American Requiem de Jean-Christophe Buchot

Editeur : Editions La Renverse

Illustrations : Hélène Balcer et Yann Voracek

C’est un tout petit roman, mais quand on le tient en main, on sent que ce que l’on va lire va être grand. Ce n’est pas un polar, ce n’est pas un essai, mais plutôt une confession. Imaginez que JFK nous parle du royaume des morts …

Quatrième de couverture :

« Aujourd’hui ça commence. Aujourd’hui je suis mort. »

Depuis l’autre côté, la voix de JFK nous parvient par éclats, esquilles, fragments de souvenirs se réunissant telles les pièces d’un puzzle onirique et pourtant parfaitement documenté.

Il a fallu sept ans à Jean-Christophe Buchot pour écrire ce roman noir qui tient tout autant de la poésie que de l’essai.

« Coincé à l’arrière de ma Lincoln Continental, je rêve d’un avion qui m’emporterait au-delà de la vérité », nous confie le président assassiné… Et si les faits, seuls, ne suffisaient pas à faire émerger la vérité ? S’il fallait les soumettre à l’épreuve de la littérature pour qu’éclate enfin toute la lumière ?

Mon avis :

Le premier plaisir démarre quand on tient le livre entre les mains. Avec sa couverture cartonnée toute noire et cette écriture comme un tag sur un mur, ou une épitaphe sur une tombe, la découpe du roman non rectangulaire (de travers) nous prépare à un voyage pas comme les autres. Puis, on découvre, juste après le titre, une illustration, une sorte de peinture d’un homme qui regarde une famille devant une tombe. C’est juste magnifique !

Agrémentée de peintures qui intègrent des photos et de nombreuses citations issues de poètes du 19ème et 20ème siècle, ce court roman prend le parti d’imaginer ce que dirait John Fitzgerald Kennedy d’entre les morts. JFK passe en revue sa famille qui, en quatre générations, est arrivée au sommet de l’état, presque au sommet du monde. JFK parle de son frère ainé, qui était destiné aux plus hautes fonctions et qui est mort en héros pendant la deuxième guerre mondiale. JFK parle de son complexe vis-à-vis de lui, du drame de se voir dénigré par son père, de ses regrets à propos de son amour de jeunesse, des morts qui ont parsemé son parcours, de ses erreurs avant, pendant et après son règne. JFK parle aussi de sa vision du monde, de ses rêves, de sa mort voulue, pressentie, pour se poser en tant que martyr de la guerre.

Plein de bons sentiments, accusant les lobbys de la guerre, ce roman s’avère par moments un peu naïf, simple par rapport à la situation géopolitique de l’époque. Et il est surtout le portrait d’un homme avec ses rêves, ses envies, ses cicatrices, ses regrets, et ses messages qui sont autant de phrases à garder en mémoire. Finalement, c’est un roman poignant, attachant, plein d’espoir, que tous les fans de la famille Kennedy et tous les autres doivent lire pour le portrait d’un homme seul qui a tous les pouvoirs en main, tant d’actions à réaliser et si peu de temps pour le faire.

Ce roman étant édité par une petite maison d’édition, Les éditions La Renverse, il vaut mieux le commander directement chez eux. C’est ici .

Publicités

6 réflexions sur “ American Requiem de Jean-Christophe Buchot ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s