Le chouchou du mois de mai 2015

En ce mois de mai 2015, nous aurons fêté en grande pompe le sixième anniversaire du blog. Fichtre ! ça ne me rajeunit pas. Alors, je me suis fait un petit plaisir, pour la rubrique Oldies, en ressortant du fin fond d’une de mes bibliothèques, un roman d’un auteur que j’adore : Le maitre des nœuds de Massimo Carlotto (Métaillié). La lecture de ce roman est une bonne raison pour se rappeler qu’il faut lire tous les romans de Massimo Carlotto.

Au rayon des découvertes, j’ai lu un intéressant thriller, en lecture électronique, qui laisse augurer la naissance d’un auteur au style déjà affirmé, et dont j’attends les futures productions : L’Alicanto de Amadeo Alcacer (Santa Rosa). J’aurais été emballé par le polar de Didier Fossey, Burn out (Flamant noir) qui, grâce à un scenario bien construit, creuse les personnalités des flics et leur mal-être devant un travail de jour en jour plus difficile. J’aurais aussi lu la dernière enquête parue de Inger Wolf, Noir septembre (Mirobole) et il se peut bien que je suive à l’avenir les enquêtes de Daniel Trokic, tant c’est bien écrit et passionnant.

Enfin, avec les commémorations du 8 mai, j’aurais lu Ravensbrück mon amour de Stanislas Petrosky (Atelier Mosesu), roman de la mémoire, qui prend pour cadre un camp d’extermination, et pour personnage principal un dessinateur qui va devenir le témoin des horreurs de ce camp. S’il faut avoir le cœur bien accroché pour lire ce roman, il n’en reste pas moins que ce roman est à lire et à mettre à coté de La mort est mon métier de Robert Merle.

Durant le mois de mai, on voit aussi apparaitre les romans qui seront sans nul doute entre vos mains durant vos futures vacances estivales. J’aurais pu donner le titre de chouchou du mois à chacun d’eux tant ce sont tous des réussites. Perfidia de James Ellroy (Rivages), mon auteur favori, est un roman qui comble les attentes que l’on peut avoir de ce roman de fou, un roman à la démesure de son auteur. Une putain d’histoire de Bernard Minier (XO éditions) est un roman hommage aux romans psychologiques américains, avec un scenario machiavélique qui vous surprendra jusqu’au dénouement final. Lignes de fuite de Val McDermid (Flammarion) montre notre auteure écossaise au meilleur de sa forme, et sous le prétexte de la disparition d’un enfant, dénonce le système des reality shows.

Le titre du chouchou du mois revient donc à La rascasse avant la bouillabaisse de Gilles Del Pappas (Editions Lajouanie), parce que c’est un roman d’aventures comme on ne les fait plus, malheureusement. Parce que l’on passe plus de vingt ans en 300 pages de la vie d’un truand et que c’est passionnant. Parce que le dénouement est d’un humour noir grinçant. Parce que c’est du divertissement très haut de gamme, du roman d’aventures comme on aimerait en lire plus souvent. Parce que j’avais envie de saluer le travail des éditions Lajouanie qui, jusqu’à présent, et à mon avis, font un sans fautes dans le choix de leur production.

Voilà, je vous donne rendez vous le mois prochain. D’ici là, n’oubliez pas le principal : lisez !

Ravensbrück mon amour de Stanislas Petrosky (Atelier Mosesu)

Inutile de vous dire que j’avais peur d’ouvrir ce roman. Et pourtant, je l’ai acheté au Salon du Livre de Paris, parce que je pensais que c’était une lecture importante, et je ne me trompais pas. C’est une lecture importante, ô combien importante.

Gunther Frazentich est un vieil homme maintenant. Il se rappelle sa jeunesse, lui qui est né en 1918 d’une famille de fermiers. Il était peu attiré par les travaux liés à la terre ; il était plutôt attiré par le dessin. Dès qu’il avait un peu de temps, il prenait une feuille de papier, un fusain et se mettait à tracer des traits. Ses parents ne voyant pas l’intérêt de nourrir une bouche inutile, ils l’ont envoyé, à l’âge de vingt ans, via le parti nazi pour construire le camp de Ravensbrück.

Ravensbrück était un camp de femmes. Il participa à sa mise en place, puis il passa gardien, avant qu’un des nazis découvre son talent. A partir de ce moment, les soldats, les dirigeants vont lui demander de dessiner ; certains voulaient leur portrait pour flatter leur fierté ; d’autres voulaient qu’il participe à la grande œuvre du docteur de la morgue : dessiner le corps humain sur lequel ils se livrent à des expérimentations.

Gunther n’est pas homme à se rebeller. D’ailleurs, il aurait très rapidement été exécuté. Alors, il se réfugie dans son art, essayant de dessiner pour oublier, mais aussi pour laisser une trace, faire de son art un témoignage des horreurs auxquelles il va assister.

Il vaut mieux avoir le cœur bien accroché pour lire ce livre. Car si le sujet peut faire peur, le traitement est encore pire que ce que l’on peut imaginer. Car les atermoiements de ce jeune homme vont très vite devenir un témoignage plus vrai que nature de ce qui s’est passé dans ce camp de la mort. On assiste aux débarquements de plus en plus nombreux de femmes, qui arrivent avec des formes féminines, des cheveux soyeux, pour finir par des corps dépouillés de toute fierté, de toute vie.

On y assiste à toute la vie du camp, de la tonte, des repas miséreux, des intimidations, des tortures, de l’absence de soins, des autopsies horribles, des morts par milliers, des corps brulés. Il y a bien un semblant d’histoire d’amour qui pourrait relever, soulager le ton d’ensemble, mais non, c’est bien l’horreur la plus totale à laquelle on assiste, comme un spectateur involontaire mais révolté.

Alors, dans notre période trouble, où des cinglés parlent de détails de l’histoire, où des excités du bulbe prônent la violence et la haine d’autrui, ce roman en forme de témoignage apparait comme une lecture utile, nécessaire, obligatoire pour que plus jamais on ne puisse revivre ce genre d’horreurs. Un roman important à ranger à coté de La mort est mon métier de Robert Merle.

Ne ratez pas les avis des amis Claude, Oncle Paul ou Loley, ainsi que l’interview du Concierge Masqué.

Perfidia de James Ellroy (Rivages)

Pour moi, James Ellroy est un monument, probablement le plus grand auteur contemporain, tous genres confondus. Il faut dire que j’ai eu l’occasion de lire Le dahlia noir dès sa sortie en France en 1988, et que ce roman a tout simplement balayé mes aprioris, par sa puissance et son souffle historique et humain. Je n’ai jamais lu une telle descente aux enfers, tant de fièvre, tant de passion, dans un roman. A tel point que je considère ce roman comme le meilleur que j’aie lu de ma vie, et qu’il restera à jamais dans mon panthéon de lecture.

Dans la foulée, j’ai évidemment avalé les trois autres tomes de la tétralogie de Los Angeles (Le Grand Nulle Part, L.A. Confidential et White Jazz). James Ellroy recréé le Los Angeles des années 50, en utilisant une narration basée sur trois personnages. James Ellroy invente aussi un style, son style, basé sur des mots, des bouts de phrases. Et cette tétralogie devient un monument, un grand moment de littérature.

Au fur et à mesure de la progression dans cette tétralogie, l’histoire de Los Angeles devient l’Histoire. Et le cadre de Los Angeles devient trop étroit. Des années 50, on passe aux années 60. De Los Angeles, on passe aux Etats Unis. James Ellroy se lance dans une entreprise de fou : écrire son histoire des Etats Unis des années 60. Il s’amuse aussi à insérer des personnages fictifs au milieu de célébrités, et le résultat est unique, incroyable, extraordinaire. Ce sera une trilogie à la démesure de son auteur : American Tabloïd, American Death Trip, Underworld USA.

Que pouvait-on attendre de plus de James Ellroy ? Après avoir dans la première tétralogie balayé la période 1946 – 1958, puis avoir exploré la période 1958 – 1972, James Ellroy décide de revenir dans un passé plus lointain, en nous proposant ce qui sera une deuxième tétralogie. Le premier tome est impressionnant, il se nomme Perfidia et comporte 830 pages. Un pavé comme on n’en fait plus, la plupart des romans ne faisant que 300 à 500 pages. Mais James Ellroy n’est pas un auteur comme les autres.

Le roman se propose d’observer, disséquer, autopsier Los Angeles en cette fin de 1941, et va dérouler tous les jours du 6 décembre au 29 décembre. En ce 6 décembre, la ville est en émoi, en surchauffe, le monde est en guerre et les Etats Unis regardent d’un œil inquiet la volonté expansionniste du voisin japonais. Surtout, la société est secouée par sa haine des juifs et le combat de tous les jours anti-rouges, anti-communistes ; d’où la passivité des Américains envers les exactions des Japonais ou des nazis.

En ce 6 décembre, un hold-up a lieu au drugstore Whalen. L’homme entre, réunit les clients au fond du magasin, tire des balles dans le plafond, prend des médicaments et le contenu de la caisse et s’enfuit. Hideo Ashida, de la police scientifique, un génie des technologies, a installé un appareil photo avec déclenchement automatique. Hideo Ashida est un homme juste, droit, qui cherche la reconnaissance grâce à ce qu’il maitrise le mieux : la technologie. Mais c’est aussi un Japonais de naissance, et il subit les insultes des Américains.

Car la tension est vive, l’inquiétude grandissante. Kay Lake, une jeune femme en recherche d’idéal, décide d’écrire son journal. Elle va montrer les chars qui descendent l’avenue, le racisme exacerbé des gens. Elle se croit amoureuse de Lee Blanchard, un ancien boxeur engagé dans la police.

William Parker est un homme bon, qui rêve de pouvoir sans vouloir vendre son âme au diable. C’est aussi un alcoolique qui a décidé d’arrêté de boire. A croire que, dans cette ville, le mal règne et qu’il faut une bonne dose d’alcool pour résister à l’appel du sang. Duddley Smith, lui, ne s’embarrasse pas avec la loi. En tant que sergent du LAPD, il gère ses affaires de la plus horrible façon qui soit, dans le sang. Mais on découvre un homme qui peut tomber amoureux.

Quatre corps sont découverts, en cette fin de journée du 6 décembre. La famille Watanabe est retrouvée dans son salon, alignés, le ventre ouvert, comme s’ils s’étaient fait harakiri. Quelques choses sont choquantes : l’alignement des corps, la lessive qui sèche sur la corde à linge et ce message : « L’apocalypse qui s’annonce n’est pas de notre fait. Nous avons été de bons citoyens et nous ne savions qu’elle allait se produire. ». L’apocalypse annoncée, c’est l’attaque de Pearl Harbour qui aura lieu le lendemain, le 7 décembre.

830 pages, c’est la nouvelle folie de James Ellroy. A travers quatre personnages principaux, que l’auteur, comme à son habitude, mélange à des personnalités ayant existé, il va montrer comment la paranoïa monte dans ce pays obnubilé par sa peur des rouges, il va montrer surtout comment un pays se trompe en pensant qu’il a toujours raison. Il va détailler différentes affaires, avec l’affaire Watanabe en toile de fond, dont la conclusion a été dictée par les politiques : trouver un coupable rapidement, n’importe lequel, par n’importe quels moyens.

Il y a tout dans ce livre, des personnages forts, des situations rocambolesques, des rebondissements, des luttes d’influence, mais surtout, James Ellroy montre, autopsie un pays raciste, xénophobe, qui cherche un bouc émissaire pour cacher sa peur, ses peurs. Il y a du bruit dans les rues, des couleurs sombres, des silences pendant les couvre-feux, des scènes de violence incroyables qui tiennent en une ou deux phrases.

Il y a surtout ce style inimitable, fait de petites phrases, qui rendent ce roman plus accessible que certains de ses précédents. Il y a ce talent naturel de plonger le lecteur dans une période de furie, si bien que l’on ne ressent aucune lassitude pendant la lecture, tant on sait par avance que le plaisir va être au rendez vous. Il y a ces scènes intimes aussi réussies que des scènes de meurtres et toutes les implications qui en découlent.

Et James Ellroy nous montre comment son pays déteste les juifs, comment il déteste les rouges, comment il déteste les Chinois, comment il déteste les Russes, comment il a peur des Japonais. Il montre les gens qui insultent ceux qui ont la peau jaune. Il montre comment certains Américains ont réquisitionnés les propriétés des Japonais pour se faire du fric, il montre la création de camps pour parquer les Jaunes, il montre comment son pays est devenu fou sous couvert de croyances criminelles et inhumaines. James Ellroy est de retour dans un livre d’une ampleur folle, à la démesure de son talent, de sa force, de sa grandeur. Ce roman est le premier d’une nouvelle tétralogie, le meilleur est encore à venir.

 Nota : Perfidia est le nom d’une chanson d’amour des années 40.

La rascasse avant la bouillabaisse de Gilles Del Pappas (Lajouanie)

Allez savoir pourquoi, je n’avais jamais lu de roman de Gilles Del Pappas. Et pourtant, ce n’est pas un débutant puisqu’il a publié plus d’une vingtaine de romans, et a voyagé pour porter la bonne parole de la création littéraire dans plusieurs pays. Et cette Rascasse est un roman d’aventures, noir, mais aussi humoristique dans lequel on rit … jaune.

Robert dit Bob tient enfin sa vengeance. Il planque devant une maison d’apparence tranquille, où va se dérouler une partie de poker clandestine, dans un quartier résidentiel de Marseille, sa ville. Ils sont cinq à se réunir ; il y a un notaire, un promoteur immobilier, un truand, une femme à la tête d’un réseau d’escort girls et un cinquième homme, la cible.

Cela fait vingt ans qu’il est parti de Marseille, pour éviter de se faire prendre, suite à un mauvais coup qui a entrainé la mort d’un flic. Alors, il traverse l’Atlantique, en clandestin, direction la Martinique. Puis, profitant d’un voilier de touristes, il reprend son bagage pour la Guyanne. Là bas, il y rencontre dans un bar un Bordelais qui lui propose de lui faire visiter l’ile. Cet homme affable se nomme Guy Descombe et lui propose une balade dans la jungle, en compagnie d’un guide. Ils tombent bientôt sur un camp d’orpailleurs et Bob découvre une autre facette de Guy : Il est violent et totalement hors contrôle. Guy s’arrange pour tuer des chercheurs d’or, voler une sacoche pleine d’or et finit même par assassiner leur guide.

Même si Bob devient riche du jour au lendemain, il se retrouve avec une compagnie dont on se passerait bien. Car Guy peut se montrer fort sympathique comme le pire des assassins. Ils sont évidemment obligés de quitter la Guyane et traversent donc le fleuve pour se retrouver au Surinam.

Ce roman se retrouve au croisement de différents genres et déroule avec une facilité déconcertante une intrigue se déroulant sur une vingtaine d’années. En fait, l’auteur passe de scènes en scènes sans particulièrement insister sur un repère Temps, mais en additionnant des scènes émotionnellement fortes ce qui nous fait ressentir beaucoup de sympathie envers un personnage qui est finalement un truand qui peut même se montrer violent et sans pitié.

Quand je parle de rencontres entre les genres, le sujet est emprunté au roman policier, le décor au roman d’aventures et le style au roman noir. Ce mélange est une vraie réussite, c’est du pur plaisir car cela va vite, et le talent de l’auteur suffit en quelques mots à nous dessiner un paysage exotique.

La même efficacité se retrouve aussi dans la psychologie des personnages. On se retrouve avec un Bob qui ne s’intéresse qu’à lui, et qui présente Guy tel qu’il le voit. Cela nous montre un homme extrêmement naïf, qui forcément va subir beaucoup de déceptions et connaitre beaucoup de désillusions.

Surtout, on se retrouve avec un roman qui se lit vite, et qui nous plonge dans l’aventure, si bien que l’on ne se pose jamais de questions. On est totalement immergé dans ce qui arrive à Bob, et je dois dire que j’ai adoré me laisser balader durant toute cette aventure, qui nous balade de Marseille à la Guyane, en passant par le Brésil ou même Barcelone. En fait, l’air de rien, Gilles Del Pappas nous fait faire une moitié de tour du monde en moins de 300 pages, on aura visité la jungle équatoriale, les quartiers marseillais, les palaces parisiens, les ruelles barcelonaises, tout ça en mélangeant des scènes d’action et des scènes intimes, et on en redemande. D’ailleurs, il se pourrait bien que je le relise, tant j’ai apprécié cette lecture. C’est un excellent polar.

L’information du mardi : Envie de polars ?

Voici une sélection de polars pour ceux qui cherchent des idées de lecture :

Anamorphose – Tome 1- Home-Jacking de Yves Le Denn (Editions Chapitre.com)

Anamorphose tome 1

Anamorphose : nom féminin (grec anamorphoûn, transformer)

Œuvre, ou partie d’œuvre, graphique ou picturale, dont les formes sont distordues de telle manière qu’elle ne reprenne sa configuration véritable qu’en étant regardée soit, directement, sous un angle particulier (anamorphoses par allongement), soit, indirectement, dans un miroir cylindrique, conique, etc. (Les anamorphoses par allongement apparaissent dans l’art à l’époque de la Renaissance ; les anamorphoses à miroir se développent à partir du XVIIe s., jusqu’à devenir un objet de divertissement très répandu au XIXe s.) 

Dictionnaire Larousse

Simon Dumoulin est un journaliste expérimenté, mais il ne s’attendait pas à découvrir, derrière les problèmes de délinquance que traitent quotidiennement gendarmes et policiers, des événements aussi violents que ceux qui le ramènent plusieurs années en arrière à Toulouse quand il enquêtait sur la dramatique explosion de l’usine AZF. Sa rencontre avec la capitaine Stéphanie Poucet va être l’occasion, pour lui, d’ajouter des éléments nouveaux à son enquête et, pour elle, de découvrir une affaire plus importante que ce qu’elle n’imaginait au départ. L’un et l’autre mènent une quête exigeante et absolue de la vérité.

Y parviendront-ils ?

Les héritiers de la loge de Henri Weigel (Les éditions du Net)

Héritiers de la loge

Tout semblait réussir à Juliette Berger, la ministre du Tourisme et son mari. Mais le 19 décembre 1965, le couple périt dans le crash de son avion et laisse derrière lui une immense fortune et une part de mystère.

En vérité, qui étaient Juliette Berger et son mari et qui les a fait disparaître ? Faut-il remonter au commencement de leur vie de concierges alors qu’ils ne possédaient rien et ont soudainement accumulé héritages et gains d’opérations spéculatives ? La réussite politique effrontée de Juliette a-t-elle dérangé ? Ou bien les mœurs du couple…

Au fil des pages, Les héritages de la loge distille suspens et rebondissements, réflexion sur la condition humaine, la société et la moralité…

Avec un goût prononcé pour la vraisemblance, Henri Weigel tire les ficelles d’une intrigue qui puise son inspiration dans le « vu » ou le « vécu ». N’introduisant jamais de surnaturel dans ses récits et intrigues, l’auteur aime construire des histoires où tout ce qui se passe peut arriver ou est arrivé dans la réalité.

Le bal des ardentes de Ghislain GILBERTI (Anne Carrière)

Bal des ardentes

En plein cœur de Marseille, un attentat extrêmement violent souffle un bâtiment entier, faisant nombre de victimes. Le commissaire Ange-Marie Barthélemy, de la SDAT (Sous-direction antiterroriste), est immédiatement dépêché sur place pour prendre en main cette affaire au retentissement énorme, à la hauteur du massacre.

Les premiers résultats de l’enquête lui font comprendre que cet acte non revendiqué est lié au trafic de drogue. Dès lors, accompagné par son groupe aux allures de meute, Barthélemy étudie le biotope local et s’immerge dans le milieu impitoyable du crime organisé au sein de la cité phocéenne.

Grâce à l’assistance d’un agent d’Interpol et d’un groupe spécialisé dans les analyses de scènes de crime post-explosion, l’équipe constate que le poseur de bombes a déjà sévi sur tous les continents. Son profil est plus proche de celui d’un tueur en série que d’un terroriste. Mode opératoire scrupuleux, signature, monomanie… L’homme se révèle un dangereux psychopathe et donne des prénoms féminins à ses engins de mort en les gravant dans l’acier.

Une course-poursuite contre ce véritable fantôme va être mise en place avec l’aide de la police locale. La commissaire Cécile Sanchez va elle aussi apporter son concours à l’enquête de Barthélemy.

Une putain d’histoire de Bernard Minier (XO éditions)

J’ai découvert Bernard Minier avec Le cercle et ce fut un excellent moment. Avec N’éteins pas la lumière, il ajoutait à ses intrigues fort bien construites un sujet d’actualité, le harcèlement envers les femmes. Depuis, j’ai lu Glacé son premier roman, et c’est avec beaucoup d’envie que j’ai entamé la lecture de son dernier opus. Encore une fois, cet auteur a su me surprendre, et encore, ce n’est même pas le terme que je devrais utiliser. Bernard Minier m’a époustouflé.

Car depuis Glacé, que de chemin parcouru et que de progrès effectués. Bernard Minier a décidé d’abandonner son flic fétiche et personnage récurrent pour se lancer dans une aventure au long cours, mais aussi à une histoire casse-gueule. Combien d’auteurs seraient tombés dans l’ennui, ou même auraient abandonné leur manuscrit, perdus sur cette île issue de je ne sais où, en plein Pacifique Nord, à proximité des Etats Unis ? J’ai l’impression que Bernard Minier s’est lancé un défi, et qu’il a décidé de faire un marathon, tout en sachant parfaitement où il allait, et en écrivant avant tout pour lui, pour son plaisir.

La postface nous éclaire un peu à ce sujet et ce que je viens de dire est une extrapolation de ce qu’il y écrit. Il voit son roman comme un hommage aux grands auteurs américains, capables de nous faire vivre de formidables personnages au milieu d’une nature sauvage. En cela, Bernard Minier a pleinement réussi son pari, ses jeunes gens sont pleins de vie, d’interrogations, hésitants entre leurs décisions, leurs conséquences et leurs doutes. On pense évidemment à Stephen King, mais en ce qui me concerne, j’ai beaucoup pensé au Maitre des Illusions de Donna Tartt. L’auteur m’a impressionné dans sa peinture des campus américains, dans celle de la nature de cette île totalement inventée, dans tous ces petits détails qui font la différence entre une scène vraie et un tableau ennuyeux.

Car c’est bien d’un roman psychologique à suspense dont il s’agit, et je connais bien Bernard Minier pour savoir manier et jouer avec les codes, mélangeant souvent tous les ingrédients d’un polar. Cette putain d’histoire est racontée par Henry Dean Walker, jeune adolescent de 16 ans, qui habite sur Glass Island, une île au large de Seattle. Il a déménagé là avec ses deux mères, France et Liv. Comme ils sont isolés du monde, les jeunes se sont regroupés et forment un groupe d’amis. Il y a Johnny, Charlie, Kayla et Naomi.

Henry a été accepté dans leur groupe via un rituel simple : plonger dans la mer glacée tout nu, ce qu’il a fait. Henry est passionné par les films d’horreur. Et Henry est tombé amoureux de Naomi. Ce soir là, ils rentrent du lycée par le ferry et Henry et Naomi se disputent. Naomi lui dit, sur le pont du ferry, en pleine tempête, qu’elle sait exactement qui est Henry. Quand ils débarquent, Naomi est introuvable.

Le lendemain, au lycée, Naomi n’est pas là. Le groupe de jeunes s’inquiète jusqu’à ce que, le soir, ils apprennent qu’un corps de jeune fille a été retrouvé sur la plage, pris dans un filet de pêche. Bien entendu, à cause de leur dispute, Henry est un suspect tout désigné. Alors, ils vont enquêter et essayer de savoir ce qui s’est passé … sous la surveillance d’un personnage mystérieux qui s’appelle Grant Augustine.

Je ne vous en dis pas plus, car l’auteur a construit son intrigue de telle façon que je pourrais vous en dire des tonnes, vous ne devineriez pas la fin. Je me suis demandé, après avoir tourné la dernière page, comment l’auteur avait construit son intrigue. Et je pense qu’il n’y a rien d’improvisé dans ce roman, tout est parfaitement construit, agencé, millimétré pour ajouter de petits détails qui vont nous faire vivre quelques dizaines de jours en plein mystère, perdu en pleine tempête. Et quand je me suis amusé à reprendre des passages, je me suis aperçu que tous les indices sont là, à portée de main, mais cachés par un voile. C’est formidablement fait, ça ne se voit pas, et cela fait référence aux meilleurs polars américains.

Et le vrai sujet du roman n’est pas là, et Bernard Minier aborde un sujet difficile et bigrement passionnant. J’ai évoqué dans mon résumé Grant Augustine. Cet homme immensément riche est à la tête d’une entreprise qui travaille pour la NSA. Dans ce cadre, il a accès à tous les moyens nécessaire à l’espionnage de tout le monde. Et cela dépasse même les pires cauchemars paranoïaques que l’on peut imaginer. Si Bernard Minier évoque ce sujet, et se permet de créer une deuxième trame dans son intrigue, il est explicite quand il affirme : « La révolution numérique était en train de bâtir brique par brique le rêve millénaire de toutes les dictatures – des citoyens sans vie privée, qui renonçaient d’eux-mêmes à leur liberté… ». Et je discutais récemment avec un autre auteur de polar Ben Orton, le créateur de Dari Valko, de cette suppression des libertés sous couvert de sécurité. A un moment donné, il m’a rappelé cette citation de Benjamin Franklin : « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité, ne mérite ni l’un ni l’autre et finit par perdre les deux. ».

Non seulement Bernard Minier a concocté un polar psychologique impeccable, non seulement il a bâti un hommage au polar américain, non seulement il a construit une intrigue diabolique, mais il a aussi écrit un livre important qui porte à réfléchir. Clairement, Bernard Minier nous donne à lire son meilleur roman à ce jour. Mais où s’arrêtera-t-il ?

Ne ratez pas l’avis de la Belette ici

Chronique virtuelle : L’Alicanto de Amadeo Alcacer (Santa Rosa)

Voici un premier roman très intéressant, dont j’ai beaucoup apprécié la force de l’intrigue et sa façon de la mener.

Quatrième de couverture :

À Buenos Aires, le cadavre mutilé d’une jolie serveuse est retrouvé à son domicile. En sept mois, six autres jeunes femmes ont disparu dans des circonstances similaires. Le capitaine argentin Marquez sollicite l’aide de ses collègues de Santiago, car le meurtrier aurait commencé à sévir là-bas.

L’enquête est donc confiée à l’inspecteur Diego Alandia, un ancien soldat au passé sordide, qui subit sa vie plus qu’il ne la gère. Dans sa traque, il devra affronter un tueur particulièrement manipulateur : l’Alicanto.

L’assassin met en scène ses crimes comme autant d’œuvres d’art, tout en narguant la police à travers ses écrits. Son narcissisme est connu de tous car le criminel se sert de la tribune d’un journal pour revendiquer ses nombreux meurtres.

Les personnages ambigus se jaugent et se croisent, pour aboutir à une suite de revirements des plus inattendus. Ivres de haine et de folie, ils suivront ensemble la même quête de vengeance et de destruction.

S’inspirant de faits réels, Amadeo Alcacer, nous livre ici un récit nerveux, emporté par une trame complexe et remarquablement construite.

Mon avis :

Pour un premier roman, cette lecture s’avère intéressante. Car la construction n’est pas forcément la plus abordable, et on y trouve une réelle ambition aussi bien dans la forme que dans le fond. Car si l’intrigue est béton, on ne peut pas rester insensible à la qualité de l’écriture, dont la fluidité et la justesse d’évocation sont les principales qualités. Je parlais d’ambition, et c’est le mot juste quand un auteur décide de situer son roman dans un pays étranger. Je ne sais pas si Amadeo Alcacer connait le Chili ou l’Argentine, mais il faut beaucoup de courage pour inventer de telles situations.

On peut diviser ce roman en deux parties, voire presque trois. La première nous présente Alandia, flic chilien, détaché auprès de la police argentine pour mettre fin aux agissements d’un tueur en série, qui a priori a fait ses premières armes au Chili. L’auteur ne cherche pas à faire de Alandia un super héros, ni un déprimé. C’est un flic normal qui donne beaucoup à son travail et qui néglige sa vie de famille. Sa passion l’aveugle, et il trouve que ses collègues argentins sont mous du genou. La narration est à la deuxième personne du singulier, et cette distanciation par rapport au personnage, par ailleurs fort, m’a gêné. J’aurais préféré une narration qui m’aurait permis une identification ou tout du moins une immersion plus forte.

Puis, après avoir dépassé la moitié du roman, on passe au tueur. Là, la narration passe à la première personne du singulier. Cette partie est tout simplement passionnante, même si elle nous donne le nom du coupable. Et je me demande si une narration alternée entre le flic chilien et le tueur n’aurait pas donné plus de force au roman. Il n’empêche que l’on est réellement pris par ce roman et que l’on débouche sur un final … je ne vous dis rien !

C’est donc un roman intéressant, qui démontre tout le potentiel que l’on peut attendre de cet auteur. En tous cas, son roman est en vente en ebook à moins de 3 euros, et pour ce prix là, il ne faut pas hésiter.

http://www.amazon.fr/LALICANTO-Thriller-Amadeo-ALCACER-ebook/dp/B00JV58E5S