Les lucioles de Jan Thirion

Editeur : Editions Lajouanie

Ce billet, s’il présente mon avis sur cet excellent polar, se veut aussi un hommage à Jan Thirion, qui a eu la mauvaise idée de nous abandonner le 2 mars 2016, alors que j’aurais tellement aimé parler avec lui de son roman, de ce sujet et de son choix dans la narration. Car Jan Thirion a décidé de faire parler un jeune garçon de 13 ans. Et il est bien difficile d’arriver à une simplicité de vocabulaire, une naïveté telle que l’on croit au personnage. C’est une franche réussite du début à la fin.

Il y fait bon vivre, à Lanormale-Les-Ponts. Tyrone Bradoux est un jeune garçon de 13 ans. Mais depuis qu’il a 7 ans, il a arrêté de grandir. Il a aussi arrêté de parler ou d’entendre. En effet, ce jour là, sa maman s’en est allée très loin. Ils ont eu beaucoup de peine, son père et lui. Et il a arrêté de parler et d’entendre. Son père l’a bien emmené voir tous les spécialistes mais chacun s’accorde à dire qu’il n’y a aucune raison pour que Tyrone ne parle ni n’entende pas. Tyrone est bien seul, alors il se console avec son chien Biscoto. Son père s’est remarié avec Chloé qui l’aime bien. Même ses deux enfants, Edgar et Saskia, sont gentils avec lui. Tyrone y a donc gagné un frère et une sœur.

Un nouveau parti politique, Les lucioles fait son apparition. Son emblème est le noir avec des points blancs. Il organise des fêtes et les gens des lucioles sont très gentils, offrant des bonbons et des ballons aux enfants. Puis, Les Lucioles se présentent aux élections, gagnent le pouvoir au niveau national … et Tyrone observe et nous décrit comment la société commence à changer.

La difficulté dans ce genre de narration, c’est-à-dire faire parler un enfant, est d’accrocher le lecteur dès le début du roman, et de savoir revenir à une logique simple et enfantine. Un enfant ne juge pas, il observe et interprète ce qu’il voit, entend ou vit, en fonction de quelques règles dont la principale est probablement de faire une confiance aveugle à ses parents. Et comme il sait que ses parents ne lui disent pas tout, il interprète aussi leurs réactions, leurs mimiques.

De ce point de vue là, ce roman est une franche réussite, car dès le départ, on entre dans le monde silencieux de Tyrone, et on le suit avec plaisir et avec sympathie. Et si le début peut prêter à sourire, la suite nous fait vite grincer des dents avant que nous basculions dans l’horreur, petit à petit mais inéluctablement. Et le fait que Tyrone nous décrive ce qui lui arrive avec tant de détachement, en ne restant finalement qu’un témoin de la folie des grands, est d’autant plus marquant pour nous qui assistons impuissants à ce qu’il faut bien appeler une véritable descente aux enfers.

Ce qui fait froid dans le dos, c’est cette logique dans ce qui est décrit, ce glissement vers un bouleversement de société qui vise à contrôler ses citoyens jusqu’à justifier que, pour leur bien, il faut leur dire quoi faire et supprimer leur liberté de faire, de dire, de penser. Et rien que pour ce message là, ce roman s’avère indispensable, un passage obligé pour toute personne sensée qui est abreuvée d’informations et qui ne comprend plus ce qui se passe. D’ailleurs, cela va même plus loin : A travers le regard de Tyrone, on se rend compte que nous, adultes, ne sommes même plus capables de voir les évidences que Tyrone nous montre. Et c’est écrit avec une telle simplicité, une telle évidence que cela parait évident.

A une époque où on préfère utiliser le 49-3 plutôt que le referendum, à une époque on porte aux nues des jeunes gens érigés au rang de star fiers d’étaler leur inculture dans tous les domaines, à une époque où on prône le « c’est pour votre bien » ou le « vous en avez rêvé, Machin l’a fait pour vous », ce roman est comme un joyau qui va vous ramener au stade de l’être humain : il va vous faire réfléchir. En tous cas, c’est une lecture importante, obligatoire avant les échéances électorales qui approchent. M.Jan Thirion, vous avez créé un livre important et je souhaite qu’il ne finisse jamais dans un autodafé comme vous le racontez si bien, mais que plein de gens l’achète et le lise.

Sur la quatrième de couverture, il est annoncé de 10 à 110 ans. Je pense plutôt qu’on peut le lire à partir de 15 ans. Pardon, que tout le monde doit le lire à partir de 15 ans.

Publicités

17 réflexions sur “ Les lucioles de Jan Thirion ”

  1. Bonsoir Pierre
    Je suis tout à fait d’accord avec toi, d’ailleurs nous nous rejoignons dans l’analyse de ce roman qui destiné aux adolescents devrait être conseillé aux adultes, puisque, après tout, ce sont eux qui votent…
    Mais les romans pour enfants ou adolescents ne sont jamais innocents et c’est bien pour cela qu’à partir de 1947 jusqu’à pas si longtemps, ils étaient soumis à la censure.
    Amicalement

    J'aime

      1. Bonjour Pierre
        En réalité il s’agit de 1949. Mais peut-être as-tu déjà vu cette petite phrase placée dans des magazines comme Mickey, Spirou, Tintin et toutes les publications destinées aux enfants :
        Loi N° 49.956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse.
        Tu trouveras dans les articles suivants tout ce qui concerne cette loi :

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Commission_de_surveillance_et_de_contr%C3%B4le_des_publications_destin%C3%A9es_%C3%A0_l'enfance_et_%C3%A0_l'adolescence

        http://www.actuabd.com/La-Loi-du-16-juillet-1949-a-60-ans

        Dans mon articles sur les Lucioles de Jan Thirion
        http://leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/2016/04/jan-thirion-les-lucioles.html

        Je mets en avant les pratiques de certaines municipalités FN en région Paca concernant des ouvrages jugés subversifs détenus par les bibliothèques.
        Bonne journée
        Paul

        J'aime

      2. Bonjour Pierre
        En réalité il s’agit de 1949, et tu peux retrouver cette petite phrase sur tes anciens Mickey, Spirou, Tintin et autres cette petite phrase :
        Loi n° 49.956 sur les publications destinées à la jeunesse.
        Voici quelques liens qui t’en apprendront davantage :

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Commission_de_surveillance_et_de_contr%C3%B4le_des_publications_destin%C3%A9es_%C3%A0_l'enfance_et_%C3%A0_l'adolescence

        http://www.actuabd.com/La-Loi-du-16-juillet-1949-a-60-ans

        Dans mon article sur Les Lucioles de Jan Thirion :
        http://leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/2016/04/jan-thirion-les-lucioles.html

        Je mets en avant les pratiques de certaines municipalités FN en région Paca concernant des livres jugés subversifs détenus par les bibliothèques.
        Et voilà. Bonne journée
        Paul

        J'aime

      3. Bonjour Pierre
        EN réalité il s’agit de 1949. Tu as peut-être déjà vu sur tes anciens magazines, Mickey, Spirou, Tintin et les autres cette petite phrase ; Loi n°49.956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse.
        Pour en savoir plus tu peux te rendre sur les liens suivants :

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Commission_de_surveillance_et_de_contr%C3%B4le_des_publications_destin%C3%A9es_%C3%A0_l'enfance_et_%C3%A0_l'adolescence

        http://www.actuabd.com/La-Loi-du-16-juillet-1949-a-60-ans

        Quant à ma chronique sur Les Lucioles de Jan Thirion
        http://leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/2016/04/jan-thirion-les-lucioles.html
        je mettais l’accent sur les pratiques de certaines municipalités FN en région PACA concernant les ouvrages jugés subversifs détenus par les bibliothèques municipales.
        Amitiés

        J'aime

  2. Mon ami,
    Tu nous livres ici une superbe chronique qui devrait déclencher chez ceux qui la lisent un sentiment d’urgence à lire ces Lucioles. Amitiés.

    J'aime

  3. Salut Pierre
    Pour sourire autour de l’actualité, il vaut mieux abattre quelques arbres pour publier cet excellentissime roman de Jan Thirion, plutôt que de déraciner trente arbres pour 2 heures de concert de Johnny Halliday à Fréjus, avec la bénédiction des autorités locales. Une « fête obligatoire », comme dans ce roman ?
    Amitiés.

    J'aime

    1. Salut Claude, Je ne connaissais pas l’anecdote car je n’ai pas le temps de m’intéresser aux infos, avec les grèves et autres … Que dire ? Mon Dieu, pardonnez leur car ils ne savent pas ce qu’ils font ! Amitiés

      J'aime

  4. Allez hop, je prends note 🙂 😉 Aïe…. aïe…..
    Un livre qui a dû faire mal tout de même dans ce langage simplifié et profond. M’en vais à la pêche aux informations concernant l’auteur. Merci Pierre.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s