N’appelle pas à la maison de Carlos Zanon (Asphalte)

Alors que j’avais été peu convaincu par son précédent roman Soudain trop tard, je tenais à donner une nouvelle chance à Carlos Zanon. J’avais trouvé son précédent roman trop bavard, n’arrivant pas à me raccrocher à l’intrigue. Ce roman me réconcilie avec un auteur qui pourrait bien devenir un témoin de son pays, avec à la clé une intrigue faite de rebondissements pleins de créativité.

Quatrième de couverture :

Barcelone, de nos jours. Raquel, Cristian et Bruno vivent d’une arnaque dans laquelle ils excellent : ils font chanter les couples illégitimes. De l’argent facile, une organisation bien rôdée, menée de main de maître par Bruno, malgré quelques passages à tabac lorsque les choses dérapent.

Merche et Max sont amants. Elle est mariée, il est divorcé ; tous deux font partie de la classe moyenne catalane. Un jour, Cristian va repérer le couple et noter le numéro de plaque d’immatriculation de Max. L’engrenage diabolique est enclenché… mais rien ne va se passer comme prévu.

Deux mondes se côtoient dans ce roman où l’on croise une galerie de personnages marquants, durement touchés par la crise et par la vie.

Né à Barcelone en 1966, Carlos Zanón est poète, romancier, scénariste et critique littéraire. Soudain trop tard a remporté le prix Brigada 21 du meilleur premier roman noir en 2010. Ses livres ont été traduits et publiés aux États-Unis, en Italie, aux Pays-Bas et en Allemagne.

Mon avis :

Le début du roman m’a fait craindre le pire : je me retrouvais à nouveau avec des digressions qui me semblaient bavardes, et bien peu de choses pour me passionner. Puis Carlos Zanon installe ses personnages : d’un coté, nos trois comparses qui vivent sur le dos de couples infidèles. De l’autre, Max et Merche qui s’aiment mais qui doivent vivre leur amour caché.

Il y a dans ce roman une nonchalance, une lenteur qui permet de rentrer dans la psychologie des personnages. Et ça ne va pas être à coups de gros poncifs que Carlos Zanon va nous présenter les uns et les autres. En menant les histoires en parallèle, il appuie son discours par des dialogues remarquables, et par des remarques d’une simplicité mais aussi d’une justesse passionnante.

Et puis, il nous plonge dans la vie de Barcelone, mais pas du coté touristique. On y voit ces petites rues, sombres et inquiétantes, on va boire un coup dans ces petits bars, on visite ces petits hôtels miteux que l’on voit à peine. Et, au détour d’un croisement, un mendiant fait la manche. Un personnage nous raconte comment il a perdu travail, femme et fierté. Ces passages sont d’autant plus marquants qu’ils sont inattendus. A travers ce roman, et même si ce n’est pas le sujet du roman, Carlos Zanon se fait un témoin lucide de la chute de son pays, avec sensibilité et subtilité.

Et l’intrigue, même si elle est classique, va bien nous surprendre. On y retrouve une trame classique où les personnages vont se rencontrer vers la fin. Il y a une destinée inéluctable dans leur parcours qui rappelle les plus grands auteurs américains, mais avec le rythme et la nonchalance du sud. Mais ne croyez pas que cela est aussi simple : les deux derniers chapitres vont vous mettre KO. Car ils sont d’une noirceur et d’une cruauté que le reste du roman ne le laissait pas entrevoir. L’auteur fait preuve d’une originalité et d’une créativité qui font que ce roman restera difficilement oubliable. Et rien que pour ces retournements de situation, cette lecture vaut son pesant d’or.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s