Karst de David Humbert

Editeur : Liana Levi

Premier roman, premier coup de maître !

De nombreux auteurs de polars aimeraient avoir un sujet en or comme celui-là, une facilité à créer un personnage tel que Paul Kubler et un talent pour déployer une intrigue en béton. Après la lecture de ce roman, je persuadé d’avoir découvert un futur grand auteur de polars. Avis aux amateurs !

Paul Kubler est un lieutenant de la police qui vient d’être muté de Paris à Rouen, sa ville natale, suite à une sanction. Il est du genre pressé, voulant toujours être occupé à faire quelque chose. C’est pour cela qu’il travaille beaucoup, énormément, quasiment 7 jours sur 7. Ce matin-là, une grande réunion a lieu avec la Brigade Anti-Criminalité pour préparer la surveillance de la manifestation qui va intervenir dans la journée. Le but est évidemment d’éviter tout débordement.

Les ouvriers d’EuroGaz débarquent pour protester contre les licenciements massifs qui ont été annoncés. Kubler s’ennuie et va boire un café dans un bar, quand il remarque une Porsche Cayenne garée dans une impasse. La manifestation se passe calmement, signe que les ouvriers attendent le ministre qui doit venir dans quelques jours. Kluber rentre chez lui prendre une douche, mais ne peut se rincer car l’eau est d’une couleur rose.

Quelques jours plus tard, c’est le jeudi de l’Ascension et Kubler va manger chez ses parents, qui habitent dans le coin. Son frère n’est pas là, et Kubler a toujours fait montre d’indépendance, ce qui est mal vu dans la famille. Quand sa mère veut laver sa salade, l’eau du robinet coule verte. Comme Kubler a le don de mettre son nez là où il ne faut pas, le voilà chargé d’enquêter sur ceux qui polluent l’eau de l’agglomération de Rouen. Et il n’est pas au bout de ses peines.

Voilà exactement pourquoi j’aime lire les premiers romans : les auteurs prennent un sujet qui leur tient à cœur, se lancent dans l’aventure, et nous concoctent des intrigues en respectant les codes du genre, et en prenant des libertés que beaucoup de cadors n’osent plus faire. Je vous le dis tout de suite, et sans ambages : ce roman est génial, inlâchable dès qu’on l’a commencé car tout y est simple et passionnant.

C’est le cas ici. David Humbert choisit un personnage de flic simple, et pour qu’il soit omniprésent dans l’histoire, en fait un jeune homme qui se fait chier … alors quoi de mieux que de travailler. Comme c’est écrit à la première personne, on entre tout de suite dans la psychologie du personnage, mais l’auteur a le don de ne pas trop en faire, de donner les informations juste quand il le faut. Et pour un premier roman, c’est carrément un coup de force, à tel point que j’en ai été impressionné par moments.

Les chapitres sont rythmés par les jours qui passent. Donc chaque chapitre narre une journée de Paul Kubler. Si le procédé n’est pas nouveau, il donne un ton de véracité et un certain rythme au livre. Cela participe aussi au plaisir de suivre Kubler car on vit réellement à ses cotés. Encore une fois, c’est simple, mais ça fait du bien et surtout c’est extrêmement plaisant de suivre un flic au jour le jour.

Enfin, David Humbert va nous expliquer tout ce qui concerne l’eau, les nappes phréatiques, les bétoires, les karsts, le traitement et la distribution de l’eau. Ayant pris comme personnage principal quelqu’un qui n’y connait rien, les scientifiques qu’interroge Kubler vont être très explicites et didactiques. Certains passages valent leur pesant d’or et devraient être utilisés dans les écoles ou dans certains reportages. J’ai appris plein de choses, parce que c’est très bien fait, passionnant.

Je ne peux que vous conseiller ce premier roman qui m’a carrément bluffé par toutes ses qualités, de la narration à la psychologie, du sujet à sa pédagogie. Tous ces points en font un roman attachant à ne pas rater, et j’espère lire bientôt les futurs romans de ce jeune auteur qui nous laisse entrevoir tant de promesses pour l’avenir.

Ne ratez pas l’excellent billet sur le site Appuyezsurlatouchelecture, ainsi que celui de l’ami Bob Polar

Publicités

5 réflexions sur “ Karst de David Humbert ”

  1. Tu en parles avec un tel enthousiasme qu’on j’ai envie de me jeter dessus 😉
    Mais tu as raison, c’est toujours intéressant un romancier qui ose traiter des sujets différents.

    J'aime

      1. Salut David, merci beaucoup d’être passé. Ton roman est l’illustration même du pourquoi j’aime les premiers romans. Il y a de la passion, une originalité et un courage qui rendent un roman passionnant (quand c’est bien fait). Je ne veux pas te mettre la pression, mais sache que je serai au rendez vous du prochain et je suis patient ! A bientôt donc

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s