Le triangle de l’effroi de Ann Dewinter (Editions Benevent)

Les éditions Benevent m’ont contacté pour me proposer ce roman. Et je dois dire que quand on me propose un nouveau roman d’un jeune auteur, je me lance aussitôt à l’assaut d’un nouvel univers. Et ce qui s’avère un roman policier au premier abord, devient finalement plus que cela.

De nos jours, à l’île de Ré et ses environs. Un acte abominable vient d’être découvert au Fort La Prée. Une tête d’homme gît dans une des salles. Dans le même temps, un bras est découvert, à Brouage, montrant de son index la direction du nord ouest. Voilà un étrange puzzle, d’autant plus que la tête est masculine et le bras féminin. L’inspecteur Gelex va donc être en charge de ces deux enquêtes.

La tête s’avère appartenir à un ouvrier restaurateur Géromond Lamousse, dit Gerry, vingt quatre ans, titulaire d’une licence d’histoire de l’art militaire. En fait, étudiant à Paris, il est en fait ressortissant canadien. Le bras, quant à lui, appartiendrait à une jeune étudiante canadienne. Sa mationalité a été identifiée avec un morceau de tatouage sur le membre découpé.

Philibert Antoine Justinien Gelex de Marcillac, dit Gelex (c’est plus simple), est le commissaire chargé de l’enquête. Plutôt du genre pressé, il est pressé par le procureur de la République de résoudre au plus tôt cette affaire … d’autant plus que l’on va retrouver un deuxième membre dans le fort de Fouras, et que la secrétaire Briv a disparu.

Ça commence comme un roman policier, un roman policier régional, situé dans cette belle région de Vendée, aux environs de l’île de Ré. Et les deux grandes qualités de ce livre sont bien les descriptions de la région et le style littéraire de l’auteur. L’intrigue nous mène donc « en bateau », de fausses pistes en morceaux d’indices pour essayer de résoudre cette affaire bien surprenante.

Si j’ai regretté qu’il n’y ait pas plus de dialogues, alors que je trouve qu’Ann Dewinter est très douée pour cet exercice, j’ai bien aimé la façon de mener son histoire, en se mettant à la place de Gelex, partant de très peu d’indices pour arriver à la conclusion de cette enquête. En supprimant les nombreuses digressions et descriptions qui ne servent pas à l’histoire, on aurait un roman policier parfait. Et on ne peut reprocher à Ann Dewinter d’avoir de l’ambition tant son intrigue est complexe et bien menée.

Le personnage de Gelex est somme toutes, un personnage banal, au sens où il ne boit pas, ne se drogue pas, n’a pas de vices. C’est juste un personnage de policier normal avec une vie de famille normale, dont les nerfs vont être soumis à rude épreuve. De toute évidence, on tient là un auteur de roman policier qui peut concocter d’intéressantes énigmes. En tant que lecteur, j’espère que ce personnage sera récurrent. Voilà donc un roman sympathique, avec une histoire bien intrigante à souhait.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s