L’homme qui rêvait d’enterrer son passé de Neil Cross (10/18)

Ce livre faisait partie de la sélection estivale de Polar SNCF 2010, et vient d’être édité en poche chez 10/18. Ce livre, je l’ai choisi pour son sujet, en étant curieux de voir comment Neil Cross allait traiter son intrigue. Et c’est une déception. En voici le sujet.

Un soir pluvieux, un homme sonne à la porte de Nathan. C’est un homme qu’il n’a pas vu depuis de longues années. Il s’appelle Bob et lui annonce que des lotissements sont en cours de construction, que les ouvriers sont en train de creuser dans les bois et qu’ils vont avoir des ennuis. Ils se sont rencontrés quinze ans plus tôt, en 1993, alors que Nathan louait un petit appartement dans une maison de Marple Road. Les loyers étaient si peu chers que beaucoup de chômeurs habitaient là. Bob était le plus ancien et louait le plus grand appartement. Bob était obsédé par les fantômes depuis la mort de son frère.

Quatre ans plus tard, ils se sont perdus de vue. Nathan a trouvé un travail, il fait des recherches documentaires pour une émission radiophonique locale de Mark Derbyshire, une gloire vieillissante. Il vit avec Sara, qu’il croyait aimer, mais il est sur le point de se séparer d’elle car leur couple a perdu ou égaré la magie initiale. En plus, Sara a une liaison avec son patron, ce qui confirme Nathan dans son envie de rompre. Sara a toujours rêvé d’assister à la fête de Noël organisée par Marl Derbyshire et Nathan a toujours résisté. Mais, cette année, ils y vont tous les deux.

Lors de cette soirée, l’alcool coule à flots, Nathan abuse de la cocaïne, et se sent étranger à la fête. Il y rencontre Bob et une jeune femme prénommée Elise. Pendant que Sara se fait draguer par Mark, Nathan, Bob et Elise partent faire un tour en voiture. Ils font l’amour et Elise meurt d’une crise cardiaque. Bob a l’idée de l’enterrer dans les bois. Ils se quittent sans se revoir et Nathan essaie de se reconstruire, miné par le remords. Sara le quitte, et il trouve un poste dans le département Commerce et Marketing d’une entreprise de cartes postales.

Comme je le disais en introduction, le sujet est connu et ce qui m’intéressait, c’était son traitement. Alors, soyons clair, ce livre est plus un roman sur la rédemption et le remords qu’un thriller. Le rythme est lent et la majorité de l’intrigue consiste à montrer et détailler comment Nathan cherche à se pardonner lui-même. Nathan en est le personnage principal et je ne comprends toujours pas pourquoi l’auteur n’a pas écrit son roman à la première personne, ce qui l’aurait rendu plus fort, plus passionnant.

Car c’est bien là l’un des défauts que j’ai trouvé à ce livre. Tout est lisse, très lisse, trop lisse, avec énormément de dialogues, ce qui en fait au global un roman qui se lit vite car il est réellement très court. Même les scènes fortes ne ressortent pas, il n’y a pas de fulgurances, juste une histoire bien menée, bien écrite, mais que l’on suit sans passion. Et donc, on regrette le prix excessif payé pour ça.

Le résultat donne un roman que l’on lit bien et vite, certes, mais qui m’a semblé bien plat, bien commun, bien décevant. D’ailleurs, j’ai bien peur de l’oublier aussi vite que je l’ai lu. Il ne reste plus qu’à attendre le prochain Neil Cross pour voir s’il sera meilleur. Je serais curieux de savoir ce que vous en avez pensé, alors n’hésitez pas à me laisser vos commentaires.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s