Le chouchou du mois de février 2017

En ce mois de février, j’ai inauguré une nouvelle rubrique : Espace BD. J’ai en effet eu l’occasion de lire deux adaptations des romans de HG.Wells, scénarisées par Dobbs. Si j’ai apprécié l’unité des dessins alors que ce sont deux dessinateurs différents qui ont signé les 2 volumes, le format BD m’a paru court pour La machine à explorer le temps, alors que La guerre des mondes m’a vraiment plu, du moins le premier tome sorti. C’est Glénat qui édite ces Bandes Dessinées.

J’ai continué aussi de lire des novellas, en regardant du coté de La Manufacture de livres. Vagabond de Franck Bouysse (Manufacture de livres) est stylistiquement parfait, et Albuquerque de Dominique Forma (Manufacture de livres) est de facture plus classique et on prend beaucoup de plaisir à arpenter la Route 66.

Trois de mes auteurs favoris sont passés à l’autopsie ce mois : Brutale de Jacques-Olivier Bosco (Robert Laffont-La Bête noire) est un pur roman d’action comme sait les faire. La voix secrète Michaël Mention (10/18) est peut-être une réédition, mais j’ai eu l’impression de lire un autre livre, plus complet, plus prenant, plus réussi. Enfin, avec Dans l’ombre d’Arnaldur Indridason (Métaillé), on est plongé en pleine deuxième guerre mondiale pendant l’occupation de l’Islande par les Britanniques puis les Américains. C’est une nouvelle réussite, très éloignée des enquêtes d’Erlendur.

Ce qui marquera ce mois de février, ce sera l’originalité de traitement dans les intrigues. Avec Le vrai du faux et même pire de Martine Nougué (Editions du Caïman), cette auteure confirme son talent de peindre des ambiances en s’intéressant aux gens, qui font avancer l’intrigue. American requiem de Jean Christophe Buchot (Editions La Renverse) est un livre attachant qui part du principe que JFK nous parle de lui et c’est passionnant. Derrière les portes de BA.Paris (Hugo & Cie) est un thriller qui peut paraitre simple mais c’est cette simplicité qui fait mouche, qui sonne vrai. Duel de faussaires de Bradford Morrow (Seuil) nous plonge dans l’univers des faussaires, et délivre un beau message d’amour des livres.  Irezumi de Akimitsu Takagi (Denoel) enfin, est un pur roman policier qui date de 1948 et qui nous dévoile le Japon, ses traditions, sa philosophie et tout le mystère qui entoure les tatouages, véritables œuvres d’art.

Pour le titre de chouchou du mois, j’aurais pu choisir un auteur que j’adore. J’ai préféré mettre en avant un jeune auteur qui écrit des romans policiers en abordant des thèmes importants, tout en gardant une originalité dans le traitement. Gymnopédie pour une disparue d’Ahmed Tiab (Editions de l’Aube) nous parle des racines, et de leur importance dans la vie que nous nous construisons. C’est aussi pour cette thématique et sa subtilité de traitement qu’il fait un beau chouchou du mois, estampillé Black Novel.

J’espère que vous trouverez votre bonheur de lecture parmi ces avis. Je vous donne rendez vous le mois prochain pour un nouveau chouchou. En attendant, n’oubliez pas le principal : lisez !

 

Advertisements

10 réflexions sur “ Le chouchou du mois de février 2017 ”

  1. Bonne fin de week-end Pierre,
    La manufacture des livres, une maison d’édition pas ordinaire, d’après mes recherches. Je viens de passer sur les titres : documents, et je dois dire que c’est tentant. Pour l’élection de ton chouchou, que dire ? Pas grand chose, dans ce domaine spécialisé de l’auteur, du monde qu’il aborde, je n’y connais pas grand chose. Comme je ne l’ai pas lu, c’est pareil. Pour celui du mois dernier, j’ai lu ton choucou et j’ai été vraiment ravie après avoir raté l’envoi de mon lonnnng commentaire.
    Je viens d’acheter le dernier Bernard Minier et m’en vais le commencer. Et là j’ai terminé Yeruldelgger qui a mis du temps à démarrer. Un livre avec énormément de qualités d’écritures. Une enquête, mais surtout une belle plongée dans les traditions mongoles avec tellement de respect dans les différences.
    Amicalement.
    Geneviève – brindille 🙂
    ps : Je vais approfondir les autres livres. J’ai eu une grosse panne pc toute la semaine que j’ai fini par résoudre toute seule. Oui oui, je peux le faire 🙂

    J'aime

      1. Merci Pierre 🙂
        Je viens de mettre une chronique sur mon blog. Tout cela c’est Gé de Collectifpolar qui m’entraîne à sa suite. Elle est adorable et puis gère bien son blog. 🙂 J’ai parlé de toi chez elle, sur la chronique que j’avais d’abord mise chez elle, et puis chez moi maintenant pour le même livre.
        Je viens de terminer Yeruldelgger. C’est un livre pas du tout comme les autres. Une enquête au second plan, et beaucoup de références aux anciennes traditions mongoles qui sont hélas happées par le monde moderne et par les chinois qui veulent absolument sédentarisé ces nomades qui sont heureux, même pauvres. Les jeunes hélas comme partout ailleurs croient que dans la ville c’est mieux. Oh ! que non ! C’est galère. Le livre correspond en tout point à ce que j’ai vu concernant ce qui se passe en Mongolie par les divers documentaires. Oulan Bator avec ses bidonvilles de yourtes quelle misère. Je pense que l’auteur dans ce livre dénonce ce système. Il me fait beaucoup penser au film que j’ai vu et qui se passait aussi en Mongolie, Urga, par le réalisateur de Soleil Trompeur et le Barbier de Sibérie. Je les ai vus tous les trois. 🙂 Merci pour la manufacture de livres et pour la confirmation de cette maison d’édition. Biz.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s