Black out de Mark Elsberg (Piranha)

Vous connaissez probablement les films catastrophe, eh bien, ce livre se classerait aisément dans la catégorie des livres catastrophe. Imaginez qu’il n’y ait plus d’électricité … en voici un scenario, tout personnel :

Je me lève … en retard. Le réveil n’a pas sonné ! Vite, je me jette sous la douche mais l’eau est froide ! Je file à la cuisine pour me faire un petit café mais tout est éteint. Je suis obligé d’y aller à tâtons. Faute de petit déjeuner, je fonce à la gare pour prendre le RER … encore des retards ? non, le trafic est interrompu pour une cause indéterminée et il n’y a aucune information sur l’absence de trains. Imaginez que cela dure quelques minutes, quelques heures, quelques jours, quelques semaines.

Cette histoire commence en Italie. Sans prévenir, les feux rouges s’arrêtent. Piero Manzano, ingénieur en informatique et hacker pendant son temps libre, qui était en voiture, se retrouve pris dans un accident de la circulation. Ce qui aurait pu s’avérer un accident comme les autres est en fait le début d’une apocalypse. Car en Italie d’abord, puis en Suède, puis dans le reste de l’Europe, tout le réseau d’électricité va s’arrêter sans prévenir.

En effet, avec les compteurs électroniques, le réseau électrique est connecté au niveau européen à Internet. Ainsi, il est possible de savoir à distance la consommation d’un foyer, mais aussi d’appliquer une mesure d’urgence en cas de problème. Imaginez que ce code de sécurité soit piraté par des terroristes. Ils pourraient arrêter à distance un quartier, une ville, un pays tout entier, voire un continent.

Une fois qu’une ville entière ne demande plus d’électricité, les centrales électriques subissant une variation de la demande brutale appliquent automatiquement un arrêt d’urgence. C’est alors à l’échelle d’un pays que la catastrophe se dessine. Et comme le réseau est connecté au niveau européen, c’est à l’échelle du continent européen que se construit le scenario de ce roman.

Alors que les Américains nous auraient sortis un héros sauveur du monde (on imagine bien Bruce Willis dans le rôle titre), et d’ailleurs Jeffery Deaver nous avait concocté un scenario identique dans lignes de feu, Mrac Elsberg choisit dans son roman le coté informatif, journalistique, réaliste pour son intrigue. Et si Piero Manzano, affublé d’une journaliste de CNN, est bien le personnage principal, on nous fait voyager aux quatre coins de l’Europe pour montrer les conséquences d’une telle catastrophe.

Alors on va voyager en Italie, en Allemagne, dans les pays nordiques, en Allemagne, en Espagne, en France, pour montrer par le détail comment les événements vont s’enchainer comme des dominos bien rangés qu’un petit doigt vient faire tomber. De la coupure d’un quartier aux arrêts des centrales, des cellules d’urgence organisées dans les gouvernements aux réunions de crise des entreprises gérant la distribution électrique, de la famine aux morts des animaux (les vaches en particulier) qui sont les premiers à souffrir, de la pénurie en nourriture aux émeutes, tout cet ensemble est détaillé jour après jour avec beaucoup de réalisme.

Je dirais que ce roman se veut un roman à suspense, que le personnage principal va être balloté de droite et de gauche, qu’il va être soupçonné … mais l’intérêt n’est pas là. En effet, c’est bien dans ce scenario catastrophe, et dans son explication pédagogique que réside l’intérêt de ce roman. L’auteur nous montre les dangers de notre dépendance à l’électricité et le danger de ce réseau si fragile et si facile à pénétrer. C’est intéressant comme un document, passionnant comme un reportage et très instructif.

Ne ratez pas les avis de l’ami Yvan ou ceux des sites Raconte moi et La prophétie des ânes.

Advertisements

13 réflexions sur “ Black out de Mark Elsberg (Piranha) ”

    1. Tu vas apprendre beaucoup de choses et c’est effrayant. J’ai, en plus, trouvé cela accessible mais comme je suis de formation technique, je suis mal placé pour juger. N’hésite pas à revenir pour nous dire ton avis. A bientôt

      J'aime

  1. A l’occasion d’une discussion entre amis, nous évoquions une guerre de ce type dans un futur proche. En rentrant à la maison, tout le quartier était plongé dans le noir. J’ai aussitôt sorti mon Magnum 357 puis …… Je me suis réveillé … Ouf !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s