Le chouchou du mois d’octobre 2018

Autant le mois de septembre m’a paru interminable, autant le mois d’octobre est passé à la vitesse de l’éclair. Au niveau des chroniques, les livres proposés balaient une nouvelle fois un large panel de genres, sauf les thrillers. Bien que j’en ai lu quelques uns, aucun n’a trouvé grâce à mes goûts. Par contre, il y aura eu de l’émotion, du mystère, du suspense et du style, de la belle littérature.

Commençons pour le coup de cœur du mois, La guerre est une ruse de Frédéric Paulin (Agullo), un roman qui revient sur les années de sang en Algérie et qui balaie les années 1992-1995. En prenant un sujet énorme et ambitieux, l’auteur place ses personnages sur l’échiquier et créé une fresque de souffrance, de politique, de meurtres et de pleurs. C’est un des romans à ne pas rater en cette rentrée littéraire.

Les années 20 furent à l’honneur ce mois-ci. Avec Scarface d’Armitage Trail (Rivages), tout d’abord, l’un des tous premiers romans de gangsters, qui s’avère un excellent roman, qui n’a pas vieilli avec son style direct. Avec Miasmes d’Elisabeth Sanxay Holding (Baker Street Edition) ensuite, plutôt à classer dans les romans psychologiques à suspense. La tension s’installe chez le lecteur, à qui on présente un personnage de docteur qui ne comprend la situation dans laquelle il se trouve. C’est un excellent roman jusqu’au dénouement final où on s’aperçoit que l’on s’est trompé !

Du coté des romans noirs ou classés comme tel, j’ai été impressionné par Le blues de la Harpie de Joe Meno (Livre de Poche), un roman qui place le lecteur devant ses responsabilités et pose les questions de la culpabilité d’un assassin qui a payé sa dette à la société. Mais on ne peut effacer ses fautes, en particulier vis-à-vis des victimes.

Dans un genre différent, African Queens de Patrice Montagu-Williams (Les chemins du hasard) est le premier tome des enquêtes du commissaire Samarcande, et nous présente un Paris des trafics en tous genre. Sans montrer d’émotion, ce roman qui fait penser à un reportage est d’autant difficile et marquant par ce recul face aux horreurs subies par les personnages.

Du coté des romans pas comme les autres, tout en subtilité, il ne faut pas rater Un pays obscur d’Alain Claret (Manufacture de livres), un roman qui présente un personnage qui flotte entre passé et présent, entre réalité et imaginaire, dans un paysage de forêts et de brouillard. Laissez vous emporter, laissez vous tenter par ces Objet Littéraire Non Identifié, très envoûtant.

Les amateurs de romans policiers sont gâtés ce mois-ci. La curiosité sera à mettre du coté de De sinistre mémoire de Jacques Saussey (French Pulp), premier roman de l’auteur et réédité chez cette petite maison d’édition qui remet à l’ordre du jour les polars populaires. On y trouve déjà toutes les qualités que l’on va adorer dans ses romans suivants. Le deuxième roman de Lionel Fintoni, Tout corps plongé … de Lionel Fintoni (Editions de l’Aube) a gommé les petits défauts que j’avais pointés dans le premier (une lenteur à démarrer l’intrigue) pour nous offrir un roman qui va à 100 à l’heure. C’est un excellent roman venant d’un auteur bourré de talent. Enfin, La dernière chance de Abdelilah Hamdouchi (Nouveau Monde) est écrit comme un policier classique. Mais c’est mon premier roman marocain et il dénonce l’omnipotence de la police dans un pays qui a bien besoin que l’on défende les accusés. A découvrir.

Juste à coté, nous trouvons le rayon polar. Cross de Marc Masse (Flamant Noir) a pour lui un scénario fou et bigrement original. Un détective privé est engagé pour participer au Grand Cross et trouver un assassin coupable de délit de fuite. Ce roman est un sacré challenge réussi et nous fait entrer dans cette course de fous, nous tient en haleine et nous donne une fin surprenante, ce qui donne un excellent divertissement. Bandidos de Marc Fernandez (Préludes) est le troisième roman mettant en scène Diego Martin et c’est un plaidoyer pour la liberté de la presse. Avec toujours ce style rapide, l’auteur nous donne à lire à nouveau un très bon polar à la fois divertissant et plein de passion, tant ce sujet tient à cœur à l’auteur.

Le titre du chouchou du mois revient donc à Emprise des chimères d’Antoine Chainas (Gallimard Série Noire). Cela faisait cinq longues années que nous attendions de ses nouvelles. Antoine Chainas nous revient avec un roman de fou, un énorme roman qui oscille entre réel et jeu, entre infiniment petit et infiniment grand, balayant beaucoup de sujets sur le monde contemporain, mené comme un jeu de rôles. Cet énorme pavé est un énorme roman à ne pas rater.

J’espère que ces lectures vous auront été utiles pour vos choix de lecture. Je vous donne rendez vous le mois prochain pour une nouvelle élection de chouchou. En attendant, n’oubliez pas le principal, lisez !

Publicités

5 réflexions sur « Le chouchou du mois d’octobre 2018 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.