Bastards de Ayerdahl (Au diable Vauvert)

A force d’entendre du bien de Ayerdhal, en particulier sur le site de Jean Marc Actu du Noir, il fallait bien que j’essaie cet auteur. Et je dois dire que c’est un roman très original, aux frontières des genres, entre roman noir, roman d’espionnage, polar et fantastique. Tout cela avec un style d’une fluidité rare et de multiples rebondissements.

New York, de nos jours. Alexander Byrd est un écrivain à succès, ou devrais-je dire était. Depuis son dernier roman, et depuis qu’il a reçu le prix Pulitzer, c’est la panne sèche. Il attend, joue la montre, mais il faut bien se rendre à l’évidence que l’inspiration n’est plus au rendez vous. Quand un ami écrivain lui parle d’un fait divers, et qu’il insiste pour qu’il s’y intéresse, il décide de faire son enquête.

Le fait divers, c’est une octogénaire qui a tué ses trois agresseurs avec un sarcloir, aidée par son chat. Alors qu’il discute avec un enquêteur du FBI, il apprend que ce fait divers n’est pas isolé et tous les indices le mènent vers une vieille dame qu’il va rencontrer : Janet Bond. Mais cette recherche va déclencher un cataclysme dont il n’a pas idée, le laissant imaginer une guerre entre services secrets.

Je ne peux pas vous en dire plus, sur l’intrigue de ce livre, au risque d’en dire trop. Car dans ce roman qui va vite, très vite, les rebondissements s’enchainent, qui vont aboutir à des acènes de bagarres décrites comme les meilleures scènes d’action. Si ce roman est pour moi une découverte de l’univers de Ayerdhal, c’est surtout une révélation : ce roman est impressionnant de bout en bout.

Car après nous avoir présenté ce romancier en panne d’inspiration, on plonge dans du pur roman d’action, avant d’obliquer dans un domaine de roman fantastique, nous montrant une guerre souterraine entre le bien et le mal, entre les chats et les serpents. Le style est extraordinairement visuel et les dialogues parfaitement agencés, c’est du pur thriller fantastique comme j’en ai rarement lu, qui m’a beaucoup fait penser à Laurent Fetis.

Outre les personnages qui sont formidablement dessinés, il ya le style qui est très visuel et qui nous plonge dans des milieux qui sont si habituels, (un simple appartement par exemple, qui deviennent dans les mains de Ayerdhal des endroits inquiétants. Et que dire des entrepôts où des scènes de combats nous font sursauter ou encore des caves qui donnent sur des galeries souterraines humides et inquiétantes. Ayerdhal est réellement un auteur avec un énorme talent.

Et au-delà du roman d’action, Ayerdhal nous donne les clés de son roman : il ne s’agit pas uniquement de parler de la lutte du bien contre le mal, mais aussi de parler littérature. Tous ceux qui vont aider Alexander sont de grands écrivains, comme pour montrer que le salut est à chercher du coté de la littérature. Et les forces obscures sont celles de Wall Street qui mènent le monde à sa perte pour leur seul besoin de pouvoir. Et même si ce roman est essentiellement un roman d’excellent divertissement, même si j’y ai trouvé quelques longueurs surtout dans la deuxième partie, il n’est pas interdit de lire intelligent. Lisez donc ce roman, et vous serez comme moi : impressionné !

Ne ratez pas l’avis de Jean Marc ici

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s