La nuit de Geronimo de Dominique Sylvain (Points)

De Dominique Sylvain, j’avais adoré Guerre Sale. La sélection pour Meilleurpolar.com de La nuit de Geronimo est l’occasion de découvrir un autre de ses personnages récurrents, à savoir Louise Morvan.

Philippine Domeniac, médecin légiste à Paris, s’installe dans le village familial alors qu’apparaissent des messages quotidiens par e-mail, illustrés par une photographie de son père Thierry : Geronimo n’a tué personne, Mais qui a tué Geronimo ? Elle décide de faire appel à Louise Morvan pour résoudre ce mystère concernant son père, génie de la génétique qui s’est suicidé 25 ans plus tôt.

Les suspects peuvent être n’importe qui, mais il faut regarder d’abord chez les habitants du village et en particulier les membres de la famille. Le grand-père, Jean-Pascal, psychiatre renommé, pourrait bien être à même de venger son fils chéri. Sa femme, atteinte d’une maladie mentale, semble hors du coup. Mais que dire de son garde malade Pierrick ? A moins qu’il ne faille chercher du coté de Hadrien, le frère cadet, riche homme d’affaires, ou de sa femme Judith, célèbre propriétaire d’une galerie d’art. Il y a enfin les cousins de Philippine, Stanislas propriétaire de média et Edouard avocat.

Une belle brochette en perspective, avec des secrets de famille et des amitiés et inimitiés qu’il va falloir démêler comme une pelote de laine. Finalement, le mystère va être plus sombre qu’une simple histoire de corbeau.

C’est mon premier épisode de Louise Morvan, et je me dois de rassurer les futurs lecteurs de ce roman, nul n’est besoin d’avoir lu les autres pour suivre cette enquête. Le début m’a fait penser à un roman d’Agatha Christie, avec des psychologies bien esquissées et des non-dits prometteurs de lourds secrets croustillants. Mais au milieu du bouquin, le ton devient plus noir, le thème plus sérieux et le sujet plus complexe voire plus compliqué.

Le personnage de Louise Morvan est tout de même un personnage hors norme, sorte de femme faite d’acier, avec des fissures affectives. Elle nous parait forte, protégée derrière une armure qu’elle s’est forgée, mais on la voit aussi fragile, à la merci d’un homme qui va la faire patienter et la faire craquer. Et les hommes qui craquent pour elle sont délaissés sur le paillasson comme des traces de boue.

Ce roman est à réserver aux amateurs de romans policiers, qui feront le pas vers le royaume du roman noir par la même occasion ; un mélange des genres qui n’est pas sans me déplaire, mais qui pourra en dérouter certains. Malgré cela , la narration est impeccable, les dialogues très bien construits et on ne peut qu’adhérer à ce très bon polar. Avec cette agréable impression que Dominique Sylvain nous aura mené par le bout du nez du début jusqu’à la fin.

Publicités

3 réflexions sur “ La nuit de Geronimo de Dominique Sylvain (Points) ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s