La nuit ne dure pas de Olivier Martinelli (13ème note éditions)

Mon problème, c’est que je surfe beaucoup sur Internet et que je suis inscrit à beaucoup de newsletter. Et donc, je reçois les newsletter des éditeurs. Quand il s’agit d’un auteur que je ne connais pas, je lis la quatrième de couverture. Et quand celle-ci est alléchante, je ne résiste plus. C’est le cas de La nuit ne dure pas de Olivier Martinelli publié aux éditions 13ème note, dont voici le sujet.

Ils sont trois frères, ils s’appellent les Kid Bombardos, ce sont des adolescents qui font du rock. Il y a Arthur l’aîné bassiste, Seb le benjamin batteur et Dominic le guitariste qui est aussi le compositeur et le chanteur. Tous les trois sont des fous de musique, la musique c’est leur vie, leur sang, l’air qui leur permet de respirer. Tous trois sont inséparables, tous trois ont des caractères bien différents et traversent cette période difficile qu’est l’adolescence.

Arthur, l’aîné, a quitté le domicile des parents, a plongé dans la drogue et tente de s’en sortir. Il travaille dans une librairie, est fan absolu de Fante et voit le groupe comme d’une part la possibilité de démontrer qu’il est capable de faire quelque chose et d’autre part la réalisation du rêve de vivre de sa passion. C’est aussi un être solitaire qui cherche la rédemption au travers l’amour parfait. Le fait qu’il soit le bassiste montre qu’il est la base de la fratrie, qu’il sert d’exemple aux deux autres.

Seb est le plus jeune des trois, et donc forcément influencé par ses grands frères. Il en a marre d’être considéré comme le petit, a un besoin de s’émanciper, de respirer de l’air pur. Sa fugue à Paris lui fait découvrir le monde des adultes avec ses bons cotés (ses rencontres, ses amours) mais aussi les mauvais (se prendre en charge, c’est aussi se retrouver seul). C’est celui des trois qui porte en lui l’énergie, la puissance, la volonté donc c’est le batteur.

Dominic est celui sur qui repose tout le groupe, car sans chanson, il n’y a pas de groupe. En proie au doute, avec ses peurs des responsabilités, il regarde avec beaucoup d’envie son grand frère qui a osé faire le pas de quitter les parents. Car la fuite est bien tentante quand on est au pied du mur, comme peut l’être tous les excipients qui aident à oublier les contraintes de la vie adulte. Sans toucher à la drogue, probablement pour ne pas faire les mêmes erreurs que Arthur, il va boire et baiser les filles.

Vous l’aurez compris, ce sont trois personnages d’adolescents très complets, très différents que nous propose Olivier Martinelli. Avec sa structure en trois parties, faisant parler chacun des frères à tour de rôle, on entre dans leur tête jusqu’à les comprendre, les écouter, et rêver avec eux. C’est bigrement bien construit et bigrement efficace.

Evidemment, ça parle de rock. Chaque partie est découpée en chapitres dont les titres sont des chansons cultes. Et là encore, le choix est parfait. Des Smiths au Velvet, des Tindersticks aux Vines ou Jesus and Mary Chain, en ce qui me concerne, il n’y a aucune faute de goût, mais plutôt une sorte de discothèque idéale. Les nombreuses références vont faire découvrir de bien belles chansons aux néophytes et donner l’envie de se replonger dans des disques oubliés pour d’autres (dont je suis).

Et le style de l’auteur est d’une précision diabolique et d’une poésie désabusée. Quel plaisir de lire un auteur qui sait écrire, qui s’attache aux moindres petits gestes de la vie quotidienne, pour mieux montrer l’état d’âme. Ne venez pas y chercher un roman d’action, ici, on fouille les pensées, on décortique les cerveaux, on détaille les doigts qui tremblent, pour la logique du personnage. J’ai eu l’impression de lire du Philippe Djian et c’est un énorme compliment ! Olivier Martinelli aime ses personnages, et il nous embarque avec lui. On aime ces adolescents qui ont un rêve, qui travaillent pour qu’il se réalise, qui se prennent des baffes, mais qui repartent à l’assaut.

Ce roman n’est ni véritablement un polar, ni véritablement un roman psychologique mais une belle histoire de jeunes gens qui font quelque chose, de jeunes gens finalement pas si compliqués que cela, qui veulent vivre de leur passion et être aimés. Ce roman est à lire comme une œuvre à part entière, à garder précieusement comme un culte, à relire pour mieux écouter les autres.

Tous ceux qui ont fait semblant de jouer de la guitare en écoutant du rock, tous ceux qui ont rêvé de brûler sous les projecteurs, tous ceux qui ont gardé une âme d’adolescent rêveur, tous ceux qui cherchent à comprendre une partie de ce qu’est l’adolescence devraient lire ce roman. Trois parties, comme trois disques, trois superbes portraits de jeunes qui veulent construire quelque chose, trois gamins pour qui la famille est une maison dont ils sont les pierres, ce roman est d’hors et déjà culte pour moi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s