Les gens comme Monsieur Faux de Philippe Setbon

Editeur : Editions du Caïman

Après la trilogie des Trois visages de la vengeance, comprenant trois formidables polars (Cécile et le monsieur d’à côté, T’es pas Dieu, petit bonhomme, Un avant-goût des anges), Philippe Setbon nous revient avec un polar qui s’inscrit dans la même lignée que ses précédents. Que du bonheur !

Wilfried est au fond du trou. Sa femme Marcie l’a quitté pour son (ex-) meilleur ami Mica, il a été obligé de laisser son appartement pour retourner vivre chez ses parents, et il vient de se faire virer de la boite qu’il a lui-même créé. Il n’est donc pas étonnant qu’on le retrouve sur un pont surplombant la Seine, voulant mettre fin à sa vie sans avenir.

Au moment de sauter, un homme l’interpelle. Il a la soixantaine, semble avenant, dit s’appeler Monsieur Faux. Il lui demande un coup de main pour transporter un paquet. Se laissant convaincre, Wilfried se dirige vers la voiture de Monsieur faux pour transporter un paquet emballé qui ressemble à un corps.

Après avoir balancé le corps dans la Seine, Monsieur Faux lui propose de boire un coup. Wilfried lui raconte alors ses malheurs et Monsieur lui propose de se débarrasser de ses problèmes, c’est-à-dire de sa femme. Un coup de rasoir et c’est fini. Wilfried n’y croit pas et rentre chez lui bien éméché.

Le lendemain matin, ce sont à la fois un mal de tête et la lieutenante Naomie qui l’attendent dans la salle à manger. Naomie lui apprend que sa femme a été assassinée, égorgée chez elle. Heureusement, Wilfried a un alibi, puisque sa mère l’a entendu rentrer à trois heures du matin alors que le meurtre à eu lieu plus tard. Pour Wilfried, le doute n’est pas permis, c’est Monsieur Faux le coupable. Et quand Naomie laisse entendre que Mica est peut-être en danger, Wilfried est entrainé dans un dramatique engrenage …

On retrouve dans ce roman tout le plaisir d’une narration à la fois simple et efficace, n’alourdissant pas le propos de psychologie inutile. Il y a une évidence dans le style de Philippe Setbon, un excellent équilibre entre narration et dialogues, et une créativité dans chaque scène pour faire avancer l’intrigue avec une fluidité remarquable. On se retrouve en terrain connu. D’ailleurs, on retrouvera Linda Fragonard pour ceux qui ont lu la trilogie Les trois visages de la vengeance.

Je me suis d’ailleurs demandé si l’auteur faisait un plan de son histoire avant de l’écrire, tant on a l’impression qu’il se laisse aller à une improvisation, laissant les mains libres à ses personnages de vivre leur vie. C’est la marque des grands auteurs de prendre la main du lecteur et de les conduire au fil de l’histoire sans que l’on se rende d’un quelconque subterfuge.

Avec une situation de départ tout en humour décalé, on pense avoir droit à une histoire nous démontrant que Monsieur Faux veut faire de Wilfried son acolyte, créer de toutes pièces un assassin. Mais c’est bien mal connaitre Philippe Setbon qui fera rebondir l’intrigue dans une autre direction. Et quand, vers le milieu de l’histoire, on rencontre des personnages issus de sa précédente trilogie, le plaisir n’en est que plus grand de les retrouver et de se passionner pour cet histoire dans un environnement connu et aimé. Une nouvelle fois, on ne peut que passer un excellent moment avec Philippe Setbon.

Ne ratez pas l’avis de l’ami Claude

Publicités

3 réflexions sur « Les gens comme Monsieur Faux de Philippe Setbon »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s