Cavale (s) de Marie Vindy (Manufacture de livres)

Après Une femme seule, formidable polar qui savait allier les mystères le l’âme humaine et les ambiances étranges et inquiétantes des forêts de l’est de la France, Marie Vindy nous convie à retrouver ses deux personnages dans une nouvelle affaire. Et je vais essayer de vous expliquer pourquoi j’adore Marie Vindy …

Marianne Gil et Francis Humbert ont emménagé dans la ferme des Champs-Marie à la Loge-Suzon, dans une nouvelle maison, dotée d’une grande propriété où elle pourra faire venir ses chevaux et s’occuper d’eux. Marianne a un projet de roman, qu’elle doit écrire et le changement de décor devrait lui permettre d’avancer dans sa tache. Quant à Francis, il découvre sa nouvelle caserne, son nouveau poste de commandant de gendarmerie, ses nouveaux collègues. Ça devait être un week-end tranquille, où ils auraient pris le temps de déballer leurs cartons, où ils auraient pu passer un peu de temps ensemble, juste à s’installer sur la terrasse, boire un café ou un thé, et parler des arbres, du temps qui passe …

Mais un braquage au supermarché de Sombernon de Dijon va gâcher leur week-end. Deux hommes sont entrés et ont emporté le contenu du coffre, avant de s’enfuir dans une Seat blanche. En partant, les gendarmes débarquent et une fusillade éclate. L’un des gendarmes reste à terre, mort. Le Seat a été retrouvée incendiée : les voleurs ont du changer de voiture. Tous les services sont sur les dents et Humbert est nommé directeur d’enquête.

Alors qu’elle rentre de balade sur son cheval, un homme apostrophe Marainne. Il s’agit de Jean Claude Viard, un gros propriétaire terrien et maire du village. Il aurait voulu voir Humbert, car sa femme a disparu. Solène, institutrice, est en effet partie sans raison aucune. Alors que la femme du gendarme tué menace de révéler la maltraitance qu’elle a subi de son mari, la fuite de Solène va croiser la route des fuyards et Humbert va avoir fort à faire.

Si vous n’avez pas lu Une femme seule, je pense qu’il faut que vous le lisiez avant, car au début de ce roman, Marie Vindy en dit beaucoup sur son dénouement. Ceci dit, celui-ci peut parfaitement se lire indépendamment du précédent. Et, d’ailleurs, Une femme seule et Cavale (s) ont beaucoup de points communs mais aussi beaucoup de différences. Ce que je vais essayer de faire, c’est vous expliquer pourquoi j’adore ce qu’écrit Marie Vindy. Sachez juste que j’avais mis un coup de cœur pour Une femme seule, et que celui-ci aurait parfaitement pu en avoir un aussi.

Nous retrouvons donc nos deux personnages, rencontrés dans la roman précédent, avec tous les traits de caractère qui les caractérisent : Marianne est mystérieuse, elle cache des secrets, enfouis dans les abimes de son âme. Humbert est professionnel, motivé et follement amoureux d’elle. Mais ces deux là forment un couple où ils se cherchent et où les moments qu’ils passent ensemble sont des havres de paix au milieu du tumulte ambiant.

Si le roman précédent jouait sur les ambiances de brouillard, celui-ci est plus centré sur les personnages. Et Marie Vindy ne veut pas faire dans le sensationnel ; ce qu’elle nous montre, ce sont des gens simples, des gens comme vous et moi, confrontés à la violence de tous les jours. En cela, l’auteure nous offre une galerie de personnages lui permettant de montrer (dénoncer ?) les dérives de nos vies. Entre les consommations de drogue, les femmes qui subissent les maltraitances de leur mari, les gendarmes qui se battent sans moyen, les petites escroqueries des « petits élus », les souffrances et compassions des gendarmes confrontés aux malheurs de la vie de tous les jours, nous avons là ce qui remplit les pages de faits divers. Mais l’auteure nous montre que derrière les quelques lignes des petits encarts des journaux, il y a des hommes et des femmes.

Pas besoin d’esbrouffe donc, pas d’effet de style, Marie Vindy reste en retrait, préférant mettre en avant ces gens, dans leur vie de tous les jours. Si cela semble simple, sachez que l’intrigue, simple au départ, s’enrichit bien vite de plusieurs éléments, comme si on voulait rajouter des draps pour cacher le malheur des gens. Tout cela donne un roman qui, l’air de rien, va vite grace à ses nombreux rebondissements, et son alternance entre l’enquête et la fuite des braqueurs de supermarché.

Cavale ou cavales ? Tous les personnages ont ce point commun d’être en cavale ; cavale vers leur rêve, vers leur tout, vers le tout, vers le rien. Outre les braqueurs qui rêvent de s’exiler sur une île ensoleillée, Solène rêve d’échapper à son quotidien peuplé de disputes et d’insultes de son mari, la femme du gendarme rêve de voir sa maltraitance reconnue, Betty la collègue de Humbert rêve d’aider les gens, Humbert lui-même veut fuir son métier plongé dans le malheur des autres pour retrouver son havre de paix, Marianne veut échapper au bonheur qui lui tend les bras … Tous sont en cavale vers un ailleurs, un nulle part qui leur promet tant et ne leur donne rien.

Cavale(s), c’est un livre vrai, où on côtoie des personnages, comme si on les rencontrait dans la rue ; on vit avec eux, on parle avec eux. C’est aussi un livre dur. C’est aussi le portrait de minables, qui se croient plus forts, parce qu’ils ont quelque chose entre les jambes. C’est enfin l’histoire d’un couple que l’on aimerait retrouver et qui possède sa part de brouillard. Fichtre ! J’adore !

7 réflexions sur « Cavale (s) de Marie Vindy (Manufacture de livres) »

    1. Tu as raison, cette simplicité est une de ses marques de fabriques. Mais ce n’est pas évident d’intéresser les gens avec des faits divers (d’hiver?). Marie est une auteure précieuse dans le paysage polar français. BIZ

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.