Le chouchou du mois de juin 2015

Les vacances approchent à grands pas. Le hasard de mes lectures, et de mes avis fait que j’ai pensé à alléger la masse de vos bagages, et aussi celui du portefeuille. Je pourrais d’ailleurs appeler la rubrique de ce mois « Bons plans ». Et commençons par un coup de cœur, le troisième de cette année avec L’enfer de Church Street de Jake Hinkson (Gallmeister) qui inaugure de belle façon la nouvelle collection Néo Noir de Gallmeister. Ce roman m’a fait penser à du Jim Thompson, par ses thèmes, son style, ses personnages, ses décors, tout en ayant sa propre personnalité. Un pur joyau.

Je tiens aussi à défendre Black out de Marc Elsberg (Piranha), livre catastrophe, qui nous décrit comment on peut immobiliser un continent par l’arrêt de la distribution d’électricité. C’est terrifiant à souhait, surtout que cela est très réaliste.

Dans une rubrique que j’aurais pu appeler Bons plans, nombre de romans peu chers ont été chroniqués ce mois. Tout d’abord, honneur à la réédition des 4 tomes du cycle de Cybione regroupés dans un livre. Ça s’appelle Le cycle de Cybione de Ayerdhal (Au diable Vauvert), et si la première aventure est un ton en dessous, les autres sont des mélanges d’action, de politique et c’est passionnant.

Ce qui n’est pas écrit de Rafael Reig (Points) est une réédition en format poche du livre éponyme sorti chez Métaillié. Il pose la question du regard que les gens posent sur les auteurs, sur le fait que les lecteurs confondent la fiction avec la vie de l’auteur. Personnellement, je n’ai pas été totalement emballé, mais c’est une curiosité qui vaut le détour. A vous de vous faire votre avis.

Des novellas sont éditées chez Ombres Noires et les deux que j’ai présentées m’ont parues tout simplement fantastiques. Elles sont signées de deux grands auteurs. C’est à ne pas rater. Il s’agit de Le secret des tranchées de Thomas H.Cook et de Prière d’achever de John Connoly.

Enfin, je ne peux que vous conseiller les deux derniers épisodes en date des aventures de Dari Valko. L’humour y est toujours omniprésent, l’auteur prend à partie le lecteur et dans ces deux épisodes là, il pose des questions qui font reflechir. Bref, du divertissement, certes, mais intelligent. Les titres en sont : Tranquille le chat ! et La lune aux Français (Editions létales).

Parmi les auteurs auxquels je suis fidèle, là encore, que de bons polars à noter. Trois fourmis en file indienne de Olivier Gay (Masque) nous donne à lire une aventure mouvementée au scenario remarquablement construit. L’innocence des bourreaux de Barbara Abel (Belfond) est un polar psychologique surprenant et plein de suspense. A mort le chat ! De Jeremy Bouquin (Lajouanie) joue plutôt dans la catégorie des polars outranciers, politiquement incorrects avec un personnage à haïr. Enfin, comme à son habitude, Une nuit trop douce pour mourir de Maurice Gouiran (Jigal) va pointer une dérive de notre société avec une enquête comme seul Maurice Gouiran sait les faire.

Le titre de chouchou du mois revient donc ce mois ci à Coupable vous êtes de Lorenzo Lunar (Asphalte), pour ces formidables personnages auxquels il donne la parole, pour ce décor réaliste qu’il nous peint, pour ce témoignage sur son pays si important.

Je vous donne rendez vous fin aout pour le chouchou de l’été. D’ici là, n’oubliez pas le principal, lisez !

Une nuit trop douce pour mourir de Maurice Gouiran (Jigal)

Cela fait un petit bout de temps que je suis les productions de Maurice Gouiran pour deux raisons principales : son style est redoutablement efficace et Maurice Gouiran met toujours le doigt là où ça fait mal. Ce nouveau roman ne déroge pas à cette règle.

Ancien journaliste, aujourd’hui à la retraite, Clovis Narigou n’hésite pas à filer un coup de main à ses amis pour enquêter et résoudre des affaires complexes. En cette fin de journée, Clovis est invité par Raf sur son voilier de pêcheur en galante compagnie, puisqu’ils dinent avec deux stagiaires de la police, Samantha et Davina. Clovis a une faiblesse : il ne peut résister à l’appel de la chair surtout quand il a affaire à des jeunettes.

Deux affaires secouent le microcosme marseillais. La première concerne une guerre entre la mafia corse et la mafia marseillaise, avec un mort par jour. C’est un tel massacre que les clients du bar s’amusent à incrémenter le score comme on regarderait un match de handball. Les discussions deviennent donc : Marseille 15 – Corse 13 ! Dans le même temps, un tueur sévit dans la cité phocéenne et a déjà fait deux victimes. Il a éventré deux jeunes femmes, et son mode opératoire ressemble étrangement à Jack l’éventreur. Pour autant, il n’est pas considéré comme un tueur en série, puisqu’on ne dénombre que 2 mortes !

Quand la troisième victime est découverte, la police recherche évidemment les points communs entre les jeunes femmes. Et Clovis, qui enquête en sous-marin, va rouvrir un dossier qui l’a passionné auparavant : celui de Jack l’éventreur. En effet, le tueur se met à écrire des lettres au commissaire qui ressemblent étrangement à celle que Jack envoya à la presse de l’époque.

On retrouve dans cette enquête tout ce pour quoi on l’aime. C’est du bon style fluide, direct, efficace, et on commence à avoir l’habitude de ce personnage immature de Clovis dès qu’une mini-jupe apparait. Par rapport aux autres enquêtes que j’ai pu lire, j’ajouterai un poil d’humour, beaucoup d’érudition sans vouloir étaler sa science sur Jack l’éventreur, et aussi un certain agacement.

Pourquoi je parle d’agacement ? J’ai la sensation que Maurice Gouiran montre certains aspects de notre vie moderne sans vouloir s’appesantir, et qu’on y ressent non plus une colère noire mais plutôt une sorte de haussement d’épaules, comme s’il nous disait : Et voilà comment notre vie devient stupide et absurde. Comme je le disais plus haut, l’exemple des règles régissant les actes d’un tueur en série ou non ! Il faut 3 meurtres pour que l’on daigne lui donner ce « titre » et ainsi bénéficier des logiciels de recoupements d’indices. Moi qui aime l’humour noir, et qui suis cynique de nature, je trouve ça tellement drôle. Comme Maurice Gouiran d’ailleurs.

Donc, Clovis oscille entre deux événements : la guerre corsico-marseillaise et le tueur en passe de devenir en série. C’est le petit bémol que je mettrais vis-à-vis de cette aventure. Maurice Gouiran semble hésiter entre les deux, passant de l’une à l’autre, au gré des balades de Clovis. Ce n’est que vers le milieu du roman que Clovis est appelé à l’aide. Et là, je retrouve le Gouiran que j’aime, tout en hargne, tout en rage noire, vis-à-vis du commerce de nourrissons, pour les couples des pays civilisés.

De quoi vomir, gueuler, hurler ! J’avais déjà lu un roman sur ce sujet (Orphelins de sang de Patrick Bard) et celui-ci en rajoute une couche, version « comment ? Vous ne saviez pas ? ouvrez les yeux ! ». Une nuit trop douce pour mourir, une bonne cuvée, un bon polar, qui une nouvelle fois, fait mouche dans le choix de son roman.

A mort le chat ! De Jérémy Bouquin (Editions Lajouanie)

Jérémy Bouquin, je l’ai découvert grâce aux éditions Ska, et une nouvelle qui s’appelait No Limit. La maitrise de sa narration était tout simplement bluffante. Alors, quand j’ai vu qu’il sortait un roman aux éditions Lajouanie … devinez …

Jarring rentre chez lui, allumé comme souvent d’avoir abusé d’alcool et de drogues. Son chat lui parle, comme souvent et lui parle mal. Alors, Jarring ne supporte pas ces reproches, et se met à le taper, le frapper puis le massacrer.

Jarring n’est pas là pour faire du sentiment. Son métier, c’est lobbyiste. Il vend à qui veut bien le payer des idées. Son but : manipuler les masses pour faire avaler au peuple des couleuvres. Des produits de grande consommation aux hommes politiques, tous ont besoin de quelqu’un qui les aide à faire passer des idées. Peu importe comment, tous les moyens sont bons, pourvu que le résultat soit là.

Sa nouvelle mission va être compliquée : on lui demande de vendre des OGM, c’est-à-dire montrer au public qu’il est sain de bouffer de la merde, et agir pour que le législateur aille dans ce sens. Le fait que lui ne mange que du bio ne le dérange pas. Avec son amie Catherine, championne de la communication, une sorte de poupée Barbie refaite en latex de bas en haut, il va se lancer à corps perdu dans ce challenge.

Mais auparavant, il doit s’acheter un Magnum 357, comme son idole l’inspecteur Harry, et aussi se trouver un nouveau chat …

Des personnages barrés, on en rencontre souvent dans les romans noirs. Des personnages sans foi, ni loi, on en côtoie souvent dans le polar. Mais des personnages de cet acabit, prêt à vendre père et mère pour réussir leur objectif, sans foi, ni loi, jugeant qu’il n’y a aucune limite, je n’en ai rencontré que peu dans mes lectures. Le seul qui s’en rapproche, c’est Trash Circus de Joseph Incardona. C’est même plus méchant que Massimo Carlotto.

Donc, c’est au pays du mauvais gout, du politiquement incorrect que nous emmène Jérémy Bouquin. Et c’est bien difficile de faire accepter par le lecteur un personnage aussi noir, malfaisant, cynique et méchant que Jarring. Le premier chat pitre donne le ton, le reste est à l’avenant. Et le talent de l’auteur fait le reste. L’itinéraire de ce salopard est implacable, l’ensemble consciencieusement immoral.

Le talent de l’auteur, de ce jeune auteur, est bien de nous plonger dans une psychologie de malade, et de nous y faire croire. Et les scènes s’accumulent où Jérémy Bouquin évite de faire monter les enchères, mais créé une intrigue réaliste. Et on a droit par moments à des scènes incroyablement drôles telles celles de l’achat d’un nouveau chat ou de la peinture pour peindre son revolver.

La descente aux enfers de ce personnage commencera avec un voyage en province pour rencontrer un député et lui proposer de communiquer en faveur des OGM. C’est la deuxième partie du livre. Et j’ai trouvé que le ton devenait plus conventionnel. Par contre, les scènes sont toujours aussi délirantes. Heureusement, la fin se veut un peu plus morale, et on aura passé un excellent moment à suivre ce personnage que l’on aura aimé détester, qui nous aura donné envie de vomir tellement il est ignoble. En ce qui concerne Jérémy Bouquin, c’est sur, il faudra le suivre à l’avenir.

Ne ratez pas les avis des amis Claude et l’oncle Paul.

L’innocence des bourreaux de Barbara Abel (Belfond)

Barbara Abel a l’habitude de créer des suspenses psychologiques passionnants, basés sur des situations de tous les jours. Ce roman ne fait pas exception à la règle puisque nous nous retrouvons dans une supérette … du moins au début …

Joachim Fallet, dit Jo, est un jeune homme, en situation de manque. S’il ne trouve pas de drogue rapidement, il va craquer. Il a bien essayé d’appeler sa copine mais ça ne répond pas. Poussé à bout par son envie, son besoin, il prend son arme et descend à la supérette de la rue des Termes.

Aline Verdoux a décidé d’aller voir son père qui est dans une maison de retraite. Son fils, adolescent de 15 ans joue à la console et ne veut pas venir. Aline craque et casse la manette. Ils partent tous les deux et s’arrêtent à la supérette avant de prendre la route.

Michelle Bourdieux est une dame à domicile qui s’occupe de Germaine Dethy, une vielle dame de 83 ans, désagréable au possible. Germaine ne peut se déplacer seule. Après avoir nettoyé les vitres, elles vont faire des courses.

Léa Fronsac est une jeune mère séparée. Son fils regarde les dessins animés. Elle a juste le temps de faire un aller retour éclair pour aller chercher des couches.

Guillaume Vanderkeren est caissier à la supérette. Il a son après-midi, avant que Camille, sa collègue lui annonce qu’elle a un rendez vous chez le gynécologue. Il ne manquerait plus que son égarement le conduise à devenir père ! Il va donc la remplacer.

Géraldine Marbeau et son fils Felix de 8 ans doivent préparer le repas du soir. Au programme, un fantastique Tiramisu. Mais il lui manque du café. Felix est d’accord pour aller chez la voisine Mme Bertille avant d’aller chercher un paquet de café pour sa mère.

Thomas Piscina est comptable. Il vient de tromper sa femme avec la réceptionniste. Après avoir passé du bon temps, il est temps de retourner travailler. En passant, ils s’arrêtent à la supérette pour quelques achats.

C’est alors que Jo débarque en hurlant : « Tous à terre ! Le premier qui bouge, je le bute ! ».

Une nouvelle fois, Barbara Abel va nous surprendre, mais il y a au moins une constance avec ce roman, c’est l’acuité dans l’analyse psychologique des personnages qui est au premier plan. Certes, on commence avec un huis clos, et cette situation est plutôt classique. J’ai apprécié la façon de présenter la petite dizaine de personnages qui vont errer dans ce roman comme des âmes en peine.

Donc nous avons un chapitre par personnage, et la précision de Barbara Abel est telle qu’elle est capable en moins de 10 pages de nous présenter à la fois le passé, le présent et les sentiments de ceux-ci. Cette facilité, ce talent est tout simplement époustouflant. On se dit aussi que l’on va se perdre avec dix personnages à suivre, chacun à son tour. Que nenni ! Ils sont suffisamment marqués, ils sont tellement vivants, qu’on a l’impression de les voir, de les rencontrer.

Puis arrive la scène de braquage. Sans esbroufe particulière, l’auteure nous déroule cette histoire en passant de l’un à l’autre, avec à chaque fois les états d’âme des uns et des autres mais surtout en dégottant dans son imagination débridée des événements qui sont comme autant de retournements de situation. Certes, on reste confiné dans un seul lieu, alors on peut se dire qu’en termes de rebondissements, c’est limité. Si vous avez cette reflexion, c’est que vous ne connaissez pas Barbara Abel.

Et puis, vous aurez remarquez sur la couverture que Bourreaux est au pluriel, alors que Jo est tout seul. C’est bien parce que l’auteure a décidé de s’amuser à redistribuer les cartes, que l’on pensait pourtant bien avoir en main. C’est un gros point fort de ce roman : on ressent le plaisir qu’a eu l’auteure à s’amuser avec ses personnages. Alors elle se laisse aller, elle les laisse vivre leur vie, et quand on connait Barbara Abel, certains d’entre eux vont avoir de petits soucis …

Alors, même si je trouve la fin moins forte que le début du livre, Barbara Abel nous démontre une nouvelle fois qu’elle écrit des romans Psychologiques avec un grand P, et qu’elle sait rendre passionnant la moindre situation quotidienne pour notre plus grand plaisir. Toutes les lectrices et tous les lecteurs ne peuvent qu’aimer ce roman, tant il va évoquer en elles et eux des frissons à l’évocation d’une situation qu’ils ont forcément rencontrée un jour. Du grand art !

Ne ratez pas les avis des amis Claude Le Nocher et L’oncle Paul

Novellas chez Ombres Noires

Depuis quelque temps, Ombres Noires publie à bas prix des romans courts, que l’on appelle novellas, écrites par des auteurs connus et reconnus. Si j’avais été peu convaincu par Le convoyeur du 3ème reich de CJ.Box, j’ai été enchanté par les deux romans que je vous propose maintenant :

Secret des tranchées

Le secret des tranchées de Thomas H.Cook :

Quatrième de couverture :

Franklin Altman est parvenu à quitter l’Allemagne au lendemain de la Première Guerre mondiale et a refait sa vie aux États-Unis. Après avoir changé de nom, il a su gagner une place honorable parmi les intellectuels new-yorkais.

11 novembre 1968, cinquante ans après la signature de l’Armistice. Franklin prononce un discours à l’occasion de cette commémoration lorsqu’un ancien camarade de jeunesse se fait connaître à l’assistance, faisant ressurgir chez lui un pan entier de son passé.

Il est évident que les deux hommes ont quelque chose en commun. Un secret peut-être… La lumières viendra-t-elle de ce manuscrit, laissé par cet ancien ami, dont le contenu aurait pu changer le cours de l’Histoire?

Mon avis :

Imaginez que la seconde guerre mondiale n’ait jamais eu lieu. Imaginez qu’un historien vienne faire dédicacer son livre en 1968. C’est un ancien Allemand, ayant émigré aux Etats-Unis, et il rencontre alors un ancien Allemand, comme lui. Qu’est-ce qui peut bien lier ces deux hommes que tout sépare ?

Sans aucune esbroufe, puisque tout se passe dans la librairie, cette rencontre va être emplie de non-dits à travers des dialogues mystérieux qui ne vont donner aucun indice au lecteur, mais plutôt lui poser plein de questions. Thomas H.Cook a probablement atteint dans ce court roman son style le plus subtil qui soit, pour ouvrir au lecteur les questions les plus vastes, sans lui donner jamais aucun indice. C’est un roman remarquable de sensibilité, avec un final qui laisse pantois. Et après avoir tourné la dernière page, le lecteur se pose enfin la grande question : Qu’est-ce que l’Histoire ?

 Prière achever

Prière d’achever de John Connoly :

Quatrième de couverture :

Comment expliquer à la police que l’on a été témoin de la chute d’une femme, sous un train, alors qu’aucune trace de l’effroyable accident n’est visible? C’est ce qui arrive à M. Berger, tranquille célibataire qui vient de s’installer à la campagne dans le vain espoir d’écrire un roman.

L’événement est d’autant plus troublant que, quelques jours plus tard, la même jeune femme se jette à nouveau sous la locomotive. Cette fois-ci, M. Berger décide de suivre cette mystérieuse créature au sac rouge. Il atterrit dans une étrange librairie tenue par un vieil érudit, qui accueille en ses murs les plus grands personnages de la littérature…

Mon avis :

Le format court des romans est à la fois un exercice périlleux mais il autorise aussi toutes les folies. Car il permet de poser des situations inédites sans être obligé de décrire dans le détail des lieux ou des psychologies. Dans ce roman, Connoly rend hommage à l’écriture, à l’imagination et tire son chapeau envers les héros qui ont bercé notre enfance.

Ecrit comme un conte, se voulant intemporel et magnifique de possibles, j’ai lu ce roman avec autant d’émerveillement que d’étonnement devant la créativité qui remplit ces pages. C’est un roman magnifique, un conte pour adulte qui nous plonge dans nos souvenirs, qui nous emplit de rêve. Avec ce roman, John Connoly n’a jamais été aussi près de Edgar Allan Poe.

Coupable vous êtes de Lorenzo Lunar (Asphalte)

Après La vie est un tango, les éditions Asphalte nous donnent à lire le deuxième roman de Lorenzo Lunar. On retrouve toutes les qualités de son premier roman ainsi que son personnage de flic, Leo Martin. Du pur plaisir, de la lecture intelligente.

Le roman se déroule à Santa Clara, Cuba. Pedrusco, le spécialiste du cirage, se réveille difficilement de sa cuite de la veille. Il vient de découvrir un cadavre, à coté de la gare routière. Leo Martin est rapidement sur place. La mort remonte à 4 heures du matin. Le mort a eu la tête écrabouillée par un objet contondant, comme un marteau de cordonnier.

Le mort s’appelle Francisco Cordié Montero, il avait 45 ans, Après avoir été enseignant, il devient danseur professionnel, déménage à Varadero et vit chez une vieille dame qui meurt subitement. Francisco hérite de la vieille dame et monte des spectacles. Il est aussi connu pour être bisexuel et proxénète.

Leo Martin pense tout de suite à son ennemi juré, Chago Le Bœuf. De profession cordonnier, il officie dans tous les trafics possibles, mais s’en est toujours sorti. Ce même jour, Leo Martin reçoit une visite. C’est Chago Le Bœuf qui vient porter plainte : on lui a volé un marteau. Leo Martin a du mal à le croire. Mais Chago Le Bœuf lui conseille de faire le tour des prostituées pour faire avancer son enquête de meurtre.

Ce roman est plus costaud que le premier. Comprenez qu’il a un peu plus de pages, et surtout que le style s’affirme. Lorenzo Lunar garde son style direct, et nous donne une leçon sur l’équilibre entre narration et dialogues, des dialogues remarquables d’ailleurs. Si on pourrait rapprocher cet auteur des grands auteurs américains, auteurs de polars noirs sociaux, c’est à mon avis parce qu’il est lui-même libraire, et qu’il a du assimiler certains codes du polar.

Le personnage de Leo Martin est un témoin de son époque. Comme dans le précédent roman, il a l’occasion lors de son enquête de côtoyer beaucoup de gens et de se retrouver dans des situations qui montrent leur quotidien. Après nous avoir montré les regrets que les anciens ressentaient comparativement à la vie moderne, nous nous retrouvons dans une société extrêmement pauvre. Le seul avenir pour les femmes est de se prostituer afin de se trouver un mari ou un amant qui a un bon poste politique. Sans prendre parti ou même juger ses congénères, Lorenzo Lunar montre, détaille et d’une certaine façon dénonce.

Il y a aussi cette pauvreté, à propos de laquelle l’auteur ne s’appesantit pas, mais qui est bien présente et pesante. Il n’y a qu’à voir la mère de Leo préparer une soupe avec ce qui lui reste dans la cuisine. Ou bien, les gens qui attendent les bons pour obtenir de l’huile et pouvoir faire enfin une vinaigrette digne de ce nom. Ou encore, l’attente devant la pizzeria qui dépasse les deux heures, mais à propos de laquelle les gens se sont résignés … parce qu’ils n’ont tout simplement pas le choix.

Ce roman de Lorenzo Lunar, c’est une intrigue policière très bien ficelée, c’est un style percutant, des dialogues formidables. Et c’est aussi une lecture intelligente, c’est une sorte de reportage, c’est un état des lieux d’un pays qui s’enfonce dans la course pour l’argent, laissant sur le bas-côté le peuple qui crève de faim. C’est une photographie du Cuba d’aujourd’hui vue de l’intérieur. C’est un roman fort. Lorenzo Lunar est le héraut du Cuba moderne.

L’information du mardi : Idées de polars

Voici quelques idées de polars parmi les annonces que j’ai reçues récemment. Encore une fois, il y en a pour tous les gouts. Encore une fois, il y a des découvertes à faire. En tous cas, n’oubliez pas le principal, lisez !

 Blue note

Blue note pour héroïne brune – PHIL MAZELOT de Thiébault de Saint-Amand (Les éditions du 38)

Phil Mazelot est un ancien agent des Renseignements qui a officié durant la 1re Guerre Mondiale. Même s’il s’en défend, et se dissimule du mieux qu’il peut sous des dehors de dur à cuire, c’est un rêveur, un vrai poète, un parolier de génie et parfois des vers sublimes lui viennent en tête aux pires moments de ses enquêtes.

Si la France insouciante de la fin des années vingt savoure encore la victoire, il sent le camp adverse ruminer son humiliation. Un nouveau conflit lui paraît inévitable. De poursuites haletantes en rencontres improbables, Mazelot va se rendre compte que le pouvoir et l’argent corrompent toutes les valeurs de la société. Des héros ordinaires se fédèrent peu à peu autour de lui pour former l’un des tout premiers réseaux de ce qui deviendra quelques années plus tard, la Résistance.

Thiébault de Saint Amand vous propose une série historique, musicale et irrésistiblement coquine où l’argot et l’humour sont omniprésents.

La première enquête de Phil Mazelot vous réserve bien des surprises… Qui aurait pu croire que Frédo mourrait un jour dans son lit ?

Dans cette aventure passionnante au cœur de Paname, dans le milieu des maisons à lanternes, la belle Nadège succédera-t-elle à mama Élisa, la mère de Frédo, qui veut garder l’emprise sur le clac familial du Montparnasse ? Le bel Angelo et Mademoiselle trahiront-ils le secret chuchoté par Frédo sur son lit de mort ?

http://www.editionsdu38.com/38-rue-du-polar/blue-note-pour-h%C3%A9ro%C3%AFne-brune/

 De mort naturelle

De mort naturelle de James OSWALD (Bragelonne)

Tony McLean vient d’être nommé inspecteur. En plus des affaires courantes qui font son quotidien au commissariat – suicides, meurtres,

cambriolages et autres accidents –, il hérite d’un cold case dont personne ne veut se charger. Le corps d’une jeune femme, crucifiée et atrocement mutilée, a été découvert au sous-sol d’une maison abandonnée. Tout porte à croire qu’elle a été victime d’un meurtre rituel. Au siècle dernier.

Le présent est nourri du passé et certains démons ne demandent qu’à se réveiller. Lorsqu’une série de meurtres sanglants s’abat sur la ville d’Édimbourg, McLean et son équipe – l’inspecteur Robert Laird, dit Bob la Grogne, et le « bleu » Stuart MacBride –, ne savent plus où donner de la tête. Pour un peu, ils dormiraient tous à la morgue, où le médecin légiste voit les cadavres s’empiler…

 Mondologue

Le mondologue de Heinrich Steinfest (Carnets Nord)

Sixten Braun a l’allure d’un homme d’affaires à qui tout réussit : sillonnant l’Asie comme commercial, il est fiancé à une jeune femme de la bourgeoisie colonaise qui l’attend sagement au pays. Mais derrière ce complet veston se cache un homme qui rêve de devenir maître nageur plutôt que manager, et qui n’éprouve que de l’indifférence envers cette fiancée bien sous tous rapports. En l’espace de seulement quelques jours, sa vie est bouleversée par deux accidents incroyables dont il réchappe de peu : primo, l’explosion d’une baleine dans une rue de Tainan, qui le fait rencontrer le grand amour, secundo le crash de son avion en mer de Chine, qui le renvoie illico vers sa mère patrie et un mariage sans amour. Mais parfois, le destin n’a pas dit son dernier mot et voici qu’il apparaît de nouveau dans la vie de Sixten, quelques dix ans plus tard, sous la forme du jeune Simon, son fils présumé avec la femme de Taïwan. Un garçon de 8 ans hors du commun qui grimpe comme un chamois, dessine comme de Vinci, ne parle qu’une langue inconnue de tous…

 Rédemption fatale

Rédemption fatale de Emmanuel Varle (Presses Littéraires)

Un ancien terroriste gauchiste repenti se fait assassiner à Deuil-la-Barre, ville de la banlieue nord où il vit depuis sa sortie de prison. Quelques semaines plus tard, le curé de l’église Saint Pierre de Neuilly subit le même sort. Les deux homicides ont été perpétrés avec la même arme : un revolver Smith & Wesson modèle 10. Les victimes avaient participé à une émission de téléréalité ayant pour thème : la rédemption chez les criminels. Le groupe 4 de la Brigade Criminelle où officie toujours le lieutenant Enzo Verdier désormais sous les ordres du commandant Pecqueux va se lancer dans une nouvelle chasse au serial killer. Lors de leur enquête, les policiers se confronteront à des milieux aussi dissemblables que le clergé, la noblesse, l’ultra gauche radicale, les escorts boys, les zonards, les indicateurs, les squats, les numismates, le grand patronat, les brocanteurs, les cités de banlieue… Durant cette quête de la vérité, ils auront une obsession : interpeller le tueur avant qu’il ne fasse une autre victime.

Né à Paris en 1960, Emmanuel Varle est actuellement commandant dans la Police Nationale. Passionné par de nombreux domaines parmi lesquels la littérature, l’histoire, le monde animal, l’art, les faits divers, l’auteur travaille depuis une trentaine d’années dans la Police. Sa riche expérience professionnelle lui a donné l’occasion de rencontrer des individus venus d’horizons très divers souvent méconnus du grand public. Il entend au travers de ses romans faire partager aux lecteurs un vécu passionnant. Rédemption fatale est son second roman.

L’enfer de Church Street de Jake Hinkson (Gallmeister)

Attention, coup de cœur !

Gallmeister vient de lancer une nouvelle collection depuis le mois de mars 2015. Son nom est Neo Noir. Trois romans sont sortis en un mois : Pike de Benjamin Whitmer, Exécutions à Victory, de S. Craig Zahler et L’enfer de Church Street de Jake Hinkson. C’est par ce dernier que j’ai commencé et pour moi, c’est un pur joyau noir. Le narrateur du premier chapitre est un repris de justice. Puis la narration passe la main à Geoffrey Webb.

Un ancien repris de justice travaille dans une usine de plastique, quand le contremaitre le traite de connard fainéant. Le mot de trop. Une bagarre éclate et le contremaitre finit avec la tête en bouillie. Alors le meurtrier décide de fuir. Sauf que pour cela, il faut de l’argent. Il décide alors de braquer le premier venu, qui viendra chercher de l’essence à la station toute proche. Il récupérera alors une voiture et de l’argent. Sauf qu’il tombe sur Geoffrey Webb.

De loin, Geoffrey Webb a tous les traits d’une victime. Il déplace difficilement son quintal, et marche la tête baissée comme s’il attend des coups. Sauf que quand on le braque, il accepte de donner l’argent qu’il a à une condition : que son ravisseur écoute son histoire, comme une sorte de confession au Dieu Revolver.

Geoffrey Webb est né au fin fond de l’Amérique, dans une famille où le père alcoolique battait sa femme et ses gosses. Quand il décide de partir de la maison, à 16 ans, il erre jusqu’à arriver à Little Rock. Il se découvre alors un talent : celui de parler aux autres, de leur dire ce qu’ils veulent entendre et ainsi d’obtenir ce qu’il veut sans que les gens s’en rendent compte. Et le meilleur domaine où il peut exceller est la religion.

« Cela me frappa de plein fouet, comme une inspiration divine. La religion est le boulot le plus génial jamais inventé, parce que personne ne perd jamais d’argent en prétendant parler à l’homme invisible installé là-haut. Les gens croient déjà en lui. Ils acceptent déjà le fait qu’ils lui doivent de l’argent, et ils pensent même qu’ils brûleront en enfer s’ils ne le paient pas. Celui qui n’arrive par à faire de l’argent dans le business de la religion n’a vraiment rien compris. »

Il devient alors aumônier pour les jeunes gens de l’église baptiste. Ses talents d’orateur font que tout le monde l’apprécie et en particulier le responsable local de l’église. Quand il rencontre la fille du pasteur, xxxx, il en tombe amoureux. Et sa soif de pouvoir et de manipulation s’en trouve mise à mal. Mais le destin veut que l’histoire se complique, surtout quand Geoffrey rencontre le sheriff local.

Ce roman est génial, et je vais essayer de vous le faire lire !

C’est un premier roman et la maitrise montrée aussi bien dans le style que dans la narration est tout simplement époustouflante. Chaque phrase est d’une justesse incroyable, chaque dialogue sonne juste, et les événements s’enchainent tant et si bien que quand vous avez ouvert le roman, vous ne pouvez pas le lâcher. Car dès le deuxième chapitre et le début de la confession, le lecteur est positionné en confident, voire même en pasteur écoutant le monologue d’une âme égarée.

Je peux vous dire que quand on lit une telle confession, il est difficile de ne pas endosser sa panoplie de juge. Et c’est là que le livre devient génial. On commence par découvrir un homme redoutablement intelligent, qui se découvre un talent qui va lui permettre d’assouvir son envie et son besoin de pouvoir. Il est inutile de vous dire que ce personnage de Geoffrey Webb ne nous est pas sympathique. On se demande même où l’auteur veut nous emmener, va-t-on avoir le droit à un homme qui va devenir un pédophile, un obsédé sexuel, un truand ? Les possibilités sont infinies.

C’est aussi là que Jake Hinkson est fort. Vous vous posez des questions sur ce qui va arriver ? Vous imaginez tous les scenarii possibles. Et Jake Hinkson prend son lecteur à contre-pied. A chaque fois, on est surpris par la créativité développée par l’auteur. Et je peux vous dire que cela va advenir tout au long du roman, jusqu’à la dernière page ! Donc, revirement de situation, Geoffrey Webb tombe amoureux.

Cet événement m’a mis bigrement mal à l’aise. Tout d’abord, la fille du pasteur est grosse et d’une mocheté qui ferait se retourner les passants. Mais tout le monde la respecte puisqu’elle est la fille du pasteur. D’un point de vue psychologique, je me suis retrouvé à me poser plein de questions. J’hésite entre plusieurs hypothèses : est-il réellement amoureux ? ou joue-t-il un jeu pour grimper plus vite dans la hiérarchie de l’église ? Comme nous écoutons un témoignage, la vérité restera toujours floue. Nous sommes en fait la proie de ce qu’il veut bien nous raconter.

La narration de Geoffrey Webb reste floue, et nous, en tant que lecteur, oscillons entre dégout du bonhomme et sympathie pour cet amour. Mais rien n’est jamais aussi simple que l’on pourrait le croire … car c’est bien un des autres points forts de ce roman, Jake Hinkson s’amuse à nous asséner des rebondissements et nous prend à chaque fois à revers. Vers le milieu du roman, on se retrouve au milieu d’une bande de tarés et on est à nouveau surpris et remis en cause dans nos certitudes.

C’est donc le lecteur que Jake Hinkson s’en prend. Il nous montre que nos croyances sont basées sur des apriori comme les croyances religieuses. Il nous réécrit un remake des fables de Jean de la Fontaine, entre La mouche qui voulait se faire plus grosse que le bœuf et Le corbeau et le renard, sans oublier la blague de l’arroseur arrosé. Et c’est avec de grosses claques dans la figure qu’il nous l’assène,    avec un cynisme jouissif, avec un humour décalé et une charge contre les hypocrisies de toutes sortes.

En ce sens, j’ai retrouvé dans ce roman tout ce que j’aime dans les romans de Jim Thompson. Sans vouloir comparer Jake Hinkson au Maître du roman noir, les thèmes abordés en sont proches, le style en est proche sans pour autant faire une copie ou une parodie. A croire que Jake Hinkson est une réincarnation de Jim Thompson. Pour un premier roman, c’est très fort, imparable, intemporel aussi, et on ne peut qu’attendre encore mieux à l’avenir.

Coup de cœur !

Ne ratez pas les avis de Passion Polar, Actudunoir, encore du noir et l’interview du concierge masqué

Dari Valko épisodes 3 et 4

Cela fait deux ans que je suis Dari Valko, cet ancien légionnaire embringué dans des affaires pas possibles. Etant détective privé, il accepte surtout des travaux de garde du corps et cela se termine toujours avec des scènes de bagarre et un dénouement inattendu. Mais cela ne serait guère intéressant s’il n’y avait ce style si particulier qui interpelle le lecteur et cet humour omniprésent. En lisant les romans les uns à la suite des autres, je vois les progrès de cet auteur, et cela me remplit de joie.

 Tranquille le chat

Tranquille le chat !

Tu prends la mafia albanaise, un gang de sales gosses déchaînés, une chatte hystérique, un gros bonnet d’internet, quelques putes, un clan d’Algériens déjantés, un maître chanteur, et une voisine disparue, tu mets tout ça dans un bouquin, tu secoues bien fort ! Qu’est-ce que t’obtiens ? Ma dernière aventure, ma poule ! Et pour tout te dire, j’ai cru que c’était VRAIMENT ma dernière ! J’en ai pris plein la gueule pour pas un rond. Et tout ça pour que tu puisses te marrer à mes dépends !

Non mais j’te jure, c’est pas une vie, la vie qu’on vit !

Mon avis :

Même si Dari n’est pas affublé de son oncle, hospitalisé pour un calcul rénal, les embrouilles vont aller bon train dans ce roman. On sent une vraie évolution chez cet auteur. L’intrigue est beaucoup plus fouillée, et surtout, il y en a deux en parallèle ; C’est une nouveauté. Et puis, il y a cet humour omniprésent, avec au moins une blague par page, qui fait que l’on rit beaucoup.

Et puis, il y a ces remarques, portant sur la vie de tous les jours, ou sur ces salauds qui prostituent de force des jeunes filles, qui font que Dari Valko (Ben Orton ?) montre un coté humaniste qui me plait énormément. Ici, on aura droit à un jugement sur le rythme du travail qui pousse certaines personnes à des extrémités (comme tuer leur chef), ou bien des remarques sur la gestion des écoles puisque Dari est chargé de surveiller le fils d’un homme riche.

S’il n’est pas nécessaire d’avoir lu les autres romans pour apprécier celui-ci, (d’ailleurs, Dari rappelle en une phrase les éléments importants) Tranquille le chat ! fait suite à sa précédente affaire avec la disparition de sa voisine. Bref, ce roman est plus qu’un divertissement, c’est un très bon polar.

 La lune aux français

La lune aux Français !

Même si je sais que les races humaines n’existent pas, j’ai un petit doute concernant une hypothétique race de cons. Parce que dans ce bouquin, j’ai rencontré des spécimens qui auraient fait douter le père Darwin et sa théorie de l’évolution! Des néo-nazis, ma poule. Et du genre pas commode, avec dans leurs cartables tout l’attirail du parfait petit facho : ratonnades, propagande puante et idéaux du moyen âge bête. Heureusement que j’aie pu me détendre un peu en jouant à la dinette avec mon oncle, pour aider un ami restaurateur. Enfin « un ami », si on passe outre le fait qu’il ait oublié de me préciser que son boui-boui se faisait racketter depuis quelques mois!

Donc en plat du jour je te propose une brochette de blaireaux flambée au kérosène ou de la cervelle de moineaux aux pruneaux. Priyatnava appetita!

Mon avis :

On a du mal à imaginer Dari en serveur dans un restaurant russe. C’est pourtant ce qui lui arrive dans cet épisode, où il rend service à un ami qui est à l’hôpital. Mais alors, où est l’intrigue polar de ce livre ? C’est bien simple, Dari est chargé par Zoïa, sa commissaire de cœur d’infiltrer un groupuscule de nazillons, dont la principale activité est de se bagarrer lors de manifestations, voire d’assurer le service d’ordre de congrès du parti nazi.

Si on ajoute à cela le fait que Dari se retrouve amoureux de Ilhem, la jeune arabe rencontrée dans le précédent épisode, cela donne un Dari un peu débordé, jouant avec le feu, toujours à la limite. Et il faut dire qu’il a chaud tout au long de cet épisode survitaminé, dans lequel on prend un plaisir fou à suivre ses affaires.

Black out de Mark Elsberg (Piranha)

Vous connaissez probablement les films catastrophe, eh bien, ce livre se classerait aisément dans la catégorie des livres catastrophe. Imaginez qu’il n’y ait plus d’électricité … en voici un scenario, tout personnel :

Je me lève … en retard. Le réveil n’a pas sonné ! Vite, je me jette sous la douche mais l’eau est froide ! Je file à la cuisine pour me faire un petit café mais tout est éteint. Je suis obligé d’y aller à tâtons. Faute de petit déjeuner, je fonce à la gare pour prendre le RER … encore des retards ? non, le trafic est interrompu pour une cause indéterminée et il n’y a aucune information sur l’absence de trains. Imaginez que cela dure quelques minutes, quelques heures, quelques jours, quelques semaines.

Cette histoire commence en Italie. Sans prévenir, les feux rouges s’arrêtent. Piero Manzano, ingénieur en informatique et hacker pendant son temps libre, qui était en voiture, se retrouve pris dans un accident de la circulation. Ce qui aurait pu s’avérer un accident comme les autres est en fait le début d’une apocalypse. Car en Italie d’abord, puis en Suède, puis dans le reste de l’Europe, tout le réseau d’électricité va s’arrêter sans prévenir.

En effet, avec les compteurs électroniques, le réseau électrique est connecté au niveau européen à Internet. Ainsi, il est possible de savoir à distance la consommation d’un foyer, mais aussi d’appliquer une mesure d’urgence en cas de problème. Imaginez que ce code de sécurité soit piraté par des terroristes. Ils pourraient arrêter à distance un quartier, une ville, un pays tout entier, voire un continent.

Une fois qu’une ville entière ne demande plus d’électricité, les centrales électriques subissant une variation de la demande brutale appliquent automatiquement un arrêt d’urgence. C’est alors à l’échelle d’un pays que la catastrophe se dessine. Et comme le réseau est connecté au niveau européen, c’est à l’échelle du continent européen que se construit le scenario de ce roman.

Alors que les Américains nous auraient sortis un héros sauveur du monde (on imagine bien Bruce Willis dans le rôle titre), et d’ailleurs Jeffery Deaver nous avait concocté un scenario identique dans lignes de feu, Mrac Elsberg choisit dans son roman le coté informatif, journalistique, réaliste pour son intrigue. Et si Piero Manzano, affublé d’une journaliste de CNN, est bien le personnage principal, on nous fait voyager aux quatre coins de l’Europe pour montrer les conséquences d’une telle catastrophe.

Alors on va voyager en Italie, en Allemagne, dans les pays nordiques, en Allemagne, en Espagne, en France, pour montrer par le détail comment les événements vont s’enchainer comme des dominos bien rangés qu’un petit doigt vient faire tomber. De la coupure d’un quartier aux arrêts des centrales, des cellules d’urgence organisées dans les gouvernements aux réunions de crise des entreprises gérant la distribution électrique, de la famine aux morts des animaux (les vaches en particulier) qui sont les premiers à souffrir, de la pénurie en nourriture aux émeutes, tout cet ensemble est détaillé jour après jour avec beaucoup de réalisme.

Je dirais que ce roman se veut un roman à suspense, que le personnage principal va être balloté de droite et de gauche, qu’il va être soupçonné … mais l’intérêt n’est pas là. En effet, c’est bien dans ce scenario catastrophe, et dans son explication pédagogique que réside l’intérêt de ce roman. L’auteur nous montre les dangers de notre dépendance à l’électricité et le danger de ce réseau si fragile et si facile à pénétrer. C’est intéressant comme un document, passionnant comme un reportage et très instructif.

Ne ratez pas les avis de l’ami Yvan ou ceux des sites Raconte moi et La prophétie des ânes.