Toxic Blues de Ken Bruen (Folio Policier)

Coup de coeur ! Amusant comme un personnage tel que Jack Taylor peut vous remonter le moral ! J’ai tout lu des enquêtes de Jack Taylor, sauf celle-ci, que je me réservais bien au chaud. J’ai découvert Jack avec Le Martyre des Magdalènes, et je l’ai suivi dans sa descente aux enfers. J’avais dévoré le premier de la série, par la suite, Delirium Tremens ; il me restait donc Toxic Blues.

Malgré le fait d’avoir tout lu (et dévoré) de Jack Taylor, j’avais un peu d’appréhension de reprendre une enquête qui se situait si tôt dans la vie de Jack. En fait, cela m’a permis de mieux mettre en valeur et l’évolution du personnage, et l’évidence du style de Ken Bruen. Car Toxic Blues représente à mon avis le roman par lequel Ken Bruen décolle, devient un auteur incontournable dans le paysage du roman noir contemporain.

Nous avions laissé Jack Taylor à la fin d’une aventure éprouvante. Il a quitté l’Irlande pour Londres, alcoolique jusqu’au bout des mains, il revient dans son quartier de Galway camé à la cocaïne jusqu’au bout du nez. Il retrouve tous ses amis, dont Jeff et Cathy qui attend un bébé. Hébergé par eux, dans un premier temps, il est vite contacté par Sweeper.

Sweeper est un tinker. C’est une communauté qui regroupe les gens de voyage. Depuis quelques temps, certains membres de leur communauté sont atrocement assassinés, le crâne défoncé. Jack va accepter d’enquêter pour retrouver l’auteur de ces meurtres. En même temps, il doit gérer ses relations conflictuelles avec sa mère, et ses sentiments amoureux.

Ken Bruen est un as, il déroule son intrigue l’air de rien, passant de rencontres en soirées speedées à la façon d’un Burroughs ou d’un Henri Miller (sans les scènes de sexe) avec une telle facilité qu’il est impossible de lâcher le livre. Il donne aussi au lecteur les repères pour s’imprégner des influences, autant musicales que littéraires (car Jack est un grand lecteur). On entre dans la tête de Jack, on vit avec lui, cela devient un véritable ami.

On est littéralement immergé dans ce petit centre de Galway, ce petit village d’irréductibles où tout le monde se connaît, où il circule des effluves d’amour et de haine, où tout le monde se parle, se côtoie. Et il y a les prémices des changements à venir, cette société basée sur le fric, sur l’absence de sentiments, sur la peur de l’autre, l’élimination du différent.

Vous en connaissez beaucoup, des auteurs capables de décrire un lieu par une phrase, de montrer un personnage en un paragraphe, de vous tirer en deux mots des larmes, de vous faire serrer les dents, de vous plier sous un coup de pied. Ce roman est, à mon avis, l’un des meilleurs de la série avec Le Dramaturge. Et je ne saurais vous conseiller de commencer par le premier de la série. C’est tout simplement une série incroyablement imprégnée de notre époque, avec un personnage témoin des changements de notre société, antipathiquement sympathique. Lisez Ken Bruen, Jack Taylor est mon pote.

Une dernière question ma taraude après la lecture de ce monument du noir : depuis que Gallimard a décidé d’arrêter d’éditer les enquêtes de Jack Taylor, quand allons nous revoir Jack sur les étals d’une librairie ?

Publicités

5 réflexions sur “ Toxic Blues de Ken Bruen (Folio Policier) ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s