L’information du mardi : Vous avez des nouvelles ?

Vous l’aurez compris, je ne parle pas de moi ! Je vous passe l’information que j’ai reçue sur un recueil de nouvelles qui pourrait bien vous intéresser.

Cela s’appelle Makina et autres boucheries de Mickaël Auffray, et c’est sorti aux éditions La Ptite Hélène Éditions.

Quatrième de couverture :

Makina et autres boucheries est un recueil de six nouvelles brossant une galerie d’excités atteints par la folie meurtrière. De l’absence passagère à l’élaboration d’un plan sanguinaire, ces textes présentent des personnages dont la conscience a complètement pris congé. Ils ont franchi le point de non-retour, reste les conséquences. Un recueil sanglant, cinglé et cinglant :

  • Makina brosse le portrait d’un tueur en série mélomane et gourmet.
  • Solo! présente un batteur fou massacrant les autres musiciens en plein concert.
  • Excès dentaire décrit un rendez-vous chez le dentiste qui va tourner au carnage.
  • Un village de gentils offre une plongée dans une bourgade bien trop agréable.
  • Ripaille sylvestre relate les aventures meurtrières de quatre poètes gloutons perdus en forêt.
  • L’écrivain(s) oppose un auteur en panne d’inspiration à un fantôme créatif.

 

Pour le même pris, je vous mets un extrait qui vous donne un avant-gout sympatique du style de l’auteur :

Je présente d’évidentes anomalies de caractère. Depuis que j’ai commencé à tuer, le sacré a perdu de sa verdeur et j’éprouve quelques difficultés d’accès au monde du sensible. J’ai commencé à occire du quidam un peu par hasard et puis – y ayant pris goût – je me suis mis à travailler de façon plus méthodique, avec préméditation parfois. Je ne suis plus conçu pour mener une vie grégaire et la raison de tout ce carnage est sans doute due à ma solitude. La solitude oblige à penser. Penser rend malheureux. Le malheur engendre la frustration. La frustration déclenche la cruauté. La cruauté doit être refoulée. Moi, je n’y arrive pas, je la laisse s’exprimer ; je ne vais pas passer ma vie à réformer ma conduite. L’humanité compte plus de morts que de vivants : je m’emploie à accroître l’écart entre les deux.

 

Comme d’habitude, je ne peux que vous conseiller d’acheter le livre directement chez l’éditeur : https://www.laptiteheleneeditions.com/boutique/makina-et-autres-boucheries.html

Pour les commandes par chèque bancaire, Libellez votre cheque à l’ordre de « Luc Eyraud » et envoyez le à

La Ptite Hélène Éditions

53 bd camille pelletan

84400 APT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.