Retour en noir de Jean Pierre Ferrière (Noir Délire)

Avec plus de 70 romans au compteur, Jean Pierre Ferrière fait partie des auteurs français prolifiques encore en activité pour notre plus grand bonheur. Retour en noir marque son retour après Dérapages en 2011.

Nous sommes en France, dans les années 60. Nathalie Farnel est une actrice qui a une quarantaine d’années, et qui a connu le succès au cinéma avant de tomber dans l’oubli. Aujourd’hui, elle joue dans des pièces de théâtre et fait des tournées en province dans des salles à moitié vides. Elle regrette le bon temps, quand les gens l’adulaient et qu’elle n’avait pas à se soucier de l’argent.

Quand elle revient sur Paris, elle découvre qu’un de ses anciens films est ressorti et connait un grand succès dans les salles obscures. Il s’agit de Dévotion de Richard Stresner, qui fut tourné en 1944. Le réalisateur a été accusé de collaboration à la libération et est mort en détention. Finalement, elle se décide à aller voir le film, et s’aperçoit que la fin a été changée, puisque la femme mariée décide de rejoindre son amant, alors qu’il était prévu qu’elle reste avec son mari.

Elle décide alors de reprendre contact avec l’assistant du réalisateur, Pierre Rémusat, qui lui parait abandonné et dépressif. Il a tout donné à Richard Stresner et personne ne lui propose rien. Nathalie voit dans le succès du film une occasion de revenir sur le devant de la scène, et l’interview à Hervé de Saint Lieu une bonne occasion d’occuper la une des journaux. Mais le suicide de Pierre Rémusat va tout remettre en cause. D’ailleurs, s’agit-il d’un suicide ?

Si le personnage est Nathalie Farnel, cette actrice déchue, l’auteur se permet de passer de l’un à l’autre, et donc de fouiller quelques caractères tout en nous laissant dans le doute. Car on se demande à chaque fois qui est le gentil et qui est le méchant. Et, en nous trimballant entre chaud et froid, tous sont admirablement dessinés avec leurs qualités et leurs défauts. Et que ce soient les descriptions, les situations ou les dialogues, tout est fait avec une grande subtilité.

Par rapport aux autres romans de l’auteur, on retrouve cette fluidité du style, cette façon irrémédiable de conduire cette histoire jusqu’à une fin dramatique attendue, qui n’est pas celle que l’on attend. Si j’adore toujours la créativité de chaque scène, l’histoire m’a paru plus linéaire, le déroulement plus construit. Et puis surtout, le personnage de Nathalie Farnel qui peut apparaitre comme une victime se trouve être un sacré personnage trouble, obligé de commettre des horreurs pour assouvir un objectif qu’elle finit même par oublier, aveuglé par un Graal inatteignable.

Jean Pierre Ferrière nous donne à lire une bonne histoire où, l’air de rien, on dissèque la psychologie humaine, où il nous montre le monde des strass et leur futilité, où personne n’est tout blanc ni tout noir, tout cela avec une simplicité qui force le respect. Chacun a ses propres motivations, et va utiliser les autres pour arriver à ses fins et ce ballet s’avère finalement un opéra intemporel. Ce roman est une belle occasion de découvrir cet auteur si ce n’est déjà fait.

 Retrouvez l’avis de l’ami Claude ici

Publicités

2 réflexions sur “ Retour en noir de Jean Pierre Ferrière (Noir Délire) ”

    1. Salut Claude, Au mois de novembre, je me faisais une liste des auteurs que j’aimerais lire, puisque c’est un peu un mois de rattrapage avant les sorties de janvier. Et donc, j’avais envie de lire un roman de Jean Pierre. La sortie de ce retour en noir est tombée à pic. Et il a un scenario impeccable. Amitiés

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s