Le cercueil des âmes de Ann Rosman (Balland)

Voici une nouvelle auteure à découvrir, dont je n’avais jamais entendu parler, avec son deuxième roman, après La fille du gardien de phare. Et une fois n’est pas coutume, pour vous résumer le début du roman qui fait 520 pages, je vais recopier la quatrième de couverture parce qu’elle est très bien faite :

4ème de couverture :

Au cours d’une sortie scolaire, un groupe de collégiens découvre le corps d’une femme décapitée, gisant près de la ‘pierre du sacrifice’, sur les hauteurs de l’île de Marstrand. Peu de temps après, une tête est retrouvée dans le jardin d’une vieille dame. En charge de l’enquête, l’inspecteur Karin Adler pense avoir déniché la tête manquante mais les analyses révèlent qu’elle n’appartient pas à la victime.

Une tête sur laquelle le tueur a apposé son étrange signature en lui sectionnant le nez… Ces événements pour le moins mystérieux poussent Karin à partir à la découverte des croyances ancestrales des habitants de l’île. Selon une légende du Moyen Age, l’âme serait localisée dans l’appendice nasal. Le tueur pourrait-il être un collectionneur d’âmes qui ne s’attacherait qu’à emporter le nez de ses victimes ? Mais dans quel but ? Secondée par le charmant Johan Lindblom, Karin Adler va devoir s’immerger dans les superstitions de l’île pour déjouer les plans du tueur…

Ann Rosman vit à Marstrand, sur la côte ouest suédoise. Après une carrière d’économiste, elle consacre désormais tout son temps à l’écriture. Passionnée de voile, elle explore les mystères et l’histoire de sa région natale. La Fille du gardien de phare a été traduit en six langues et s’est vendu à plus de 90 000 exemplaires en Suède.

Mon avis :

Ce roman, contrairement à ce qui est écrit sur la couverture, n’est pas un thriller mais un pur roman policier, un roman policier comme les scandinaves savent le faire. En effet, l’auteure dont c’est le deuxième roman prend le temps de décrire les gens, les paysages, les coutumes, les légendes, ce qui fait que ce roman comporte un rythme lent, et cela ne conviendra pas à quelqu’un qui cherche du rythme et de l’action, voire du stress.

Par contre, on y trouvera moult détails sur la vie des suédois, sur leur journée, sur leur repas et sur leur mode de vie en général. On y trouvera aussi beaucoup d’informations sur les légendes au cours de l’enquête, entrecoupée de passages qui se passent en 1958 et qui racontent la vie d’un petit garçon enfermé dans une cave.

Vous l’aurez compris, entre les mystères antiques et une histoire plus récente et tout aussi cruelle, on y trouve beaucoup de pistes et l’auteure a un style suffisamment fluide et distant pour nous laisser croire que tout le monde peut être coupable. Ce cercueil des âmes s’avère une lecture fort distrayante et révèle une auteure intéressante et à suivre, si l’on est fan de romans policiers rigoureux, bien construits et bien écrits.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.