Juste avant de Fanny Saintenoy (Flammarion) et La petite de Michèle Halberstedt (Albin Michel)

Voici deux romans que j’ai lus dans le cadre du Meilleur roman élu par le site Confidentielles.com. Deux romans très différents, qui n’ont en commun que leur taille, 120 pages pour le premier et 150 pages pour le deuxième. D’ailleurs, je ne les ai pas ressentis de la même façon. Autant le premier m’a beaucoup ému, autant le deuxième m’a laissé froid.

Juste avant de Fanny Saintenoy (Flammarion)

Juste avant

La quatrième de couverture résume bien le sujet difficile de ce roman : voici le bouleversant portrait croisé d’une très vieille dame sur son lit de mort, Juliette, et de son arrière-petite-fille Fanny, bousculée par la vie moderne. Avec leurs deux récits qui alternent en courts chapitres, cinq générations s’observent, un siècle s’écoule: les orteils de Juliette enfant tombent congelés pendant la Première Guerre, le jeune mari Louis, résistant communiste, tombe pendant la Seconde Guerre. Une seule fille naît, c’est une rêveuse impénitente, et elle tombera d’un cancer à tout juste cinquante ans. Elle élèvera une fille sans mari, Martine, l’instit’ hippie, obsédée par les voyages à l’autre bout du monde. Et enfin Fanny, la trentenaire paumée qui a donné naissance à Milena.

Mon avis : Nous assistons donc à un dialogue par chapitres intercalés entre une presque centenaire et son arrière petite fille. Ici, on ne cherche pas à en mettre plein la vue, le style est simple comme la vie de ces gens qui ont connu les guerres. Cela nous permet aussi de voir comment la société a évolué, comment les besoins (ou plutôt les envies) ont changé, et malgré cela, comment on peut encore dialoguer entre générations.

C’est un texte extrêmement émouvant, qui m’a beaucoup touché et secoué avec une fin en forme d’espoir. Il y a une fierté de la part de ces femmes d’avoir bien vécu, ayant élevé leurs enfants sans leur homme. Et par moments, on retrouve des moments de pure poésie, dépouillée, directe, simple comme la vie de ces femmes.

 

La petite de Michèle Halberstedt (Albin Michel)

la petite

« J’ai 12 ans et ce soir je serai morte. Méfiez-vous des enfants sages. » Elle n’a pourtant vécu qu’une enfance ordinaire, celle des années 1960 où l’on gardait pour soi secrets et blessures : se sentir terne et insignifiante, et surtout bête et laide. Mais il faut se méfier des enfants sages, ils portent parfois en eux des océans de désespoir…

Mon avis :

Voilà un roman qui m’a laissé de marbre. Pourtant, le début était prometteur. Mais je n’ai pas réussi à imaginer une petite fille de 12 ans écrivant avec un style aussi évolué que celui qu’utilise l’auteur pour narrer la vie de cette fille. Du coup, les événements m’ont paru sans intérêt, les sentiments évoqués ceux d’une indéniable égoïste en recherche d’amour et de reconnaissance, et le livre suffisamment court pour passer à autre chose. Peut-être suis-je passé à coté d’un bon roman, mais il ne m’a pas touché plus que ça.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s