Le principe de parcimonie de Mallock (Fleuve Noir)

Je ne sais plus qui m’a conseillé de lire les polars de Mallock, mais je peux vous dire que je le (la) maudis. Pourquoi ? Parce que j’ai eu la mauvaise idée de lire le cinquième tome des chroniques barbares et que j’ai trouvé ça génial. Et donc, je vais être obligé de lire les quatre précédentes. C’est malin ça ! Que celui qui se reconnait dans ces quelques lignes lève le doigt … que je lui coupe, tiens ! Comme ça, on restera dans le sujet de ce roman, Le principe de parcimonie, qui n’y va pas par le dos de la cuiller, comme on dit. Ceci dit, pour couper un doigt, une cuiller, ce n’est pas pratique !

Le rasoir d’Ockham ou rasoir d’Occam est un principe de raisonnement philosophique entrant dans les concepts de rationalisme et de nominalisme. Son nom vient du philosophe franciscain Guillaume d’Ockham (xive siècle), bien qu’il fût connu avant lui. On le trouve également appelé principe de simplicité, principe d’économie ou principe de parcimonie (en latin lex parsimoniae). Il peut se formuler comme suit :

Pluralitas non est ponenda sine necessitate

« Les multiples ne doivent pas être utilisés sans nécessité. »

C’est un automne de merde, je vous le dis. Il n’arrête pas de pleuvoir. Cette affaire débute au Louvre. On a volé la Joconde. Alors que tous les moyens les plus sophistiqués ont été mis en œuvre pour la protéger, l’incroyable, l’impossible est arrivé. Apparemment, ils étaient plusieurs, et personne n’arrive à imaginer comment ils sont entrés, comment ils sont sortis, ni comment ils s’y sont pris. Deux choses sont à noter : des traces de caoutchouc vraisemblablement laissés par des chaussures genre Rangers, et une victime sur place. En effet, le célèbre peintre Ivo avait le droit de rester la nuit dans la salle de La Joconde pour la peindre, dans le cadre d’une future exposition.

Le vol est revendiqué sur Internet par un certain Docteur Ockham. En ligne, il se permet même de montrer la destruction du célèbre tableau. Quelques jours plus tard, Mallock reçoit un bocal contenant des poussières de peinture. Une étiquette annonce : « confiture de Joconde ». Mallock et son équipe se demandent s’ils n’ont pas affaire avec quelqu’un qui veut revendre la Joconde tranquillement. Mais la suite va lui donner tort. Le docteur Ockham s’avère être un grand malade, s’attaquant par la suite à des personnalités dont il va tout d’abord couper les cheveux, puis amputer …

Ouah ! La vache ! Je comprends mieux pourquoi ceux qui lisent les polars de M.Mallock sont si emballés. Effectivement, on y trouve de quoi rassasier tout amateur de polars, tous genres confondus. On y trouve de l’action, du suspense, de la psychologie, de l’humour, du rythme, de l’amour, de la peur, de la démagogie, de la folie, de la créativité, de l’érudition … et je pourrais continuer longtemps comme cela tant j’y trouve des qualités. Et malgré tous ces ingrédients, on pourrait craindre que ce roman soit un mélange mal réalisé, avec un peu trop d’ingrédient de ceci, pas assez de cela. Que nenni ! Mallock remet au gout du jour la littérature policière populaire, dans ce qui ressemble, pour moi en tous cas, à un exemple du genre, sans jamais faire dans la facilité !

Rassurons les timides et les inquiets ! Cette enquête est la 5ème d’Amédée Mallock, le flic. Et malgré cela, on glisse dans le roman, on surfe avec les personnages comme si on les connaissait depuis 10 ans. Et j’oubliais de vous dire : Mallock l’auteur se met lui-même en scène dans le rôle principal, ce qui est un clin d’œil amusant (enfin, moi, ça m’amuse !). Tous les personnages ont leur caractère, leur vie, et c’est un vrai plaisir de les cotoyer.

D’ailleurs, ce roman est un pur plaisir de lecture, ce que j’appelle personnellement « Un livre de fou ». En fait, Mallock ne se donne aucune limite, ne se fixe aucune contrainte. Il créé un personnage de tueur cinglé, déploie toute son imagination et sa créativité pour faire plonger le lecteur dans l’horreur, en profite pour montrer et dénoncer la société des media, du paraitre et des fausses stars auto-adulées, et nous emmène un peu au hasard dans une première partie qui nous accroche. Puis, la deuxième partie est plus classique, si l’on peut dire avec un tel cinglé qui ne laisse aucune trace derrière lui, mais l’auteur rajoute à son intrigue une métaphore d’un Paris noyé sous une crue centennale, avec des images saisissantes. La troisième partie clot en beauté ce fantastique polar dans un rythme fou, et je peux juste vous dire que j’ai lu les 250 dernières pages en une journée, impossible que j’étais de m’arrêter.

Pour revenir sur celui ou celle qui m’a conseillé de lire Mallock, sache que j’ai déjà acheté les deux premières enquêtes et que la lecture de ce Principe de parcimonie m’a fait l’effet d’une vraie drogue : je ne demande qu’une chose, dorénavant : retrouver Mallock et son équipe.

Clouer l’ouest de Séverine Chevalier (Manufacture de livres)

Hasard des programmations, ce roman vient de se voir attribuer le Prix Calibre 47 2016.

Il est vrai que, quand on a lu Grossir le ciel de Franck Bouysse, on a forcément envie de lire d’autres livres de cette collection Territori, mariage entre la Manufacture de livres et les éditions Ecorce. Lire ce roman, c’est comme se laisser happer par des paysages, ce livre comporte des pages incroyables, inoubliables. Ce livre est porté par une plume poétique rare, un joyau pur, sans taches (de sang).

L’histoire se déroule sur le plateau des mille vaches. Karl est parti, probablement pour voir la mer. Il revient quelques années plus tard dans son village, ou plutôt devrais-je dire dans sa famille. Rien n’a changé : tout est resté comme avant. Il retrouve sa mère, ses frères, ses amis. Il retrouve surtout sa fille Angèle, cinq ans, qui ne parle pas. Comme si elle voulait taire des secrets. Mais tous en ont.

Karl a la maladie du jeu, il est revenu chercher de l’argent pour payer ses dettes. Karl sait à qui il va demander cela. Il revient dans un endroit où les gens n’ont pas bougé. Les habitants n’ont pas bougé, enracinés dans leur vie comme le sont les grands arbres de la forêt. Karl débarque dans un endroit de non-dit. Personne ne parle, tout le monde voit. A chaque visite, à chaque endroit visité, Karl se rappelle sa jeunesse, avant le drame, ses quatre cent coups avec Serge et Pierre …

Et puis, il y a ce vieux sanglier qui arpente la région, cette bête noire que personne n’a vu, que tout le monde a cru voir, que tout le monde chasse, que tout le monde souhaiterait tuer. Ce vieux sanglier n’est-il pas aussi une image de leur vie ? Un mirage vers un ailleurs ?

Dans ce roman, Séverine Chevalier se lâche. On ressent la passion qui a poussé l’auteure à écrire cette histoire. D’une construction pas forcément linéaire, avec des chapitres flashbacks qui évoquent le jeunesse de Karl, l’histoire (plus que l’intrigue) avance, au rythme du vent qui balaie les plaines. Tous les personnages se retrouvent coincés dans une région hostile, au milieu d’une nature qui observe et qui menace.

Tous les personnages n’ont pas d’avenir, aucun espoir. Tous pensaient que Karl était parti pour vivre une vie de lumières, Il est revenu comme avant, sans son morceau d’oreille que son pote lui a arraché. Il y règne une sorte de tension, comme quand on entre dans un clan et que tout le monde vous regarde. Sauf que tous scrutent la terre, celle qui ne leur donne plus rien et qui les retient.

Séverine Chevalier accumule les scènes dans des chapitres courts comme on regarde des images collées dans un album photo. Et chaque mot, chaque phrase veut dire quelque chose. L’auteure atteint avec ce roman la quintessence du minimalisme, atteignant des sommets de poésie, remplissant le lecteur d’images, de sons, d’odeurs tous plus justes et plus beaux les uns que les autres. Cela donne un roman à la fois original et beau, d’une beauté silencieuse et triste. Impressionnant.

Ne ratez pas les avis de Yan et de Velda

Dari Valko en BD !

Vous connaissez Dari Valko ?
Le héros de …
Eh bien, une campagne de financement participatif pour l’adaptation de ce personnage en bande dessinée est lancée. N’hésitez pas ! ça se passe ici : https://fr.ulule.com/dari-valko/
Vous pouvez aussi aller voir sur son site ici : http://darivalko.com/

Une jolie fille comme ça de Alfred Hayes (Gallimard)

Je dois ce livre et cette découverte à mon ami Petite Souris, qui a l’art de trouver des lectures pas comme les autres, de celles qui passent inaperçues. Ce roman, qui date de 1958, n’est pas à proprement parler un polar. Quoique …

L’auteur :

Né à Londres, à Whitechapel, Alfred Hayes arrive aux États-Unis avec ses parents à l’âge de 3 ans. Il fait ses études à New York au City College (depuis intégré dans l’Université de la Ville de New York). Il devient ensuite journaliste pour le New York Journal-American et le New York Daily Mirror, en même temps il commence à publier ses poésies, dès les années 30, dont Joe Hill, dont la version chantée a été rendue célèbre par Joan Baez.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, il est affecté dans les Special Services. En 1945 à Rome, il rencontre Roberto Rossellini pour qui il travaillera au scénario de Païsa. Il sera nominé aux Oscars en tant que coscénariste. Il reçoit une autre nomination pour Teresa (1951). C’est à cette époque qu’il commence à écrire son premier roman All Thy Conquests. Il adapte son propre roman The Girl on the Via Flaminia en pièce de théâtre, qui sera adaptée en film sous le titre Un acte d’amour.

Parmi les scenarii pour lesquels il est crédité, on note The Lusty Men (1952, réalisé par Nicholas Ray) and l’adaptation de la comédie musicale de Maxwell Anderson et Kurt Weill Lost in the Stars (1974). Il a aussi écrit de nombreux scenario pour des series américaines parmi lesquelles Alfred Hitchcock Presents, The Twilight Zone, Nero Wolfe et Mannix.

(Source Wikipedia français & Anglais traduit par mes soins)

Quatrième de couverture :

Alors qu’il s’échappe de la villa où une fête hollywoodienne bat son plein, un scénariste en vogue aperçoit une jeune femme se jeter dans l’océan en contrebas. L’ayant sauvée d’une noyade assurée, lui qui regarde avec dédain les artifices et la vanité de son milieu ne tardera pourtant pas à vendre son âme, ou plutôt sa liberté, faute de savoir résister à la tentation.

S’agit-il pour lui de jouer les héros? ou d’oublier l’ennui et le naufrage de son mariage en se laissant aller à une énième liaison? Et qui est-elle vraiment, cette jolie fille à la carrière d’actrice mal engagée et dont les fêlures, notamment amoureuses, prennent une tournure menaçante?

Toutes ces questions n’empêchent pas les deux êtres de plonger dans une relation venimeuse, qui réveille les démons de chacun.

Le lecteur ne connaîtra jamais le nom des deux protagonistes de ce court roman, mais la langue de Hayes, d’une précision clinique, redoutable, les fait exister d’emblée, dans tous leurs travers, leurs faiblesses, leurs contradictions. Animé d’un désespoir existentiel évident, Hayes livre un portrait féroce de nos ambitions et de nos illusions, au sein duquel il réussit à distiller une ironie salvatrice.

Mon avis :

On entre dans ce roman, comme on entre dans un brouillard. En fait, tout se passe dans le milieu du cinéma, dans le domaine des illusions. Et finalement, quand le narrateur voit une jeune femme sauter dans la mer, il la sauve. Ou peut-être se sauve-t-il lui-même ? Il est scénariste, en panne d’inspiration et tient peut-être là un sujet … mais il ne s’en rendra qu’à la fin, après le drame.

Le monde que le narrateur dépeint est fait de désolation, de désillusion, de faux-semblants, de faux sentiments. Ce sont des gens qui doivent faire des films, créer des illusions mais ils sont incapables de ressentir quoi que ce soit. Il se contente de l’observer, elle, elle qui est en plein désespoir de devenir actrice. Même quand ils vont sortir ensemble, il la regarde comme un enfant regarde un jouet. Elle se jette à corps perdu dans cette relation, comme un noyé voit une île déserte au loin.

C’est un roman sur l’être et le paraitre, sur la futilité du moment présent, sur les espoirs perdus. Et c’est écrit avec une plume d’une rare justesse, d’une subtilité cotonneuse. Cela se délecte comme on admire les pages de Scott Fitzgerald. Et on se demande bien pourquoi ce roman n’a pas été traduit, encensé, adulé plus tôt. Ceux qui le liront en feront un roman culte, et ils auront bien raison.