Stone Island de Alexis Aubenque (Toucan)

Voici le nouveau roman de Alexis Aubenque, après Canyon creek que j’avais beaucoup aimé. Stone Island est décorrélé du cycle de River Falls, mais il constitue le début d’un nouveau cycle, qui se déroule sur une ile paradisiaque.

Paradisiaque, si on veut. Certes, le cadre de cette petite ile du Pacifique semble bien agréable. Il y a bien du soleil, des plages de sable blanc, et des criques surmontées de parois rocheuses. Il y a bien des populations locales, les Ma’ohi, et des blancs qui dirigent l’ile, de riches propriétaires d’ailleurs si l’on en juge la propriété que découvre Fiona Taylor quand elle débarque chez son père, qu’elle n’a jamais vu. En effet, elle a été abandonné à la mort de sa mère et est de retour sur cette ile car elle vient d’apprendre la mort de son père. En tant qu’héritière des affaires de la famille McGregor, c’est avec une certaine appréhension qu’elle va faire la connaissance de sa grand-mère.

Tout commence avec un accident de voiture, dans lequel périssent M.Keawe et son fils ainé. Le commandeur de la police locale Jack Turner, assisté de Jerry Coupland, débarque sur les lieux. L’affaire s’avère bien plus complexe que prévue quand il se rend compte que la famille Keawe a été attaquée par un tueur mystérieux chez eux. De nombreux meurtres vont suivre et déterrer des secrets de famille qui auraient mieux fait de rester cachés. Et au milieu de ces imbroglios, la détective privée Jade va amener des pistes inattendues.

Alexis Aubenque nous donne à lire un roman d’aventure comme on en lisait il y a quelques dizaines d’années. N’y lisez pas un reproche dans ce que je lis, mais plutôt une description de la façon dont je l’ai apprécié. Ce roman est un pur divertissement, idéal pour l’été, pour ne pas se prendre la tête.

On y retrouve d’ailleurs les qualités que j’avais appréciées dans Canyon Creek, cette façon de construire lentement une intrigue riche et complexe, cet amour de ses personnages, cette alternance entre les moments forts et les moments calmes. Si on ajoute à cela une bonne fluidité dans le style, ce roman se lit comme du petit lait. Tout juste, j’ai trouvé par moments quelques maladresses à force d’insister sur les réactions des personnages par exemple.

Par contre, Alexis Aubenque confirme sa capacité à construire des intrigues à la façon des grandes sagas américaines, en ajoutant des rebondissements, en faisant exprès de prendre le lecteur à rebours. Finalement, c’est un roman d’aventure bien distrayant, qui vous changera les idées, qui vous dépaysera en cet été qui tarde à arriver. S’il ne révolutionnera pas le genre, il remplira sa fonction : vous changer les idées.

N’hésitez pas à aller voir l’avis de l’ami Claude ici. Ainsi que l’avis de l’ami Paul là.

Enfin, voici l’avis d’un petit nouveau : Du Bruit dans les oreilles, De la poussière dans les yeux.

Publicités

Une réflexion sur “ Stone Island de Alexis Aubenque (Toucan) ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s