Pouy à l’Atelier In8

Depuis quelque temps maintenant, les éditions Atelier In8 sortent des novellas en moyen format. Nous avons l’occasion, dans cette collection Polaroid, dirigée par Marc Villard, de lire des textes écrits par nos plus grands auteurs français. Honneur à Jean Bernard Pouy qui a écrit deux titres parmi la quinzaine de titres disponibles à ce jour :

Calibre 16mm :

Calibre 16mm

Quatrième de couverture :

Vincent apprend qu’il hérite de Matilda Rosken, excentrique américaine installée en France. Il pense d’abord à une farce, mais les boîtes de pellicule que lui lègue la mamie le renvoient à sa jeunesse de cinéphile adepte des films expérimentaux. La flamme se rallume. Des noms de réalisateurs oubliés dansent la sarabande sous ses yeux : Gérard Malanga, Tony Conrad, Michaël Snow, Bruce Conner, Paul Sharitz. Quand des malfaisants cherchent à s’emparer de son héritage, il ne s’inquiète pas trop. Sauf que la menace se précise.

Que peut bien écrire l’inénarrable et prolifique Jean-Bernard Pouy lorsqu’il choisit d’ouvrir son jardin secret et d’initier le lecteur à ses obscures passions ? L’amateur de bons vins nous avait offert le gouleyant Bar parfait, lecture canaille, hédoniste, sautillante. Cette fois, Pouy joue la partie à 100% car il nous révèle une marotte bien moins partagée, volontiers taxée d’élitiste, celle du cinéma expérimental. Titulaire d’un DEA d’histoire de l’art en cinéma, il nous cornaque dans les milieux arty des années 70, jusqu’à la Factory de Warhol, mais avec humour, potacherie, insolence, toujours, et conclut cette nouvelle noire par une farce, outrancière à souhait.

Mon avis :

Il n’y a pas grand’ chose à ajouter à propos de ce roman. Jean Bernard est un grand auteur de polar, et encore une fois, il nous montre l’étendue de son talent, à travers cette histoire simple. Dès le départ, les personnages sont posés, l’histoire se suit avec une facilité déconcertante, et quand on a commencé le livre, on le finit avec avidité. Il nous décrit aussi des films issus de la période expérimentale des années 70 à 80, que lui seul probablement a vu, il nous montre son amour pour ce cinéma hors du commun, plein d’humour noir et de dérisoire. C’est une histoire simple et malgré ses 60 pages, il n’est pas sur qu’on l’oublie facilement. Encore une fois, Jean Bernard Pouy remplit son objectif de nous divertir intelligemment et ça fait du bien.

Le bar parfait :

Bar parfait

Quatrième de couverture :

Un marathonien du Blanc hante les rues de Paris à la recherche du bistrot parfait. Celui qui proposera mieux que Cabernet ou Sauvignon. Les établissements se succèdent et ne se ressemblent pas. Dans sa quête, il utilise un jeu de Monopoly et découvre ainsi des quartiers qu’il avait jusque-là négligés. Pendant ce temps, un groupe de tueurs prépare une descente dans un vieux rade.

Le Bar parfait est une balade au pays de l’alcool chaleureux, des éblouissements autour du zinc, des ivresses des arrière-salles enfumées. On marche dans la lumière sourde des bar-tabacs en compagnie d’un narrateur qui ressemble terriblement à un Jean-Bernard Pouy.

Mon avis :

C’est pratique, les RTT. Le narrateur se met à chercher le bar parfait. Et, en commençant à 10 heures du matin, il faut trouver le vin blanc. C’est parti pour une vadrouille à Paris, en suivant les cases du Monopoly, trouvé dans un vide-grenier.

Qui d’autre que Jean-Bernard Pouy peut prendre un sujet aussi simple et en faire une novella jouissive ? Quel plaisir d’arpenter les rues de Paris et d’assister à des discussions toutes aussi décalées les unes que les autres. Et même si les passages avec les tueurs à gages sont moins convaincants, ce petit roman reste un moment à part que seul un auteur comme lui peut mener à bien. Et si vous voulez savoir si le narrateur trouve le bar parfait, ne comptez pas sur moi pour vous dévoiler la fin, et encore moins l’adresse. Il ne vous reste plus qu’à acheter ce Bar Parfait.

Publicités

Une réflexion sur « Pouy à l’Atelier In8 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s