La voie des âmes de Laurent Scalese (Belfond)

Laurent Scalese, je l’avais découvert avec L’encre et le sang, petit roman qu’il avait écrit à quatre mains avec Frank Thilliez. J’y avais trouvé tout le plaisir de lecture que je prends à la lecture d’un roman de Stephen King. Et surtout, il y avait dans ce court roman une imagination débordante. Avec La voie des âmes, j’ai retrouvé les mêmes qualités, et le format a changé, puisque cette fois-ci, ce sont sur plus de 600 pages que nous allons suivre les trois personnages principaux de cette aventure.

Richard et Clara Neville sont un couple de français qui passent un séjour à New York. Richard a en effet été dépêché auprès de la police de New York pour aider la police à démasquer un tueur en série, appelé le tueur aux tatouages. Celui-ci, en effet, tue des jeunes femmes et leur tatoue un œil entouré de piquants post mortem.

Alors que Richard accompagne Mike Rosener, qui est en charge de l’enquête, sur le lieu du dernier crime, Clara visite Central Park. Alors que le jour se couche, elle assiste au meurtre d’un homme assis sur un banc par deux personnes. Munie de son appareil photo, elle immortalise la scène avant de fuir, poursuivie par les deux assassins. Arrivée sur une butte, elle grimpe mais se fait tuer de deux balles.

Richard a un don : en touchant la main des victimes, il peut voir les derniers moments de leur vie. Cela lui permet d’identifier des assassins. Il arrive ainsi à entrevoir le tueur aux tatouages, ce qui va permettre son arrestation. En apprenant la mort de sa femme, il accourt à Central Park, effondré, et ne peut résister à toucher sa main.

Le serial killer s’appelle Parker Durrington et il est rapidement arrêté. Avant de repartir en France et retrouver ses enfants, Richard lui touche la main par erreur et s’aperçoit que dans le passé, Durrington est mort. C’est le début d’une gigantesque machination qui va dépasser tout ce que vous pourriez imaginer.

En fait, je ne sais pas où m’arrêter dans le résumé des premières pages et de cette intrigue qui va vous emmener aux confins de ce que peut faire une imagination débordante.

Sachez juste que nos deux enquêteurs vont être confrontés à un personnage féminin, qui s’appelle Nancy, et qui est l’incarnation du Mal.

Sachez que leur combat va nous faire voyager des Etats-Unis à la France, en passant par l’Ecosse, avant de se terminer dans le bush australien.

Sachez que ce roman est un roman Grand Public, avec un grand G et un grand P, que c’est un divertissement haut de gamme, de par l’ambition de l’auteur de nous inventer une histoire aux confins du fantastique mais bien ancré dans le réel d’aujourd’hui.

Sachez que même si vous n’êtes pas fan de roman à suspense, vous allez être emportés par ces scènes d’action, où l’auteur, qui pourrait en faire des tonnes, se contente de les rendre juste crédibles et visuelles.

Sachez qu’il y a dans ce roman des scènes intimistes, beaucoup de scènes intimistes, qui nous font cotoyer les personnages, qu’on en vient à les suivre, puis à les soutenir, à les toucher.

Sachez que c’est une véritable expérience d’en arriver à penser à Richard et Mike en dehors des heures de lecture, comme si on les connaissait vraiment.

Sachez que le rythme est très bien alterner, que ce roman fait tout de même plus de 600 pages et que l’intérêt est relancé fort judicieusement au bon moment.

Sachez que l’on y brasse des thèmes tels que la lutte entre le bien et le mal, l’amour, la mort, et l’importance de la religion.

Sachez que l’auteur ne juge pas les gens, qu’il se contente de les laisser vivre entre nos doigts.

Sachez que ce roman est aussi un hommage aux grands de la culture populaire, aussi bien de littérature (Stephen King bien sur), mais aussi du cinéma (David Cronenberg).

Sachez que ce roman n’est pas une copie des auteurs américains, mais qu’il a une vraie personnalité, et qu’il procure un plaisir immense.

Ce roman est un passeport pour un imaginaire débridé, presque une leçon de vie.

Sachez que cette histoire est belle.

Sachez que ce roman vient de s’inscrire à votre insu sur votre liste d’achats !

Publicités

19 réflexions sur “ La voie des âmes de Laurent Scalese (Belfond) ”

    1. Merci Yvan. Je ne te cache pas que ton billet m’a inspiré le début ! C’est vrai qu’il n’est pas facile de créer une telle histoire , ni de la rendre si vraie. La force de Laurent Scalèse, c’est de l’avoir fait reposer sur ses personnages. Une vraie expérience ! Amitiés

      Aimé par 1 personne

  1. Je l’ai lu, et effectivement, on est happé par cette histoire, on vit le dilemme du personnage principal, on rêve d’une fin, et celle qui nous tombe dessus est juste mil fois mieux! Je vous conseille ce livre à 200%! Et du même auteur: L’Ombre de Janus!

    Aimé par 1 personne

  2. Sache que ta chronique me donne envie de le lire !
    Sache qu’Yvan fut le premier à me donner envie (de le lire, rien d’autre, bande de moules obsédées)
    Sache que je l’ai déjà… 😀
    Sache qu’il est dans ma liste « urgente »… 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s