Personne ne court plus vite qu’une balle de Michel Embareck (Archipel)

J’avais fait connaissance avec Victor Boudreaux lors d’un Avis d’obsèques franchement emballant. Alors, pourquoi ne pas remettre le couvert avec sa dernière enquête, ou devrais-je dire sa dernière aventure, car c’en est une.

Nous retrouvons donc Victor Boudreaux, détective privé franco-américain de son état, à la Nouvelle Orléans. Il se remet plutôt bien de son AVC et ne souffre pas trop de ses migraines. Pour s’occuper, il s’est reconverti en entraineur d’athlétisme, et en particulier dans le lancer du marteau. Il aimerait bien pousser quelques jeunes, mais le seul moyen pour lui est de participer à un concours international. Et pour cela, la seule rencontre d’athlétisme qui s’ouvre aux indépendants se situe en Ukraine. Et pour cela, il faut de l’argent.

Boudreaux, lors de sa carrière, a bourlingué, passant de soldat pour le compte des Américains au Vietnam à détective privé en France. Pour autant, il se moque comme une guigne d’un chanteur altermondialiste nommé Flaco Moreno. Ses prises de position publiques en faveur des écologistes ou contre le G8 l’indiffèrent au plus haut point ; le fait qu’il vienne de se suicider en plein enregistrement de son nouveau disque aussi. Par contre, quand les parents viennent le voir pour enquêter sur cette mort suspecte, Boudreaux voit là l’occasion de financer le voyage de ses protégés, puisque le père de Moreno, Mohed Khouri est un homme d’affaires très riche.

Outre que les affaires de Moreno ont disparu, Boudreaux s’aperçoit que le chanteur était un redoutable homme d’affaires. Il envisageait même de se lancer dans le commerce équitable de crevettes, en relation avec des gens au Vietnam. Car il y a plein d’argent à se faire avec le commerce équitable. Cela suffit à Boudreaux, affublé de son compagnon d’armes Earl Turnbinton, pour se jeter dans l’aventure, direction Saïgon.

Le premier mot qui me vient à l’esprit pour qualifier ce roman est indéniablement Roman d’Aventures. Car outre le fait que l’on voyage des Etats Unis au Vietnam pour finir en France, c’est bien à des rebondissements incessants dans une enquête qui commence doucement et qui devient vite agitée. D’ailleurs, si en introduction à ce roman, l’auteur le dédie à Bob Morane et Bill Ballantine, les héros créés par Henri Vernes, c’est bien parce qu’on y retrouve tous les ingrédients de cette série mémorable et inoubliable, des décors exotiques en passant par les dénonciations de certains travers.

D’ailleurs revenons sur ces travers … car ce roman ne serait pas un opus supplémentaire des aventures de Victor Boudreaux s’il n’y avait pas la patte de l’auteur. Michel Embareck est du genre à ne pas prendre de gants avec personne. Clairement, si vous n’avez jamais lu de roman de cet auteur, sachez que ça va vite, et ça flingue à tout va. Cette fois ci, la cible est tout ce qu’on nous fait passer pour de l’alter mondialisme et le commerce équitable, qui permet à certains de se faire un pognon monstre sur le dos des paysans, ouvriers, pêcheurs des pays en voie de développement, que cette mouvance est sensée aider.

Clairement, attendez vous à voir vos idéaux tomber en poussière. Boudreaux y met le feu, donnant au passage des exemples actuels qui rendent le message cohérent et qui vous force à vous poser des questions. Michel Embareck est du genre à remuer le seau de merde, jusqu’à ce que ça éclabousse tout le monde et, pour tout vous dire, j’aime ça ! Voilà un roman d’aventures, un roman d’action, qui va vous secouer. Et rassurez vous, c’est pour votre bien, ça va vous rendre moins naïf.

Ne ratez pas les avis de Velda, Claude et l’Oncle Paul

Advertisements

13 réflexions sur “ Personne ne court plus vite qu’une balle de Michel Embareck (Archipel) ”

  1. tin je veux, et je vais le lire ce bouquin, d’abord parce que j’ai jamais lu cet auteur, mais aussi parce que ce bonhomme que je côtoie sur FB est un type qui me plait beaucoup dont j’apprécie l’humour et la pertinence de ses réflexions ! mais la vache j’ai un tel retard dans mes lectures moi !!

    Aimé par 2 people

  2. Bonjour Pierre et merci…
    Un roman qui flingue à gauche, à droite et dans les coins, c’est le label de qualité de Michel Embarek qui ne prend pas de gants pour décocher ses coups. Un roman d’aventures jubilatoire et j’attends le prochain Victor Boudreaux….
    Amitiés

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s