Ainsi puis-je mourir de Viviane Moore (10/18)

Ce roman est donc le dernier de mes lectures pour le prix du meilleur roman français de Confidentielles.com. Je l’avais mis en dernier car la quatrième de couverture me faisait penser à un roman à l’eau de rose, comme on dit. Finalement, ce n’est pas du tout le cas, même si j’ai un peu de mal à le définir.

Quatrième de couverture :

Comme dans les contes de fées, il y a une rencontre magique : celle de Gabrielle, la romancière, et de Philip Sedley, un mariage et, bien sûr, un château. Sauf qu’ici, non loin de Cherbourg, dans ce pays de bocages et de légendes, entre ces murs épais, quatre cents ans plus tôt, a vécu une autre femme, Marguerite, qu’une passion tragique a menée à la mort. En faisant de ce destin le sujet de son nouveau roman, Gabrielle ne peut se douter qu’elle va en devenir la prisonnière. La fiction se mêle au réel, le passé au présent. L’histoire semble se répéter, telle une malédiction, et menace de faire de la jeune femme la dernière victime du château des Ravalet.

Mon avis :

La première chose que je voudrais dire de ce bouquin, c’est que c’est fluide et très bien écrit. l’auteur mélange les styles en fonction des époques, agrémente ses dialogues d’expressions d’une autre époque, et c’est un vrai plaisir à lire. Même si on peut se demander pourquoi Gabrielle se marie si vite (au bout d’un mois) sans connaitre ni son mari, ni sa future belle famille, on est vite emporté par les événements de l’intrigue et intrigué sur la destination que veut nous faire prendre l’auteure.

D’ailleurs, c’est bien là où je me pose des questions : ce livre m’a donné l’impression de toucher plusieurs sujets sans vraiment en choisir un. Du travail d’une écrivaine, et de ses relations avec la vie réelle, Viviane Moore penche par moments vers de l’angoisse en nous faisant voir un fantôme sur les marches de l’escalier, puis elle nous emmène vers la jalousie avec l’arrivée de sa belle sœur, avant de nous sortir la tête de l’eau avec des passages du livre de Béatrice. Puis c’est à nouveau le mystère qui revient avec un mari cachotier voire bizarre. Bref, j’ai trouvé cette histoire difficile à suivre, à force d’être malmené comme une balle de ping-pong. D’un coté, chacun peut y trouver son compte, d’un autre, c’est très déstabilisant et il m’a été difficile de me passionner pour ce livre. Bref, Viviane Moore, ça n’a pas l’air d’être pour moi. Et pour vous ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s