Aller simple pour Nomad Island de Joseph Incardona (Seuil)

Dernière production en date de Joseph Incardona, l’auteur de Trash Circus entre autres a pour habitude de varier les plaisirs et de nous immerger dans des histoires qui, forcément, interpellent. Celle-ci ne fait pas exception à la règle.

Iris Jensen vient, en ce mois d’aout, de quitter le site du club Med. Elle est à la recherche d’un lieu de villégiature pour des vacances improvisées, car elle en a bien besoin. C’est alors qu’elle reçoit un mail, qui colle exactement à ses attentes :

Oubliez ce que vous savez des vacances,

L’ile de vos rêves vous aime déjà, Iris.

« Nomad Island Resort »

Voici donc notre gentille famille suisse en route vers cette ile, perdue au milieu de l’océan indien. Sont du voyage son mari Paul, un as de la finance, et ses deux enfants Lou, une adolescente pressée de découvrir les joies du monde adulte, et Stanislas le petit dernier qui vit dans les jupes de ses parents. Alors que le voyage est long mais se déroule sans soucis, l’arrivée est décevante car ils arrivent dans un aéroport qui ressemble plus à un hangar, et personne n’est là pour les accueillir.

Quand un autochtone arrive enfin, après une heure d’attente, les voilà partis pour un trajet dans une voiture … âgée. Le trajet est quelque peu mouvementé, et ils manquent même de dévaler un ravin. Ils arrivent enfin devant un grillage, qui selon Mike, le bellâtre qui leur explique leur séjour, est sensé les protéger de l’extérieur. Ces petits événements ne sont rien en comparaison de ce qu’ils vont vivre durant cette semaine de repos.

De Joseph Incardona, on doit s’attendre à un livre particulier … et c’en est un. On aurait pu s’attendre à un roman humoristique, et il y avait de quoi faire. Mais cela aurait pu paraitre trop facile et peut-être déjà fait. On aurait pu aussi s’attendre à une belle critique ou dénonciation de ces séjours pour gens aisés tous frais compris mais cela aurait été du déjà lu ou vu. Alors Joseph Incardona, après une introduction qui attise la curiosité, nous imagine un monde hors du temps.

Effectivement, on n’y trouvera pas d’intrigue policière, mais plutôt un portrait d’une famille aisée, qui croit que tout lui est du. Puis, cela se transforme en roman mystérieux, car on se demande ce qui s’y passe dans ce camp. Puis, cela devient un roman d’aventures quand il s’agit de s’échapper de ce camp qui s’avère une prison d’un genre très particulier. Enfin, cela se continue sur un registre de genre fantastique.

Sans vouloir dévoiler l’intrigue, j’ai l’impression que Joseph Incardona a voulu rendre hommage aux séries d’antan, qui avec une intrigue simple, arrivaient à tenir le téléspectateur en haleine avec des épisodes tous plus fous les uns que les autres. C’est d’ailleurs ce qu’arrive à faire l’auteur, arriver à semer l’incertitude, instiller quelques touches vicieuses, passer d’un personnage à l’autre tout en nous maintenant dans une incertitude grandissante quant au dénouement final. C’est un roman hybride qui oscille entre différents genres, original, très bien construit qui va à la fois vous mettre mal à l’aise et vous dérouler une histoire où finalement, le paraitre est bien loin de l’être, un sympathique divertissement en somme.

Ne ratez pas les avis des amis Paul et Claude

Publicités

3 réflexions sur “ Aller simple pour Nomad Island de Joseph Incardona (Seuil) ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s