L’information du mardi : Envie de polars ?

Voici quelques propositions de polars pour ceux qui seraient en recherche d’idées …

Un Palace en Enfer, d’Alice Quinn (Michel Lafon).

Palace en enfer

Sexy et grande gueule, Rosie Maldonne est une jeune mère de trois enfants qui a pour seules ressources les versements du RSA. Elle vit dans une vieille caravane, posée sur un terrain vague à quelques encablures de Cannes. Alors qu’elle se démène sans cesse pour trouver de l’argent, mettant en pratique son système D habituel, le destin finit par frapper à sa porte : un gros paquet de fric lui tombe dessus sans prévenir ! Dès lors, les ennuis commencent et les questions affluent : Qui est ce flic trop mignon qu’elle croise partout ? Pourquoi sa meilleure amie a-t-elle disparu avec son bébé ? Est-ce vraiment la mafia russe qui la pourchasse ?

Cet argent tombé du ciel lui ouvrira-t-il les portes d’un palace, ou celles d’un enfer ?

Alice Quinn a beaucoup de points communs avec Rosie Maldonne, l’héroïne de son premier roman, Un palace en enfer. Comme elle, elle vit dans le Midi, est désorganisée, a des enfants, des chats, a vécu dans une caravane, et connaît bien le système D pour survivre… Elle a fait toutes sortes de métiers, aime les Pépitos, les sushis et le thé vert. Désormais, elle se consacre à l’écriture après l’énorme succès d’autoédition de ce premier roman sur Internet.

 

Une valse pour rien de Catherine Bessonart (Eiditons de l’Aube)

Une valse pour rien

Paris. On y bat le pavé, plus qu’ailleurs, pour crier sa colère et sa peur. Pour parler d’amour, aussi. Les uns demandent le respect. Les autres redoutent ce monde qui change. Alors que la France s’embrase autour de la question du mariage homosexuel, un dangereux oiseau de nuit s’en prend avec violence et cruauté à des membres de la communauté gay.

Chrétien Bompard, épaulé de ses fidèles Grenelle et Machnel, est chargé de l’enquête. Qu’a donc réveillé ce climat de défiance et de mépris ?

Les fils de l’enquête sont subtils, adroitement tissés. Il faudra toute l’ingéniosité de Bompard pour les dénouer et parvenir, à bout de souffle, à une issue aussi terrible que libératrice.

Dans ce troisième opus, Catherine Bessonart ne nous laisse aucun répit : l’enquête défile à toute allure, les personnages sont plus puissants que jamais et le regard sur les travers d’une société et la violence qu’ils engendrent est noir et acéré.

Danser avec le diable de Maud Tabachnik (Albin Michel)

Danser avec le diable

Policier de San Francisco, Boris Berezovsky est sur la piste de Ferris Holme, psychopathe, victime du syndrome de Klinefelter (en apparence débile mais très manipulateur).

Mais Boris a d’autres problèmes, en particulier avec son père Vladimir, juif russe anarchiste d’un anticommunisme plus que virulent : ce dernier s’est fait agresser par des membres de services secrets étrangers qui connaissaient ses relations avec son neveu, l’oligarque Boris Berezovsky, homonyme de son fils, prétendument suicidé à Londres.

Boris l’Américain, qui ignorait tout de cette histoire, découvre paniqué le passé plus qu’équivoque de son père. Et tandis que Holme continue à décimer qui l’énerve ou le méprise, Boris cherche avec la mafia russe locale qui, du MI5 ou du FSB, en veut à son père.

Un polar musclé articulé autour d’une double enquête, l’une visant un tueur atypique, l’autre les enjeux politico-économiques de la Russie de Poutine au travers d’une famille qui a connu l’enfer stalinien puis le dégel soviétique.

On plonge dans les yeux d’un homme, pur produit de l’American Dream, qui découvre sidéré la faille de sa propre histoire.

Publicités

2 réflexions sur “ L’information du mardi : Envie de polars ? ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s