115 de Benoit Séverac

Editeur : Manufacture de livres

Vincent, mon ami de toujours, avait bien raison de m’inciter à lire Benoit Séverac. J’étais déjà passé à coté de son précédent roman, Le chien arabe, qui vient d’être réédité en format poche chez Pocket sous le titre Trafics, alors je ne pouvais passer à coté de son petit dernier, 115, comme le numéro d’urgence pour les Sans-abris. Impressionnant.

Fin 2015, Hiésoré a traversé la mer adriatique pour arriver en France, avec son fils Adamat. Les passeurs lui ont demandé en échange de trois années de travail, deux pour elle et une pour son fils. Ce qu’ils n’avaient pas précisé, c’est qu’elle devrait se prostituer pour eux. Elle a bien tenté de refuser mais ils sont venus à bout de ses résistances en la tabassant. Elle a gardé un esprit de révolte et réussi à s’enfuir, pour se réfugier dans un abri où elle se croit à l’abri. De toute façon, elle ne craint rien avec son fils.

Nathalie Decrest est responsable de la Brigade Spécialisée de Terrain, et réquisitionnée en ce mois de janvier 2016 pour une descente dans un regroupement de gens du voyage. Afin d’éviter les problèmes, la BAC, les CRS et Sergine Hollard vétérinaire ont été réquisitionnés. Leur descente a pour objectif d’interdire les combats de coqs. L’opération se déroule sans encombre, les équipes de la vétérinaire récupérant un certain nombre de volatiles camés.

Alors que Sergine s’enfonce un peu plus dans le camp, elle voit un container en acier dont la porte est fermée par un cadenas. Elle arrive à ouvrir la porte et voit deux jeunes femmes, visiblement étrangères et un enfant, tous trois en état de choc. Apparemment, ce sont des albanaises. Sergine n’insiste pas quand elle voit les flics emmener les femmes à l’abri. Elle vient sans le savoir de mettre un doigt dans un engrenage infernal.

Voilà une sacrée découverte en ce qui me concerne, car j’ai trouvé beaucoup de qualités dans ce roman, de celles qui laisseront de beaux souvenirs de lecture. A commencer par ces deux personnages féminins aussi marquants qu’ils sont opposés dans leur psychologie et leur façon de mener leur vie. Nathalie Decrest voue sa vie à son boulot, en délaissant sa vie personnelle, ce dont elle se rend parfaitement compte. Elle est dure et froide mais cherche surtout à se blinder face à son quotidien. Sergine Hollard est plus humaine, plus tournée vers les autres. Prise de pitié, par volonté aussi de bien faire, elle va créer un centre vétérinaire gratuit.

Bien que ces deux personnages soient à l’opposé l’une de l’autre, l’auteur montre deux façons différentes d’aborder la vie actuelle, dans une société où il y a de plus en plus de sans-abris et où tout le monde s’en fout. Pour autant, les deux femmes sont concernées, elles ont juste deux façons d’aborder leur ressenti par rapport à ce problème. Et c’est bien parce que leur psychologie est très bien faite que le roman nous place devant nos responsabilités, en nous posant frontalement la question.

Car ce roman aborde beaucoup de sujets épineux, auxquels il est sans doute difficile de trouver une et une seule solution. De la condition des gens qui vivent dans la rue aux maltraitances des femmes, de la prostitution aux malversations de certaines organisations soi-disant humanitaires, Benoit Séverac avance sur un terrain miné en pointant ouvertement le doigt là où ça fait mal. Et c’est aussi grâce à cette originalité dans la façon de mener son intrigue qu’il arrive à accrocher le lecteur et à le questionner sur son humanisme (si souvent enfoui bien profondément dans les limbes de l’oubli). Car en avançant par des chemins détournés, Benoit Séverac donne l’impression de faire progresser son histoire à coups de marteau sur le clou, tapant doucement tout d’abord pour finir rageusement par enfoncer … le clou, justement. Et bien brutalement.

Encore une fois, la Manufacture de livres a trouvé un auteur original mais précieux qui nous livre ici un roman social, tout à la fois noir, brutal, mais aussi humain et terriblement lucide. Je ne peux que vous conseiller de lire ce roman, pas pleurnichard pour un sou, mais bigrement réaliste et totalement important. Un roman humaniste et moral comme je les aime.

Ne ratez pas les avis de l’ami Claude, Velda , Nyctalopes et Psycho-Pat

6 réflexions sur « 115 de Benoit Séverac »

      1. Merci pour ton message. J’ai adoré ! D’ailleurs, j’ai acheté Trafics depuis. J’ai beaucoup aimé le ton, l’histoire, les personnages. Merci de l’avoir écrit. J’ai l’impression qu’il y a de moins en moins de livres qui dessinent des gens simples. A bientôt

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.