Blackout Baby ! De Michel Moatti (HC éditions)

Je dois dire que j’avais été fortement impressionné par le précédent roman de Michel Moatti, Retour à Whitechappel, qui reprenait les indices existant sur Jack l’éventreur pour nous immergé dans le Londres d’un autre âge. On y faisait aussi la connaissance d’Amelia Pritlowe, une infirmière qui s’avérait être aussi la fille de la dernière victime de ce tueur en série hors du commun. Blackout baby ! nous offre une nouvelle enquête sur un tueur en série, ainsi que le retour d’Amelia.

Février 1942. Londres vit à l’heure de la guerre, mais de la guerre à distance. Les habitants vivent dans la terreur permanente des bombardements allemands, qui s’ataquent aux populations civiles et détruisent les immeubles à l’aveugle. C’est donc dans un décor apocalyptique que Michel Moatti situe son intrigue, dans un Londres où les gens sont obligés de respecter le couvre-feu.

Gordon Cummins est un officier de l’armée britannique, ou du moins se balade-t-il avec un uniforme de l’armée de l’air. Il entre dans une pharmacie pour un banal mal de tête et la pharmacienne lui propose un flacon de Dr Jebb’s. Puis il ressort et l’attend dehors. En la suivant, le soir, une alerte aux bombardements déchire la nuit. Ils trouvent refuge dans un abri, et il apprend qu’elle s’appelle Evelyn Hamilton. A la fin de l’alerte, ils restent un peu plus longtemps et il finit par l’étrangler. Ce sera la première victime de celui que la presse va nommer The Blackout ripper. Car plus le nombre de victimes va augmenter, plus il va s’acharner sur les corps sans vie de femmes.

La police est désarçonnée par ce nouveau tueur en série, pour plusieurs raisons : Le nombre d’hommes disponibles et donc de policiers est limité ; ensuite, on peut se demander s’il s’agit réellement d’un fou, ou bien d’un groupuscule d’allumés, ou bien d’une tentative d’intimidation de la part des Allemands. Ils vont donc confier l’enquête à Walter Dew, un ancien de la police qui a travaillé à trouver l’identité de Jack l’éventreur et qui est à la retraite depuis. Il porte en lui cet échec cuisant, et a à cœur de réussir. Pour cela, il fait appel à Amelia qui saura l’aider à trouver l’assassin des femmes londoniennes.

A nouveau, Michel Moatti reprend des faits historiques authentiques, et construit une intrigue tout simplement bluffante. Nous avons affaire ici à un roman policier, dans la plus pure des traditions, si ce n’est que l’on connait le nom du tueur dès le départ. L’auteur alterne donc les chapitres entre Gordon Cummins, la police, Walter Dew et Amelia, ce qui donne à l’ensemble un rythme relativement lent, mais qui fait monter la pression car on finit par espérer que l’on arrête au plus vite ce tueur.

A nouveau, Michel Moatti m’a étonné par sa capacité à faire revivre le Londres de ces années là, sans esbroufe, sans artifice, juste en trouvant les bons mots pour nous montrer cette ville en ruine, ces rues sales, ces ruelles sombres, ces peurs indicibles envers le danger qui vient du ciel. Pendant tout le livre, on se retrouve plongé dans le noir, avec les odeurs de l’hôpital, avec les sirènes hurlantes, avec le calme des bureaux de la police, avec la peur des gens à chaque coin de rue.

Si je peux regretter que des indices tombent un peu du ciel, je retiendrai surtout ces personnages formidables que j’ai adoré côtoyer, cette ambiance incroyable que Michel Moatti a réussi à recréer et surtout ce final tout en stress alors que le style reste toujours aussi fluide. Et on referme ce roman en ayant passé un bon moment, mais surtout en se disant qu’on a pris énormément de plaisir à lire un auteur décidément fort à faire revivre des ambiances.

Ne ratez pas l’avis de mon ami Jean Le Belge ici

Publicités

3 réflexions sur « Blackout Baby ! De Michel Moatti (HC éditions) »

  1. Bonsoir,
    Après avoir lu: Glacé de Bernard Minier, je me lancerai dans cet auteur ci mais pour le livre précédent 🙂
    Je n’oublie pas votre blog cité sur le mien dans l’onglet : Idées de lectures.
    Amicalement
    brindille anciennement filamots.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s