Au 5ème étage de la faculté de droit de Christos Markogiannakis

Editeur : Albin Michel

Traducteur : Anne-Laure Brisac

Ce roman fait partie de la sélection 2019 du Grand Prix des Balais d’Or. C’est pour la raison que je me suis penché dessus et c’est encore un choix judicieux qu’a fait mon ami Richard, avec ce roman policier respectant à la lettre les codes du genre.

Lundi 13 février. Il est plus de 23 heures quand Anghelos Kondylis, doctorant de 29 ans, arrive à la faculté de droit de l’université d’Athènes. Il vient de Paris où il a réalisé des études pour sa thèse. Quand il sort de l’ascenseur au 5ème étage, il a du mal à se repérer à cause de l’éclairage défaillant. Au bout du couloir, il bute sur quelque chose, et s’aperçoit que c’est un corps. Il se penche, puis sent un mouvement. Quand il relève la tête, il se retrouve face au canon d’un révolver. Quelques secondes après, il est mort.

Christophoros Markou a brillamment suivi ses études à la faculté de droit d’Athènes avant d’entrer dans la police. C’est lui qui va être en charge de cette affaire de double meurtre et est bien placé puisqu’il connait bien les lieux. Outre le doctorant, l’autre victime se nomme Irini Siomou, professeure et maître de conférence, surnommée la Vipère pour sa sévérité et son humeur agressive. Il semblerait qu’Anghelos Kondylis soit une victime collatérale dans cette affaire.

Très organisé, Christophoros Markou s’organise pour ses interrogatoires. Il passera donc en revue La professeure Danéli, directrice de la thèse de Kondylis, Ioannis Vellis dit le Bouddha, professeur émérite, Nikolaos Mavridis maître de conférence et Nikoleta Strobakoou la secrétaire du département. Christophoros Markou va donc avoir beaucoup de travail pour démêler les fils de cette affaire.

Les amateurs de romans policiers dans la plus pure tradition vont prendre leur pied avec ce roman. Basé sur la psychologie des personnages, avançant grâce à des interrogatoires, ce roman est divisé en trois parties : la première est la prise de connaissance du contexte, la deuxième va nous fournir différents scénarii avant de conclure cette affaire par une réunion regroupant tous les protagonistes.

D’une lecture facile et très agréable, ce roman est écrit et construit avec beaucoup d’application. Et cette lecture s’avère passionnante par son efficacité et la justesse dans la description des psychologies. On en vient à plaindre le pauvre Christophoros Markou car il va devoir passer de nombreuses nuits blanches pour essayer de comprendre ce qui s’est passé cette nuit là.

Ce roman n’est donc ni révolutionnaire, ni extraordinaire (au sens qui sort de l’ordinaire), mais il comblera les amateurs d’Agatha Christie ou de Sir Arthur Conan Doyle pour son intrigue, sa construction et le plaisir qu’il procure à sa lecture.

Ne ratez pas l’avis de l’ami Claude

2 réflexions sur « Au 5ème étage de la faculté de droit de Christos Markogiannakis »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.