et de faire croire à un enlèvement par des terroristes.

Benjamin Legrand a construit son roman sur la base de plus d’une quinzaine de personnages différents, qui n’ont a priori aucun rapport ni contact les uns avec les autres. Mais tous vont se retrouver à un moment ou à un autre sur la même trajectoire. Tout est construit comme une gigantesque toile d’araignée, ou plutôt une feuille de papier que l’on plie, et les gens se rencontrent dans des circonstances plutôt violentes.

Malgré le nombre élevé de personnages, jamais je ne me suis senti perdu. Car tous sont très bien dessinés, avec un passé, un caractère, et une logique face aux événements auxquels ils sont confrontés. Alors on suit cette aventure avec plaisir, où on se sent manipulé dans un scénario diabolique. Je dois dire que je suis envieux devant l’imagination et la construction implacable de ce roman.

Je dois avouer que c’est bien écrit, c’est bien dialogué, c’est superbement bien construit et c’est original comme un bon scénario de film. Le problème, c’est, qu’au-delà de toutes les qualités évidentes de cet auteur, je n’ai jamais été emporté par ce roman. Je l’ai trouvé bon, très bon même, mais j’en suis sorti avec une impression que Benjamin Legrand est passé à coté d’un roman génial. Et je ne sais même pas pourquoi ! Quoiqu’il en soit, j’ai aimé cette histoire à la construction implacable et je suis curieux que ceux qui l’ont lu me disent ce qu’ils en ont pensé. En ce qui me concerne, je lirai sans aucun doute son prochain livre.

Publicités

2 réflexions sur “ Le cul des anges de Benjamin Legrand (Seuil noir) ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s