Chimère noire de Pierre Rabardel (Breizh noir-Astoure)

L’auteur m’a contacté pour que je donne mon avis sur son premier polar, et je dois dire que j’aime bien découvrir de nouvelles plumes. Dans celui-ci, on y trouve un roman policier classique dont l’intrigue n’est pas menée de façon classique. Cela en fait un roman très attachant.

De nos jours à Saint Cast le Guildo. Tonio, un mafieux en provenance de Toulon, mais d’origine corse a une mission à accomplir. Il est venu pour détruire l’élevage des vers que l’on utilise pour la pêche en mer de José. Il a tout prévu, tout repéré, s’est fait passer pour un touriste, et a trouvé les bacs bien cachés dans les roseaux qui bordent la cote.

Marie est une jeune fille qui profite de la vie. Elle a un petit ami, Jehan, mais elle se permettrait bien de passer un bon moment avec Tonio, probablement à cause de l’attrait de la nouveauté. D’ailleurs, il lui propose de faire un tour en jet ski, et elle décide d’accepter. Malheureusement, après les premières embrassades, la grossièreté de Tonio la rebute et cela se termine en viol.

Quelques jours plus tard, Tonio est retrouvé mort au pied d’une falaise rocheuse. Léon, le gendarme, a tous les éléments pour conclure à un accident, d’autant plus que Salvadore, le frère de Tonio leur confirme que l’escalade était sa passion. Sauf que Salvadore va faire son enquête de son coté, ainsi que l’instituteur à la retraite Mariange et Yvon l’ornithologue.

Sur une trame relativement simple, voilà un roman dont l’intrigue est singulière. L’enquête est menée par plusieurs personnes à la fois, et on oscille entre roman policier classique et pur polar. Les personnages sont très agréables, et je me suis vite attaché à Mariange, par sa volonté d’arranger tout le monde.

Une autre chose m’a beaucoup plu, c’est l’ambiance de petit village. Tout le monde se connaît, tout se sait, tout se raconte car tout le monde a l’oreille bien pendue pour en savoir un peu plus. Et puis, Pierre Rabardel est amoureux de la nature. Certaines pages où il nous donne à voir la faune et la flore de la Bretagne du nord sont d’une beauté que l’on rencontre chez de grands auteurs. Enfin, s’il n’y a pas beaucoup d’actions, la scène sur le voilier La Chimère noire vaut son pesant de cacahuètes, car j’ai retenu mon souffle pendant une quinzaine de pages.

Pour un premier roman, c’est une réussite. Les personnages se suivent aisément, l’incertitude est bien maîtrisée, et malgré quelques indices qui tombent du ciel (la boucle d’oreille, les traces sur le bateau), il y a peu de digressions et c’est un roman divertissant qui mérite une suite. Dites, M.Rabardel, vous pourriez faire une autre histoire avec Mariange ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s