Les chants de la mort de Nicole Gonthier (Pygmalion)

Je dois dire que les romans historiques, ce n’est pas trop mon genre de prédilection. J’ai toujours un peu peur que l’auteur étale son érudition en laissant le lecteur sur le bas-côté. Ce n’est pas le cas pour ce roman policier qui vous plonge dans la France de la fin du Moyen Age, en 1482.

En cette année là, la France connait une canicule, qui prend à revers les habitants et entraine une famine inquiétante. Quand, en plus, Louis XI, qui est sur sa fin de règne, exige toujours plus d’impôts, cela créé beaucoup de mécontents. La séparation entre les riches et les pauvres n’a jamais été aussi flagrante. C’est dans ce contexte que s’inscrit la dernière enquête en date d’Arthaud de Varey.

Pierre Chapuis est à la tête du groupe d’hommes chargés de creuser les fossés, près de Lyon. Il est réputé pour être intraitable, voire violent. Son rôle est de trouver de la main d’œuvre, mais aussi de mener les terrassiers pour faire le travail en temps et en heure. Soudain, on l’appelle. Au fond d’un ravin, les ouvriers déterrent un corps ; cela ressemble bien à un meurtre. En plus, le corps a été émasculé.

Arthaud de Varey, prévôt de la police de l’archevêque, est appelé sur les lieux. Il s’aperçoit que le corps comporte une croix chrétienne tatouée au dessus de son sexe. Rapidement, Arthaud veut connaitre l’identité du mort et se dirige vers une maison de prostituées, chez La Bourguignote. Là, il apprend que l’homme est plus intéressé par les petits garçons et qu’il a l’habitude de se rendre dans une maison non loin de là.

Nicole Gonthier nous conte une enquête policière qui n’a rien à envier à tous les auteurs du genre. Malgré l‘aspect sombre des meurtres, c’est bien une intrigue où il va s’agir de trouver le responsable de ces meurtres, car il va y en avoir bien d’autres. Ce qui m’a surpris, c’est que la première partie du roman consiste à trouver l’identité du mort, car à l’époque, les gens n’ont pas forcément de papiers. Et Arthaud n’a pas de recherche ADN à sa disposition pour l’aider dans sa quête.

Évidemment, cette partie de l’enquête participe à l’immersion dans cette époque lointaine, de même que le style très fluide, et parsemé d’expression que l’on n’utilise plus aujourd’hui. Et l’auteure ne nous encombre pas de son savoir, elle préfère décrire les habitudes des uns, la vie des autres, par petites touches, ou par des scènes qui nous montrent les croyances du peuple et les abus des riches.

Et puis, il y a des passages qui interpellent, rappelant que l’histoire doit nous aider à construire l’avenir, tel celui-ci extrait d’un dialogue (page 196) :

« Ne constatez-vous pas combien tout va à vau-l’eau actuellement ? Les anciens privilèges sont bafoués et les mœurs déshonnêtes s’affichent. Ce n’est partout que recherche du profit et du plaisir immédiat, énormes et exécrables vices pratiqués dans les étuves et les bordels, sans parler d’un orgueil immodéré qui poussent nos concitoyens à se parer de vêtements bien au dessus de leur statut et condition. Chacun veut paraitre plus riche qu’il n’est, La gloire règne même entre les consuls ! L’Antéchrist ! Maitre Maurin, l’Antéchrist est parmi nous ! »

Dans ma culture personnelle, je n’ai retenu des romans historiques que Le nom de la rose et Les rois maudits. Sans atteindre la classe du Nom de la rose, je dois dire que ce roman est une très bonne surprise et devrait plaire à tout amateur de roman policier historique.

Advertisements

6 réflexions sur “ Les chants de la mort de Nicole Gonthier (Pygmalion) ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s