Non stop de Fréderic Mars (Hachette-Black Moon)

Dire que je voulais lire ce roman, qui a fait un grand tapage lors de la sortie, est un euphémisme. C’est Dup de Bookenstock qui avait attiré mon attention sur Non stop de Frédéric Mars, et j’ai même gagné ce roman lors d’un jeu organisé par leur blog. Si j’ai mis un peu de temps à le lire, c’est plus par manque de temps que par manque d’envie. Car ce roman a comblé mes envies et mes attentes. Attention ! roman d’action au programme.

Dimanche 9 septembre 2012, Manhattan, New York City.John Artwood est un homme comme les autres. Ce matin là, il va au travail … cela fait des années qu’il commercialise des verres sécurisés. Dans sa boite aux lettres, il récupère une enveloppe kraft qui lui est destinée. Il compte les pas jusqu’au quai du métro : 602 pas exactement. Il descend à la station de Union Square. Au moment où il s’arrête sur le quai, John Artwood explose.

Dans la station, Sam Pollack du New York Police Department. Il va se sortir indemne de cet attentat, mais étant aux premières loges, il va être impliqué dans l’enquête. Liz McGeary va insister sur ce point. Car ils se connaissent bien, pour avoir travaillé ensemble lors d’une précédente enquête. Liz fait partie du Department of Homeland Security, ce service chargé de la sécurité intérieure, créé après le 11 septembre. Bientôt, d’autres explosions similaires apparaissent, un peu partout dans le pays.

Si au début, le gouvernement pense à des explosions accidentelles, le nombre croissant de victimes les force à envisager des attentats terroristes. Tous les services de l’état américain sont mobilisés contre cette attaque sans précédent. Rapidement, ils vont se rendre compte que les personnes qui explosent ont été munies de pacemakers et qu’elles sont en fait des victimes qui ne doivent jamais s’arrêter de marcher sous peine d’exploser.

Ce roman fait clairement penser à 24 heures chrono, la série mettant en scène Jack Bauer. Et c’est clairement un hommage à cette série, mais aussi une illustration comme quoi un roman peut être aussi passionnant qu’une série télévisée, avec moins de violence. Car cette intrigue va à 100 à l’heure, avec une menace constante et une enquête passionnante. Les similitudes sont nombreuses : tous les services de l’état sont représentés, les personnages innombrables sans que l’on soit perdu, les personnages vivants et attachants.

Frederic Mars a rajouté des effets de style, que l’on pourra déplorer car ils ne sont pas forcément utiles, mais donnent l’impression d’être immergés dans cette intrigue. On a vraiment l’impression de voir un écran de télévision séparé en quatre où les protagonistes luttent contre une menace invisible qui peut les frapper à n’importe quel instant et en n’importe quel endroit.

Tous les ingrédients sont là, de l’action pure à l’enquête classique, sans oublier les passages affectifs qui touchent nos héros. C’est vraiment de la belle ouvrage, à laquelle on ajoutera une documentation impressionnante, aussi bien sur les services de sécurité américains que les situations géopolitiques du Moyen Orient. N’y cherchez pas de message, ou une quelconque dénonciation. Fréderic Mars nous a concocté là un pur roman d’action, du vrai divertissement, et ça marche bien, du début à la fin. Une très bonne lecture.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s