Chronique virtuelle : On ne joue plus depuis longtemps de Karine Gehin (Storylab)

Décidément, Storylab fait un travail de qualité, en dénichant des auteurs qui savent nous fournir un divertissement de qualité, en format numérique. Ce roman encore une fois est une vraie réussite.

Quatrième de couverture :

Dans une rue cossue de la banlieue parisienne, un riche industriel est retrouvé mort devant son bureau, une balle en pleine tête. En charge de l’enquête, la dingue et le breton – comprenez Valentine Dulac, physique de mannequin et gouaille de camionneur, et Yann Kervalec, gueule de catcheur et cœur de midinette. Le duo découvre que, la veille, une jeune femme à la beauté troublante a rendu visite à la victime. Impossible, pourtant, de mettre la main sur elle… L’enquête les conduira au cœur d’une affaire sordide.

L’auteur :

Si elle était née dans le sud de la France, elle aurait passé tout son temps libre au bord de la plage, aurait entretenu son magnifique bronzage et n’aurait peut-être jamais commencé à écrire. Mais elle est née en Lorraine. Et en Lorraine, trois cents jours par an, ça caille.

C’est donc bien au chaud chez elle qu’armée de sa seule imagination, elle a commencé petite fille à écrire des poèmes sur son papier à lettres violet puis, adulte, des histoires dramatiques, drôles, érotiques sur son ordinateur, violet aussi.

Elle écrit à l’instinct, dans différents styles, car elle aime la diversité. Vous la lirez ici dans un style, ailleurs dans un autre. Et ça, ça lui plait !

Mon avis :

Si vous cherchez un roman policier à lire en une heure environ sur votre liseuse, ne cherchez plus. Vous allez trouver dans ce roman un couple de policier bien campé, entre Valentine qui n’a pas la langue dans sa poche et qui va nous narrer cette enquête avec une gouaille bienvenue, et Yann son équipier homosexuel de son état et qui réfléchit la tête sur son bureau comme s’il dormait.

Vous n’y trouverez pas de descriptions à n’en plus finir, juste quelques lignes pour présenter le contexte, le décor ou même la psychologie des personnages. En termes d’efficacité, c’est redoutablement bien fait. En plus, la franchise de Valentine fait que l’on sourit souvent et que, quand on a finit la dernière ligne, on apprend qu’il y aura une suite. Et la première chose que je me suis dite, c’est : chouette !

Vous trouverez tous les détails pour vous procurer ce roman ici : http://www.storylab.fr/Collections/One-Shot/On-ne-joue-plus-depuis-longtemps

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s