Oldies : Raid sur la ville de Bill James

Editeur : Rivages

Traducteur : Danièle et Pierre Bondil

Je ne vous cache pas que les billets de Yan sont pour beaucoup dans le choix de cette lecture. Mais il y a aussi mon ami du Sud Petite Souris qui doit être cité ici pour une bonne raison : il m’a offert ce roman de Bill James. A la lecture de la quatrième de couverture, je m’attendais à tout autre chose. C’est donc une excellente surprise …

L’auteur :

Allan James Tucker, né le 15 août 1929 à Cardiff au Pays de Galles, est un écrivain britannique. Il écrit des romans policiers. Bill James est le principal pseudonyme littéraire de Allan James Tucker. Celui-ci a également publié sous le nom de David Craig et de Judith Jones.

Il obtient une maîtrise de lettres à l’Université du pays de Galles. Il devient journaliste et travaille pour le Western Mail, le South Wales Echo, le Daily Mirror ou le Sunday Times.

Il débute comme écrivain avec des romans d’histoires et de fictions publiés sous le nom de James Tucker et sous le pseudonyme de David Craig. C’est sous ce pseudonyme qu’il produit la quasi-intégralité de ses écrits jusqu’en 1985, date à laquelle il publie la première histoire du super intendant Collin Harpur et de son patron Desmond Iles sous le nouveau pseudonyme de Bill James. Il met en sommeil pendant dix années le pseudonyme de David Craig et signe douze romans de cette nouvelle série avant de publier régulièrement des romans sous les deux pseudonymes. En 1998, il utilise le nouveau pseudonyme de Judith Jones et écrit deux romans consacrés à Kerry Lake dont la troisième aventure est publiée sous le nom de Bill James.

En France, les ouvrages de Bill James sont publiés par François Guérif dans la collection Rivages/Noir. La série mettant en scène ses deux personnages récurrents, le super intendant Collin Harpur et son patron Desmond Iles, est publié en France à partir de 1998 et commence avec Retour après la nuit (Roses, Roses) qui n’est que le dixième livre de la série. La publication de cette série ne respecte en aucune manière la chronologie de la publication originale. À ce jour, la série Harpur & Iles compte trente-trois romans, dont treize traduits en France.

Deux ouvrages écrits sous le pseudonyme de David Craig ont été publiés dans les années 1970 par la Série noire. Deux de ses ouvrages ont été adaptés au cinéma. En 1977, Michael Apted réalise le film Le Piège infernal d’après le roman Protection et en 2013, Serge Bozon réalise Tip Top d’après le roman Tip Top (Mal à la tête en français).

Allan James Tucker se consacre aujourd’hui à l’écriture, il réside au pays de Galles et travaille également comme intervenant pour les cours de création littéraire à l’Université du pays de Galles.

(Source : Wikipedia)

Quatrième de couverture :

Colin Harpur et ses hommes sont en planque devant une succursale de la Lloyd’s que des truands doivent mettre à sac. L’indic Jack Lamb a été formel. Mais il ne se passe rien. L’attaque a été reportée. En attendant, Harpur ronge son frein, d’autant plus qu’il semble y avoir une « opération de nettoyage » en ville, comme pour préparer le terrain. Lorsque le hold-up a finalement lieu, la police est au rendez-vous ; pourtant les choses ne se déroulent pas comme prévu. Le cerveau de l’opération réussit à prendre la fuite. Et Harpur compte ses pertes…

Ce premier volume de la série qui met en scène Colin Harpur introduit les personnages que l’on avait découverts dans Retour après la nuit. Bill James nous étonne par sa liberté de ton, le côté retors de son intrigue et de ses personnages. Comme l’a écrit Christian Lehmann à propos de ce livre, « les chapitres ne vont jamais où on les attendait ».

Mon avis :

Pour tout vous dire, je ne m’attendais pas du tout à ce genre de roman. Je pensais lire un roman introduisant deux nouveaux personnages, avec une intrigue mettant en valeur leur relation. Eh bien, pas du tout. Tout d’abord, cette enquête démarre par une planque puisque Harpur a eu une info par son indic d’un futur casse de la Lloyd’s. Mais il ne se passe rien, puisque les truands ont été prévenus. Y aurait-il une taupe dans la police ? De ce jour, Harpur ne va faire confiance à personne … sauf à ses indics. Puis, de nombreux assassinats vont suivre, comme si les truands voulaient faire le ménage avant de débarquer en ville.

C’est donc Harpur qui est au centre de l’intrigue, Iles étant son supérieur. Et c’est bien l’intrigue qui intrigue … Comme il est dit en quatrième de couverture, Bill James a le don de nous surprendre puisque son histoire tourne et retourne, va et vient, mais ne va jamais là où on peut l’imaginer. Même la fin est surprenante.

On trouve dans ce roman une société qui change. Les voleurs n’ont aucun respect ni aucune pitié pour les flics, c’est le royaume du chacun pour soi, du No Limit (sans limite pour les non anglophones), à l’image du libéralisme de l’ère Thatcher. Iles qui apparaît dans quelques chapitres est l’image de la hiérarchie certes, mais c’est aussi celui qui représente les instances et qui montre la malfaisance des média. Et puis, dans cette ville sans nom, banlieue de Londres, on y sent le complexe d’infériorité face à la capitale, et la revanche des ploucs sur les citadins.

C’est aussi le style qui retient l’attention, que dis-je, qui frappe droit à l’estomac. Je m’attendais à des traits d’humour, et j’ai trouvé une écriture brutale, ne s’attardant pas sur les émotions des uns ou des autres, mais assénant des coups qui font mal avec des phrases qui font mouche. S’il faut aborder ce roman comme le début d’une série, il est un tout, une histoire à part entière, qui m’a fait découvrir un auteur original par sa plume autant que sa façon de raconter une histoire noire et brutale.

Publicités

4 réflexions sur « Oldies : Raid sur la ville de Bill James »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.