Oldies : Montana 1948 de Larry Watson (Gallmeister)

Impossible de me rappeler qui m’a conseillé ce roman, mais je dois dire que c’est un roman extraordinaire. Edité en 1993 aux Etats Unis, il est sorti une première fois chez Jean Claude Lattès en 1996, avant d’être repris par les excellentes éditions Gallmeister. Et franchement, n’hésitez plus, courez acheter ce roman tout en subtilité.

L’auteur :

Larry Watson est un écrivain américain. Larry Watson est né en 1947 à Rugby, dans le Dakota du Nord. Petit-fils et fils du shérif, il rompt la tradition familiale et se lance dans l’écriture.

Auteur de plusieurs romans et recueils de nouvelles traduits en une dizaine de langues, il a été récompensé par de nombreux prix littéraires. Montana 1948 a, dès sa parution aux États-Unis en 1993, été reconnu comme un nouveau classique américain.

Il enseigne la littérature à l’Université du Wisconsin et publie son premier roman « Montana 1948 » en 1993. Il vit actuellement à Milwaukee, dans le Wisconsin.

Quatrième de couverture :

« De l’été de mes douze ans, je garde les images les plus saisissantes et les plus tenaces de toute mon enfance, que le temps passant n’a pu chasser ni même estomper. » Ainsi s’ouvre le récit du jeune David Hayden. Cet été 1948, une jeune femme sioux porte de lourdes accusations à l’encontre de l’oncle du garçon, charismatique héros de guerre et médecin respecté. Le père de David, shérif d’une petite ville du Montana, doit alors affronter son frère aîné. Impuissant, David assistera au déchirement des deux frères et découvrira la difficulté d’avoir à choisir entre la loyauté à sa famille et la justice.

Montana 1948 raconte la perte des illusions de l’enfance et la découverte du monde adulte dans une écriture superbe digne des plus grands classiques américains.

Mon avis :

David Hayden se rappelle l’année 1948, quand il avait douze ans et qu’il habitait avec ses parents Wesley, son père et shérif de Bentrock et Gail sa mère. Comme ses parents travaillaient tous les deux, Marie une jeune indienne le gardait l’après midi. Alors que celle-ci tombe malade, Gail se propose d’appeler l’oncle Franck, médecin de son état. Mais Marie ne veut pas le voir, arguant qu’il abuse des jeunes indiennes. Alors que Wesley est trituré entre son devoir et ses liens familiaux, David va apprendre ce qu’est le monde des adultes.

En trois chapitres seulement, Larry Watson va nous raconter une histoire simple, mais surtout nous faire revivre le fin fond des Etats Unis, les petites villes où régnait le soulagement de la fin de la guerre et surtout le racisme ambiant, surtout envers les Indiens. L’air de rien, avec un style d’une grande fluidité, il arrive à la fois à nous montrer la vie de cette époque en faisant des comparaisons avec aujourd’hui, aussi bien dans la vie de tous les jours que dans les mentalités.

Et ce sont de petites scènes toutes plus hallucinantes les unes que les autres qui vont tout doucement nous conduire au dénouement de ce drame familial, qui est aussi le drame de toute une société, d’une société qui voulait à l’époque (et encore maintenant) se poser en tant qu’exemple pour le monde entier. Montana s’avère un grand livre, tout en subtilité, que tout un chacun devrait lire.

Ne ratez pas les avis de Yan et Sandrine

Publicités

11 réflexions sur “ Oldies : Montana 1948 de Larry Watson (Gallmeister) ”

      1. J’avoue que j’aime suivre vos choix car ils ne me déçoivent pas. Et surtout vos articles me disent aussi quels sont les livres qui ne sont pas pour moi ( trop politique, trop noirs… )

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s