Haut le chœur de Gaëlle Perrin-Guillet (Rouge Sang)

Ce thriller se situe un peu en marge de mes lectures, au sens où je lis rarement de romans sur les serial-killers. Mais cela faisait longtemps que j’espérais un roman où on poursuivrait un tueur sur le territoire français. Gaëlle Perrin-Guillet prend toutes les recettes que les Anglo-saxons maitrisent sur le bout des doigts mais y apporte sa petite touche. Au final, ce roman est une franche réussite, puisqu’il m’aura suffi de deux petits jours pour avaler ses 275 pages.

Chambéry, de nos jours. Alix Flament n’arrive décidément pas à mettre la dernière touche à son article, sur un homme politique embringué dans une affaire de mœurs. Jusqu’au moment où le téléphone retentit. Au bout du fil, Eloane Frezet … qui vient de s’échapper de sa prison en simulant un malaise.

Elle fut une grande journaliste des affaires criminelles retentissantes jusqu’à ce qu’il y a six ans, sa vie bascule dans l’horreur avec le cas Eloane Frezet, la pire serial killer que la France ait connu. Elle avait à l’époque interviewé la tueuse, en avait tiré un livre d’entretiens qui était sorti juste au moment où Eloane demandait sa libération pour bonne conduite. Celle-ci fut refusée et Eloane jura de se venger.

L’ambulance sensée emmener Eloane à l’hôpital est retrouvée sur le bord de la route. A son bord, tous les passagers sont morts égorgés, et Eloane manque à l’appel. Le lieutenant de police Ruiz, aidé de la journaliste et d’une profileuse vont entamer une course poursuite pour éviter que le carnage ne recommence.

Ce roman est conçu comme une course poursuite, donc le mot d’ordre est la célérité de l’intrigue. On n’a effectivement pas le temps de prendre son souffle, ça va à une rapidité folle, surtout grâce au style franc et direct de l’auteure. Je dois dire que j’ai beaucoup aimé sa façon d’écrire qui allie l’efficacité à des dialogues qui vont au plus juste, qui sonnent vrais. J’ai été aussi très surpris de sa facilité à faire agir plusieurs personnages, entre Alix, Eloane, Ruiz et Camille, même si les personnages qui sont au premier plan sont Alix et Ruiz.

L’autre chose que j’ai adoré, ce sont les extraits du roman que Alix a écrit sur ses entretiens avec Eloane, qui sont d’une justesse folle, à tel point que l’on a réellement l’impression d’assister à cette joute entre deux personnages se livrant un duel. J’ai pris un énorme plaisir à lire ce roman, qui vient titiller les anglo-saxons sur leur terrain tout en ayant sa propre identité. A noter aussi qu’il n’y a aucune scène sanguinolente !

Je me permettrai juste de faire deux ou trois remarques : la première, c’est que le roman est court car ça se lit vite, et du coup, on regrette qu’il n’y ait pas quelques dizaines de pages de plus. Ensuite, les personnages mériteraient un peu plus de profondeur, surtout les seconds rôles. Enfin, l’intrigue est simple, et cela ne peut laisser augurer que du meilleur pour le futur. Vivement le prochain !

Ce livre existe en format papier et numérique. Toutes les informations sont à aller chercher sur le site de Rouge Sang éditions

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s