Le chouchou du mois d’avril 2016

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’au mois d’avril, il y en a eu pour tous les goûts. Que ce soit en grand format ou en format poche, les chroniques que j’ai publiées ont balayé un large panel de genres. Comme dit mon marchand de primeurs sur le marché, faites votre choix. Alors, sur mon étal de ce mois d’avril, vous avez :

Les Oldies : Collabo-song de Jean Mazarin (Zulma). Situé dans le Paris occupé, ce polar de 200 pages nous propose un formidable portrait d’une jeune femme insouciante ou du moins qui veut le rester … jusqu’au final fantastique.

Le roman d’humour cynique : Elvis Cadillac King from Charleroi de Nadine Monfils (Fleuve éditions). Nadine Monfils abandonne Mémé Cornemuse pour un sosie d’Elvis Presley et on n’y perd pas au change.

Le roman d’humour en dessous de la ceinture : Jazz Band de Grégoire Lacroix (Flamant noir). Voilà une sacrée découverte en même temps qu’une sacrée bonne affaire, puisque ce roman est proposé à un prix modique pour deux aventures. Ce roman vous garantit plusieurs éclats de rire par page, c’est vous dire !

Le roman de course poursuite : Les rapaces de Thierry Brun (Le passage). D’une histoire de rédemption et de regrets, ce roman est une histoire poignante de la part d’un auteur dont j’adore le style et que je vous engage à découvrir.

Le roman policier qui flirte avec le fantastique : Le livre des âmes de James Oswald (Bragelonne). Cette deuxième enquête (et deuxième roman de l’auteur) est surprenant par sa maitrise de l’intrigue. J’aurais juste aimé que les aspects « fantastique » soient mieux intégrés dans l’histoire.

Le roman policier basé sur des rebondissements : L’étrange Halloween de M.Leo d’Olivier Kourilsky (Glyphe). Une nouvelle fois, Olivier Kourilsky nous surprend à plusieurs égards. D’une part, tout est maitrisé et en particulier les rebondissements et l’équilibre narration / dialogues. D’autre part, le plaisir de lecture est immense grâce aux nombreux rebondissements.

Le roman policier nordiste du sud : Vendetta chez les Chtis de Elena Piacentini (Ravet Anceau). Le troisième roman d’Elena Piacentini est, à mon avis, celui qui est le plus réussi. On découvre tout le potentiel à venir de cette auteure, en terme de psychologie des personnages et maitrise de l’intrigue.

Le roman policier thriller politique : Chrysalide de Jean Marc Demetz (Abysses éditions). Dans le mélange des genres, ce roman en est un exemple type ; A partir d’une enquête policière, sorte de course poursuite après un tueur en série, le roman s’étoffe et débouche sur des sujets qui font froid dans le dos. Une grande réussite.

Le roman de détective moderne : La ville des brumes de Sara Gran (Editions du Masque). La deuxième enquête de Claire DeWitt nous détaille deux enquêtes en parallèle mais surtout nous montre un personnage à la fois dur et fragile, vivant d’expédients pour oublier son passé et son présent. Extraordinaire.

Le titre de chouchou du mois d’avril 2016 revient donc à Rural noir de Benoit Minville (Gallimard), parce qu’il s’adresse à tout un chacun, à tous ceux qui ont connu une bande de copains, à tous ceux qui sont restés jeunes dans leur tête, et qui regardent leur adolescence avec un petit sourire satisfait ou triste. Et comme c’est très bien fait, il est naturel que ce titre lui revienne.

Je vous donne rendez vous le mois prochain. En attendant, n’oubliez pas le principal, lisez !

Publicités

La ville des brumes de Sara Gran

Editeur : Editions du Masque

Traduction : Claire Breton

L’année dernière, nous avions fait la connaissance de Claire DeWitt, le nouveau personnage récurrent de Sara Gran, dans La ville des morts. La voici dans sa deuxième enquête, où nous allons en savoir plus sur cette jeune femme.

Il y a quelques années, Claire DeWitt a eu un amant, Paul Casablancas, avec qui elle a vécu quelques mois. Pour autant, cette période reste un excellent souvenir, au point que Claire pense à Paul comme étant l’amour de sa vie. Ils se sont séparés et Paul est parti vivre à San Francisco où il a épousé Lydia Nunes, une guitariste. Paul étant lui-même l’un des guitaristes les plus doués de sa génération, ils se sont mariés et Claire a repris sa vie …

Quand Claire reçoit un coup de téléphone, c’est pour apprendre que Paul a été assassiné. Il a reçu plusieurs balles chez lui, et plusieurs de ses guitares ont disparues. La police pense à un cambriolage qui a mal tourné et Claire décide d’aller à San Francisco pour se faire sa propre idée. Même si elle est d’accord avec l’hypothèse de la police, il est tout de même étrange que la porte d’entrée ait été fermée. Comme si le cambrioleur était entré, avait tué Paul et était parti en refermant derrière lui.

C’est une affaire bien compliquée qui commence pour Claire. Comme celle de son adolescence, quand Chloé, Tracy et elle avaient décidé de devenir détectives. Elles étaient inséparables et formaient ce qu’elles croyaient être les meilleures détectives du pays. Quand un jour, Tracy disparait dans le New York des années 80, elles sont parties à sa recherche et ont découvert un pan de la vraie vie …

J’avais tant aimé sa précédente enquête, parce que c’est un portrait de femme qui, à lui seul, mérite le détour. Allez, pour être honnête, on ne peut que tomber sous le charme de Claire DeWitt. Je suis amoureux de Claire DeWitt. Parce qu’il y a dans cette écriture une honnêteté, une véracité qui en font un personnage vivant. C’est aussi un personnage moderne, qui baise quand elle en a envie, qui vit vite, usant de tous les expédients qu’elle a à sa disposition pour accélérer son rythme de vie, éviter de dormir, oublier …

Dans cette enquête, on en découvre plus sur le passé de Claire DeWitt, à travers la recherche de son amie Tracy. Il y a dans ces passages, faits de chapitres insérés dans l’intrigue principale, des portraits d’adolescentes qui découvrent la vraie vie, celle des adultes. Elles passent d’un jeu, celui de détective, à la découverte d’un paysage fait de violence, de sexe et de drogues. Ce n’est jamais démonstratif, juste montré avec beaucoup de justesse en même temps que Sara Gran nous montre la perte d’innocence, d’espoir et d’illusions de ces jeunes filles.

Et puis, même si l’enquête n’avance pas vite, voire est accessoire, la résolution du meurtre de Paul nous donne droit à des beaux passages, si simples, sur la perception qu’a Claire De Witt de la vie. Usant et abusant de cocaïne, on découvre toujours d’autres facettes de ce personnage si complexe. On la croyait forte, sans limites, résolue, tenace. On la découvre fragile, à la recherche de soutiens, que ce soit Constance qui l’a formée au métier de détective, à Silette, ce grand détective qui a écrit le B-A-BA du détective. Mais aussi ceux qui l’entourent et qui la soutiennent, ses amies qui la récupèrent en morceaux ou bien Claude, son assistant qui lui sert de repère dans un monde perdu.

C’est un roman fondant, attachant, moderne, qui nous montre à la fois le mal-être mais aussi la réalité que l’on ne veut pas voir. A travers le personnage de Claire DeWitt qui veut vivre vite et espérer, on voit la vraie vie qui, elle, est sans espoir. Car comme disait Pierre Desproges : « La vie est dramatique, elle se termine toujours mal ». Si La ville des brumes enfonce le clou du précédent, il est, à mon avis, un cran au dessus par tous ces aspects qui rendent ce roman indispensable, comme une sorte de témoin de notre société actuelle.

Ne ratez pas l’avis de l’ami Racoon

L’étrange Halloween de M.Léo de Olivier Kourilsky

Editeur : Glyphe éditions

J’ai découvert Olivier Kourilsky lors de son précédent roman, Le 7ème péché. Il est donc inutile de vous dire que la première chose qui me vient à l’esprit pour parler de ce roman, c’est la maitrise de l’intrigue.

Léo Hernandez, dit le Mexicain, est planqué dans un hôtel avec une cargaison de drogue. Il se rend bien compte que, quand on complice José, s’absente avec une excuse bidon, Léo est aux abois. Quand il entend des bruits dans le couloir, il dilue la poudre blanche dans les toilettes juste avant que la police ne débarque. Quand Marchand, son patron, le convoque, c’est pour aller voir « Le Patron ».

Léo n’en mène pas large, et la Patron lui confie la mission de la dernière chance : Trouver 50 000 euros, montant de la cargaison perdue et aller chercher une autre livraison, en Angleterre cette fois ci. Pour l’argent, il va chez son complice José, car celui-ci a bien du mettre de l’argent au frais. Surpris par la femme de José, il est obligé de s’en débarrasser avant de récupérer de l’argent dans un trou caché derrière du lierre.

Avec des faux papiers, il embarque pour l’Angleterre, direction le château de Grwych au pays de Galles, un château connu pour ses fantômes ! C’est là bas qu’il doit remettre l’argent. C’est là-bas qu’il rencontre David et Agnès Timsit, un couple juif qui fait un pèlerinage dans ce lieu qui a accueilli des juifs pendant la seconde guerre mondiale. Le couple est accompagné de Pauline et de son petit ami Dylan. Sauf que Pauline est kleptomane et qu’elle va voler à Léo le carnet dans lequel il note tout !

On peut dire que ce roman est court mais il faut dire que cela va très vite. A coups de chapitres ne dépssant que rarement 6 à 7 pages, avec ses phrases où il n’y a que le strict minimum, avec cet équilibre parfait entre descriptions et dialogues, ce polar pur jus est un pur régal. On est vite emporté par le rythme, par les rebondissements et par les situations qui alternent entre humour et haute tension au fur et à mesure que l’on avance dans le livre.

Car Léo va bien relever le défi de réaliser cette mission de récupérer un paquet empli de drogue, mais il va être poursuivi par l’équipe du commandant Hubert Piron de la brigade des stupéfiants ainsi que par la bande de Marchand qui, une fois la mission remplie va vouloir se débarrasser de ce témoin gênant. Sans compter que le commissaire Maupas, ex-commissaire à la retraite, va faire son entrée vers le milieu du livre …

C’est un vrai plaisir de lire cette histoire maitrisée de bout en bout, d’autant plus les événements vont s’enchainer les uns après les autres, que beaucoup d’entre eux vont nous prendre par surprise, et que au bout du compte, on sort de ce livre heureux. Heureux d’avoir fait un bout de chemin avec ces personnages, heureux d’avoir lu une bonne histoire, heureux d’avoir passé un excellent moment sans autre prétention que de s’amuser. Une lecture plaisir, pur plaisir.

Ne ratez pas les avis de L‘oncle Paul et de Claude Le Nocher

Le livre des âmes de James Oswald

Editeur : Bragelonne

Collection : Thriller

Traduction : Jean Claude Mallé

Nous avions découvert James Oswald avec De mort naturelle. C’était un roman qui nous introduisait un nouveau personnage de flic, domicilié à Edimbourg, nommé Anthony McLean. L’intrigue du roman oscillait entre roman policier et roman fantastique. C’est encore le cas pour cette deuxième enquête.

Noel s’approche à grands pas, et le temps devient pluvieux et gris, à l’image de l’humeur de l’inspecteur Anthony McLean, qui est encore considéré comme un petit jeune, depuis sa promotion. Cette période festive rappelle de mauvais souvenirs à McLean puisque c’est à cette période que sa fiancée a été assassinée par un tueur en série, douze ans plus tôt. Heureusement, il a fort à faire en ce moment.

L’équipe de McLean est chargée de débusquer un gang de trafiquants de marijuana qui sévit en ce moment à Edimbourg. Un indic leur fournit une information, mais la perquisition est un fiasco. C’est une bonne occasion pour Duguid (surnommé Dugland et concurrent de McLean) de se foutre de sa gueule. Il y a aussi ces incendies étranges, qui se déclenchent dans des sites appelés à être rénovés, mais on ne comprend pas comment le feu démarre.

Quand on découvre le corps d’une jeune femme égorgée dans une rivière, tout le monde pense que le Tueur de Noel, celui qui a tué la fiancée de McLean est de retour. Sauf que Anderson, le tueur en question, vient d’être assassiné en prison. McLean se croit obligé d’assister aux funérailles, même s’il ne croit pas aux fantômes et autres morts-vivants. Mais s’agit-il vraiment d’un copieur ?

Je dois dire que si j’ai lu ce roman, c’est bien parce que j’ai senti des qualités dans le premier, et la curiosité a fait le reste. Je dois dire que pour un deuxième roman, c’est tout de même très maitrisé. Les chapitres se lisent les uns derrière les autres, et la simplicité du style alliée aux rebondissements et à l’intérêt que l’on porte au personnage principal, tout cela fait que le lecteur que je suis a avalé le roman en trois jours.

Il faut dire qu’on y ressent des améliorations dans la description des scènes, que le rythme est plutôt lent, avançant à la vitesse de l’enquête, et surtout, la démarche des enquêteurs est logique et du coup, ils n’apparaissent pas comme des super-héros qui devinent les mystères auxquels ils sont confrontés. On en apprend un peu plus aussi sur Tony McLean, sur son passé et on le sent plus sur de lui, surtout face à Dugland, et on a droit à des joutes verbales jouissives pour peu que l’on s’attache à ce personnage particulier.

Ce que j’apprécie aussi dans ce roman, c’est ce mélange des genres entre roman policier, thriller et fantastique. On a droit tout au long du livre à des questionnements, à des incertitudes : on se demande si Anderson n’est pas encore vivant, si on n’a pas à faire avec un livre maléfique, et que dire de ces incendies spontanés ?

Il est donc inutile de vous dire que j’attends encore plus du prochain roman. J’aimerais une intrigue aussi costaude, un style rapide et la poursuite de la découverte de Anthony McLean. Et si James Oswald me lit (on a le droit de rêver) j’aimerais que l’aspect fantastique soit plus fouillé, mis en avant, car cela rajouterait à mon avis une touche de mystère supplémentaire. Dans celui-ci, le fantastique est tout juste abordé et j’aurais aimé que cela soit plus fouillé, car cela aurait pu être une cause de frissons. En tout état de cause, je suis partant pour la troisième enquête.

Rural noir de Benoit Minville

Editeur : Gallimard

Collection : Série Noire

Si on jette un coup d’œil sur le Net, on ne trouvera que des éloges à propos de ce premier roman. Il faut dire que c’est bien fait, c’est passionnant, et surtout, ça parle … ce que je veux dire, c’est que ce roman fait appel à un brin de nostalgie qui, dans une époque troublée comme celle que nous connaissons, a quelque chose de rassurant. Sans vouloir être dans le message « C’était mieux avant », je dois dire que ce roman rappelle des souvenirs d’enfance et d’insouciance auprès de ceux qui ont eu entre quinze et vingt dans les années 80, et que forcément, cela excite une certaine fibre de l’amitié, de la loyauté, de la solidarité dans un monde anonyme. Et quand c’est bien fait, c’est passionnant. Dans ce roman, c’est TRES bien fait.

Ils étaient quatre, copains comme cochons. Quatre adolescents qui ont fait les 400 coups, ensemble, inséparables durant tous les étés. Il y avait Chris et Romain, les deux frères. A eux deux était venu se greffer Vlad. Julie était la fille du groupe. Ils jouaient dans la campagne, faisaient des conneries, et commençaient à avoir des discussions d’adultes. Mais c’est dur de devenir un adulte.

Cet été là, Cédric a débarqué, avec sa famille. Ils les craignaient dans le village, ils avaient des têtes de squatteurs, des têtes de vendeurs de drogue … et puis ils ne les connaissaient pas ! Cet été là, Cédric a débarqué et plus rien n’a été pareil.

Romain a quitté son village, il y a maintenant 10 ans. Il est de retour et beaucoup de choses ont évolué. Il a bourlingué dans tous les ports d’Europe et retrouve son frère Chris, qui après s’être engagé dans l’armée, a ouvert une boutique de poterie. Chris est avec Julie, qui est devenue infirmière, et attend un enfant. Vlad est toujours là aussi, et est devenu le caïd de la drogue du coin. Pour fêter les retrouvailles, ils décident de boire un coup au bar de Vlad et ils le découvrent battu à mort …

Benoit Minville va alterner entre le présent et le passé pour construire ses personnages et son intrigue, avec des scènes très marquées. Tout tient dans la psychologie des personnages, leur amitié qui malgré les années n’a pas changé et dans leur loyauté vis-à-vis du clan qu’ils ont formé. Même s’ils sont devenus adultes, un lien secret qui ne concerne qu’eux les relie, un lien indestructible qui passe les années. Certes, leur caractère s’est affirmé, ils s’engueulent ouvertement, Chris n’est plus le petit qui suit les grands mais il n’en reste pas moins que leur amitié reste entière.

Si le sujet va forcément toucher beaucoup de gens, si la construction est connue, ce premier roman se distingue des autres par cette maitrise dans la narration et le style d’une efficacité impressionnante. Il y a juste ce qu’il faut, là où il faut, sans vouloir forcément entrer dans des descriptions d’évolutions de la société, même si cela transparait forcément. Si les personnages sont au centre du roman, on y voit tout de même une campagne française qui résiste à l’évolution, on y entend les gens parler des « étrangers » (il faut comprendre ceux qui ne sont pas du village, et pas forcément des gens de nationalité différente). C’est très bien vu, très bien montré par petites touches subtiles.

A la lecture de ce roman, on a tendance à penser que c’était mieux avant, ou que la situation se dégrade, ou que le trafic de drogue est la plaie de notre société, la description qu’en fait Benoit Minville de nos campagnes ressemble beaucoup à du gagne-terrain, au sens où les autochtones  finissent par se retrancher derrière leurs clôtures pour bouter l’ennemi hors de … France. J’en connais des gens comme ça … je me suis retrouvé dans ce roman, j’ai retrouvé des gens que je connais dans ce roman, j’ai retrouvé des ambiances, des situations, des paysages, des musiques (et quelle bande son !). Comme pour beaucoup d’entre nous, c’est un roman qui me parle, et comme c’est un roman très bien écrit, très bien fait, c’est un roman que j’adore et que vous adorerez !

Rural noir est un coup de coeur chez les amis de Unwalkers et chez La Petite Souris

Eros, Héros, Sept de Grégoire Lacroix (Flamant noir)

Arrêtons de nous prendre au sérieux. Parfois, il faut juste prendre un livre pour rire. C’est le pari de ce roman, écrit par Grégoire Lacroix, réputé pour ses Euphorismes. Le personnage principal de ce roman se nomme Jazz Band, parce qu’il est guitariste de jazz, et est espion de la dernière chance. Quand le monde n’a plus de solution, il a jazz Band.

Quatrième de couverture :

Nous Autres les Surdoués sommes des guerriers redoutables lorsque les cibles sont clairement désignées. Et elles le sont :  les sectes et mafias de toute nature.

Cette lutte est ma seule raison de vivre, que dis-je, de survivre…

Mon arsenal :

 –  Mon étonnante super-efficience mentale.

 –  La précision diabolique de mes tirs.

 –  Mon imparable pouvoir de séduction.

Trois atouts sublimés par mon talent reconnu de guitariste.

Mon adjoint, Basile Duglandier, souffre un peu de l’ombre que je lui porte mais je le rassure en lui disant, en toute modestie, que « l’ombre d’un génie c’est encore du soleil ».

Nous formons donc, à nous deux, une équipe d’une stupéfiante efficacité comme le prouvent les deux incroyables enquêtes que je relate dans ce livre…

Mon avis :

Que l’on soit dans le domaine de l’humour ou pas, un roman bien écrit est toujours un plaisir pour le lecteur. Ce roman est franchement bien écrit et je dois dire que l’intrigue est aussi fort bien menée. Ce livre comporte deux aventures de notre nouvel espion national et je n’ai pour le moment lu que la première. Je ne dirai qu’une chose : pour 15 euros, les éditions du Flamant noir nous proposent un sacré rapport Qualité / Prix, car on s’amuse beaucoup à lire les (més) aventures de Jazz Band, dit Gibson Greg.

Ce héros se prend pour un surdoué, et c’est là le comique de la situation. Mais son génie tient plus dans ses bons mots, ses aphorismes et ses citations (et elles sont nombreuses) plus qu’à son instinct logique de résolution de problème. Jazz Band doit retrouver le docteur Dhozone (qui a donné son nom à la célèbre couche) avec quasiment aucun indice. Il y aura des femmes fatales, de l’action, des personnages délirants, des lieux insolites, et un personnage surdoué d’une connerie affligeante mais tellement drôle.

Alors, je dois dire que l’humour est toujours en dessous de la ceinture. Je dois dire que l’auteur s’amuse à tourner en ridicule son personnage, tout en restant sérieux. Je dois dire que certaines scènes sont « too much » … Et alors ? Le but, c’est de s’amuser et c’est tout. Quoique ! Car le dernier chapitre nous réserve un beau retournement de situation qui montre que Grégoire Lacroix nous a bien mené par le bout du nez. Bref, c’est une belle surprise que je ne peux que vous conseiller fortement !

Elvis Cadillac King from Charleroi de Nadine Monfils

Editeur : Fleuve Éditions – 2016

Le nouveau roman de Nadine Monfils laisse augurer du changement : Changement d’éditeur puisque l’on passe de Belfond à Fleuve Editions ; changement de personnage principal puisque l’on passe de Mémé Cornemuse à Elvis Cadillac. D’ailleurs, les aficionados de cette excellente auteure belge qu’est Nadine Monfils pourraient bien ne pas s’apercevoir que ce roman est sorti, puisqu’il est classé en Littérature Blanche. Idiotie de classements d’étiquettes à la con ! C’est mon cas, puisque je ne parcours que les rayons polar, et s’il n’y avait eu le billet de l’ami Claude, je n’aurais jamais trouvé ce roman. Et rassurez-vous, malgré tous ces changements, ce qui est immuable dans les romans de Nadine Monfils, c’est bien son humour politiquement incorrect.

Tout commence par un clochard qui trouve un journal dans la rue. Il se met à le lire et tombe sur un article faisant l’éloge d’un sosie d’Elvis Presley. Dans son interview (qui vaut son pesant de cacahuètes, je vous le dis !), il clame sa joie de vivre, sa philosophie, ses rapports à la musique et au King du Rock’n’Roll. Son nom : Elvis Cadillac. Il s’habille comme le King, sa maison est emplie d’objets rappelant le King (du papier peint au papier toilette) et même sa chienne Priscilla est affublée d’une banane rose du plus bel effet.

Elvis Cadillac vit de petits concerts dans des petites salles de banlieue, avec toujours le même sourire aux lèvres … quand, un matin, une femme sonne à sa porte. C’est sa mère Raymonde Pirette, qui l’a abandonné étant bébé qui fait son retour. Elle veut faire de son fils une vedette, et veut devenir son manager … car il y a plein d’argent à se faire. D’ailleurs, elle va s’installer chez son fiston et commencer à gérer sa carrière, en lui trouvant immédiatement un concert privé chez les Montibul van Piperzeel, une riche famille bourgeoise, pour fêter l’anniversaire de la vieille grand-mère.

Les habitués de Nadine Monfils ne vont pas être dépaysés : c’est toujours aussi drôle, c’est toujours aussi bien écrit, c’est toujours rempli de bons mots. Bref, c’est un roman plaisir, un roman pour se faire plaisir, pour faire plaisir, pour rire à gorges déployées parce que les événements qui vont se dérouler vont être plus drôles les uns que les autres.

Evidemment, on va alterner entre les affres D’Elvis et sa mère avec tous les membres de la famille Montibul et on ressent le plaisir qu’a eu Nadine Monfils à flinguer tous ces gens bien nés qui n’attendent qu’une chose : la mort de la vieille pour toucher l’héritage quitte à l’aider un peu.

On aura donc droit à un corps, deux en fait, à un personnage de flic un peu bizarre, à des quiproquos en pagaille et à une blague de l’auteure elle-même, sorte de devinette posée en début de roman et dont on n’aura la réponse qu’à la fin.

D’ailleurs, Nadine Monfils fait référence plusieurs fois au DicoDard, dictionnaire des bons mots et aphorismes du gigantesque Frédéric Dard et je me permets de lancer un appel : Avis aux amateurs pour créer un DicoMonfils, car, croyez-moi, il y a de quoi faire. Et par les temps qui courent, on a bien besoin de rigoler un bon coup !

Ne ratez pas l’avis de l’ami Claude