L’alignement des équinoxes de Sébastien Raizer

Editeur : Gallimard – Folio

J’ai un peu de mal à caractériser ce roman, car c’est un roman qui flirte avec le polar et l’anticipation, tout en penchant par moment vers la philosophie ou l’anticipation. Bref, cela sent le roman original inclassable.

Quatrième de couverture :

Un homme décapité et, à ses côtés, une jeune femme samouraï avec son sabre japonais : par la pureté de son geste, elle vient d’atteindre l’équinoxe de la mystérieuse loi de l’alignement.

Wolf, ancien commando déphasé, et Silver, boxeuse zen laotienne, les deux flics de la Criminelle chargés de l’enquête, sont déroutés par ce meurtre, et plus encore par la suspecte.

Tandis que des liens invisibles et dangereux se tissent entre Wolf et la fille samouraï, des cadavres au front gravé d’une étoile sont retrouvés dans Paris. Silver et Wolf sont alors entraînés dans un univers mutant et, pour essayer de s’en sortir, ils vont devoir redéfinir ce qu’ils tenaient jusque-là pour réel. Pendant ce temps, dans l’ombre, la Vipère poursuit son œuvre démiurgique, en attendant son propre équinoxe…

Mon avis :

Voilà le genre de roman qui vaut le détour, pour peu que l’on soit curieux. Car la quatrième de couverture est opaque, et les premiers chapitres un peu du même genre, même si on a l’impression de lire des descriptions de personnages déjà rencontrés. Puis, arrive le meurtre, un homme décapité à la perfection, par une jeune femme découverte sur les lieux du crime, et nos deux flics vont nager ou du moins se débattre dans un monde mystico-philosophique dont les sources sont à chercher du coté du Japon.

En effet, la tueuse Karen Thilliez leur donne à demi-mot le fait que son meurtre était nécessaire pour se rapprocher de l’alignement des équinoxes, état de sublimation de l’être. Dit comme ça, cela ressemble plus à un roman de science fiction qu’à un polar, et pourtant on y trouve des scènes hallucinantes aux cotés de connotations philosophiques qui m’ont laissé froid.

Cela donne une lecture en dents de scie, atteignant parfois le génie d’un Maurice Dantec (dans les Racines du mal) et nous larguant parfois sur le bord de la route dans des décors ou des considérations métaphysiques. Cela donne aussi une impression d’alterner entre rêve et réalité, à tel point que, par moments, on ne sait plus où on est … et pourtant on continue à lire à il y a comme une sensation d’hypnotisme dans le style de Sébastien Raizer.

Et vous savez quoi ? Sébastien Raizer vient de sortir la suite, qui vient d’être publiée chez Gallimard – Série Noire, et je crois bien que je vais la lire quand même. Dites, je suis fou, non ? C’est grave, docteur ?

Publicités

9 réflexions sur “ L’alignement des équinoxes de Sébastien Raizer ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s